Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Réforme territoriale

Rhône-Alpes et Auvergne célèbrent leurs fiançailles à Clermont-Ferrand

Publié le 24/06/2014 • Par Pablo Aiquel • dans : Régions

L’inauguration du nouvel hôtel de région auvergnat samedi 21 juin a été l’occasion d’affirmer la volonté d’union entre les deux régions mais aussi d’apporter des nuances aux desiderata du gouvernement.

La présence du président de la région Rhône-Alpes, Jean-Jack Queyranne, à l’inauguration du nouvel hôtel de la région Auvergne samedi 21 juin conférait à l’événement des airs de fusion avant l’heure.

« En l’apportant dans la dot, l’Auvergne contribuera à donner à la future région les moyens de ses ambitions », a assuré le président du conseil régional d’Auvergne, René Souchon, qui a loué la réforme territoriale et le renforcement des compétences des régions en déclarant que « la perspective d’un nouveau monde s’ouvre à nous ».

Ni loué ni vendu – Le bâtiment, dont le chantier a commencé fin 2011, regroupe les 400 agents des services de la région Auvergne qui, jusque-là, travaillaient sur différents sites et son coût total s’élève à 81 millions d’euros. La construction de type BBC et HQE, a utilisé du bois local, comporte des toitures végétalisées, une verrière photovoltaïque, un système de régulation thermique sophistiqué et se nourrit de géothermie passive.

« Il ne sera ni loué ni vendu, et je m’étonne des polémiques déclenchées, y compris par ceux qui ont voté ce projet, pour des raisons de basse politique », a souligné René Souchon. Le président du groupe UMP au conseil régional d’Auvergne, Daniel Dugléry, avait ainsi ironisé :  » Dans le jardin de l’hôtel de région, plutôt que des fougères, on devrait faire pousser du cannabis pour en amortir le coût ! » Et c’est le secrétaire d’Etat chargé de la Réforme territoriale, André Vallini lui-même qui avait dit, lors d’un entretien à RTL que cet équipement pouvait être loué ou vendu. 

Jean-Jack Queyranne a filé aussi la métaphore nuptiale, soulignant qu’il s’agissait des « fiançailles », en attendant « l’union », un mot qu’il préfère à « fusion ». Il a également confirmé l’utilité du bâtiment en annonçant que le siège du GIP Massif Central, qu’il préside, après avoir succédé à René Souchon, aura son siège dans ce nouvel immeuble. « Le siège d’une région n’est pas simplement un bâtiment administratif, mais un espace ouvert à tous les citoyens, un lieu vivant de la démocratie citoyenne », a-t-il affirmé.

« Gouffre démocratique » – Si le maire de Clermont-Ferrand, Olivier Bianchi, était de la fête, ainsi que des élus régionaux de toutes les composantes de la majorité de gauche, la liste d’absents était assez longue. Ni des élus de droite, ni de présidents des conseils généraux, ni même des parlementaires d’autres départements que le Puy-de-Dôme. Des absences qui ne masquaient pas les réticences face à la réforme menée tambour battant, avec l’aval des présidents de région socialistes.

Le député André Chassaigne (PCF), élu régional, s’inscrit en faux : « C’est terrible, on présente les choses comme si c’était déjà acté, en contradiction avec tous les engagements pris par le président de la République, durant sa campagne et même après ».

« Ils positivent tout, alors que la proximité ne sera pas la même. Ce qui me choque c’est le gouffre démocratique et la malhonnêteté intellectuelle, la République ne se grandit pas en remplaçant l’analyse scientifique par l’acte de foi », souligne André Chassaigne.

Maintenir des départements dans certains territoires ? – Peut-être déjà en campagne, alors que son homologue auvergnat a dit à la presse locale qu’il ne se présenterait pas, Jean-Jack Queyranne s’est voulu rassurant, aussi bien pour concilier démographie et territoire, que pour garder un échelon départemental dans certains territoires.

« Je comprends les craintes et les incertitudes de territoires comme le Cantal ou l’Ardèche. Mon engagement c’est d’assurer l’égalité entre les territoires. Nous ne devons pas avoir de fracture avec des secteurs qui se sentent déconsidérés. Les départements qui ont moins de populations risquent d’être sous-représentés, si c’était acté comme c’est prévu. Nous sommes ouverts à une répartition par strates pour une représentativité plus équilibrée. Ce sera aux parlementaires de trancher », a expliqué Jean-Jack Queyranne, soulignant qu’avec trois élus dans un département, il sera difficile d’assurer certaines fonctions comme la représentation dans le conseils d’administration des collèges et lycées.

« La France a trop souffert de l’uniformité. L’intercommunalité, avec une fonction démocratique, prendra peu à peu la place des départements, mais on peut aussi imaginer des départements maintenus dans certains territoires. Pourquoi pas ? »

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Rhône-Alpes et Auvergne célèbrent leurs fiançailles à Clermont-Ferrand

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X