Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Insécurité

Une enquête de victimation fait apparaître Marseille comme une « ville normale »

Publié le 26/06/2014 • Par Caroline Garcia • dans : Actu experts prévention sécurité

marseille
Tobi 87 - creative commons
L’ Observatoire régional de la délinquance et des contextes sociaux a présenté le 17 juin 2014 une étude auprès de 3000 Marseillais qui place Marseille dans la moyenne des autres villes françaises en matière d'insécurité. Une vision que la municipalité ne partage pas.

Au-delà des règlements de comptes entre malfrats relayés par la presse nationale, Marseille ne serait qu’une « ville normale », du point de vue sécuritaire, selon Laurent Mucchielli. Fondateur en 2011 de l’Observatoire régional de la délinquance et des contextes sociaux (ORDCS), le sociologue l’affirme en s’appuyant sur une étude de victimation menée auprès de 3 000 habitants de la ville, de sa propre initiative, et présentée le 17 juin dernier.

Les limites des chiffres policiers – « Les statistiques de police utilisées habituellement pour mesurer l’insécurité sont importantes, mais insuffisantes pour rendre compte du sentiment réel de la population face à ce sujet, pose le chercheur. L’étude de victimation donne une autre image, libérée du filtre des comportements des victimes, de ...

Article réservé aux abonnés Club prévention sécurité
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club prévention - sécurité

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club prévention sécurité

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion
Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Une enquête de victimation fait apparaître Marseille comme une « ville normale »

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X