Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Politique de la Ville

Géographie prioritaire : les associations d’élus réagissent positivement à la nouvelle carte

Publié le 23/06/2014 • Par Hugo Soutra • dans : Actu prévention sécurité, France

Les associations d’élus locaux ont réagi positivement à la refonte de la géographie prioritaire. Ce qui n’est pas le cas de tous les élus, notamment ceux priés de ne plus compter sur les aides de la politique de la ville, ainsi que de quelques sociologues et fonctionnaires territoriaux, pour qui quelques limites persistent.

A la veille de la publication de la nouvelle géographie prioritaire, Najat Vallaud-Belkacem avait convié les présidents d’associations d’élus de banlieue. A contrario de Fadela Amara dont les plans avaient butés en 2009 sur les « égoïsmes locaux » des maires, et à l’image de la concertation qu’avait mené son prédécesseur François Lamy pour élaborer la réforme de la politique de la ville votée fin février à une large majorité. Bien lui en a pris étant donné leurs réactions arrivées progressivement au fil de la semaine.

Concertation et assentiment – L’Association des maires des grandes villes de France (AMGVF) et l’Assemblée des communautés urbaines de France (ACUF) « se réjouissent des ambitions gouvernementales et saluent l’effort de simplification et de rationalisation. »
Pour l’Association des petites villes de France (APVF), cette carte est « une mesure concrète en faveur de l’égalité des territoires, permettant de s’attaquer efficacement aux fragilités sociales là où elles s’établissent, non seulement dans les territoires les plus urbains, souvent mis en avant dans les médias, mais également dans les petites villes. » Le réseau Ville & Banlieue, qui dit reconnaître sa patte dans les annonces de la ministre, évoque une réforme qui « va dans le bon sens. »

Resserrement relatif – Il faut dire que l’ambition affichée de « resserrer les moyens là il y en a le plus besoin » a dû prendre en compte bon nombre de demandes municipales. Au lieu de l’objectif initial de 500 quartiers prioritaires, la liste comptera finalement 1 300 quartiers.
S’il satisfait donc de nombreux élus « inquiets devant une situation sociale qui se dégrade », à l’instar du nouveau président de Ville & Banlieue Damien Carême, « ce ‘resserrement’ est néanmoins loin d’être avéré » estime le sociologue Thomas Kirszbaum : « il n’y ni concentration des moyens – rappelons que l’on parle seulement d’un peu plus de 350 millions d’euros hors rénovation urbaine – ni fin du saupoudrage puisque la nouvelle carte représente pratiquement le double des 751 Zones urbaines sensibles ».

Au registre des critiques, plusieurs élus locaux dont le territoire ne bénéficiera plus à l’avenir de la politique de la ville font par ailleurs renaître les critiques sur la transformation de la géographie prioritaire en carte de la pauvreté.
« Ce critère unique exclut de l’addition nombre de familles dans le besoin ou de jeunes déscolarisés au motif qu’ils ne sont pas assez « concentrés » pour susciter l’intérêt de l’Etat alors même qu’il prône la mixité sociale. Cette décision met assurément aujourd’hui en péril la politique de proximité et de prévention menée dans nos quartiers et vient conditionner de nombreuses actions en direction des publics les plus fragilisés » déplore le député-maire de Caluire, dans la banlieue nord de Lyon, Philippe Cochet.

L’erreur du critère de pauvreté – Egalement circonspect sur la seule prise en compte des revenus pour actualiser cette géographie prioritaire, le directeur de l’Observatoire des inégalités Louis Maurin s’inquiète du sort réservé aux 300 territoires sortants. « On dépouille ceux qui souffrent un peu moins pour habiller les plus pauvres des plus pauvres, afin d’économiser quelques millions d’euros » note-t-il amer, en référence au financement des 35 milliards d’euros du pacte de responsabilité.

[Lire Politique de la ville et nouvelle géographie prioritaire : un concentré d’erreurs, selon Louis Maurin]

Les associations d’élus semblent s’en être accommodées : « certaines communes pourront bénéficier d’une dérogation afin de permettre une sortie en douceur de la politique de la ville » se satisfait par exemple Ville & Banlieue. Réclamant hier à l’unisson que ce parachute soit fourni à tous les sortants, les associations d’élus font aujourd’hui la sourde oreille. Seule l’APVF ose évoquer ce point sensible dans son communiqué, et demande à ce que « l’accompagnement des sorties des dispositifs de la politique de la ville, placées en situation de veille active, soit correctement mené. »

De nombreuses attentes sur le droit commun – En période de restriction budgétaire, la vigilance prédomine encore. « La dotation de solidarité urbaine (DSU) ne compense même pas la diminution de la dotation globale de fonctionnement (DGF) de certaines communes. Comment peuvent-elles boucler leurs budgets lorsque l’Etat leur impose en parallèle la réforme des rythmes scolaires » questionne Damien Carême, également maire (PS) de Grande-Synthe (Nord).

Ses homologues de Toulouse et Lyon – l’UMP Jean-Luc Moudenc  (AMGVF) et le social-démocrate Gérard Collomb (ACUF) – réaffirment de leur côté « la nécessité d’interpeller les services de l’Etat et tous les niveaux de collectivités locales, dont les régions – gestionnaires de fonds européens (FSE, FEDER). »

Une carte publiée trop tardivement ? – Les élus de l’AMGVF et de l’ACUF gardent également un œil sur les contours précis des territoires-cibles, qu’ils doivent définir en collaboration avec les préfets. Au grand dam de certains territoriaux appelés à accélérer la signature des futurs contrats de ville.

« Nous avons déjà été suffisamment retardés jusqu’ici par les «non-annonces» sur la géographie prioritaire, qui ont focalisé les attentions. La liste définitive doit être arrêtée fin septembre au plus tard, sous peine de parasiter encore plus la préparation des contrats de ville » réclame Patrice Allais, président du réseau Amadeus qui réunit les cadres Politique de la ville des grandes villes.

Cet article est en relation avec le dossier

2 Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Géographie prioritaire : les associations d’élus réagissent positivement à la nouvelle carte

Votre e-mail ne sera pas publié

fabienne21

18/06/2014 06h07

le découpage territorial est pour moi une grosse absurdité!Cela va encore créer des tentions dans des villes et des régions et des villes qui en ont vraiment besoin!!

fabienne21

18/06/2014 06h10

la région languedoc/roussillon est trés bien comme elle est!Pourquoi nous la changer?

Commenter
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X