En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

1

Commentaire

Réagir

Données publiques

Open data, informations publiques, un rapport pour libérer les administrations

Publié le • Par • dans : Actu juridique, France

1

Commentaire

Réagir

La mission d’information sénatoriale sur l’accès aux documents administratifs et aux données publiques a remis son rapport jeudi 12 juin 2014. Après 5 mois de travaux et 99 personnes auditionnées, la rapporteure Corinne Bouchoux a voulu démontrer que le droit à l’information publique devait être refondé à l’heure du numérique. Décryptage d’un rapport qui veut faire la révolution mais en silence.

 

Le droit à l’information publique naît en France en 1978 avec la loi « Cada » qui reconnaît à toute personne le droit d’obtenir communication des documents de l’administration. En rupture avec la tradition française du secret de l’administration, ce nouveau droit n’a cependant pas eu la mise en œuvre qu’il méritait.
Face à ce constat, la mission d’information sénatoriale sur l’accès aux documents administratifs et aux données publiques a auditionné près de cent personnes afin de comprendre les attentes et les obstacles à l’information publique. Le fruit de ce travail s’apparente à un contre rapport Gorce, du nom du député (PS) de la Nièvre qui a rendu récemment un rapport peu convaincant et anxiogène.

Tout d’abord, le rapport note que les avancées dans la transparence administrative ont été en deçà des attentes citoyennes. Comme le remarque la rapporteure Corinne Bouchoux, « la communication est fréquemment tardive et inachevée. Les administrations sont souvent peu diligentes, du coup, les informations sont lacunaires et peu mises à jour ». La sénatrice ose même évoquer une nécessaire formation des agents pour lutter contre une « certaine incompétence ».

Un constat partagé par les associations citoyennes, les chercheurs ou encore les journalistes qui attendent beaucoup d’une réelle ouverture des données publiques, encore largement à construire. « La démarche de l’open data est récente mais elle doit être développée et les difficultés techniques et méthodologiques doivent être levées » recommande la mission dans son rapport.

Pas de texte à venir - La mission a voulu être consensuelle dans la rédaction de ses recommandations. Peu de mesures emblématiques, à l’exception de la création d’un référé-communication, et l’idée transversale de consolider le droit à l’information publique en améliorant l’effectivité de son accès, notamment par la construction d’un droit de disposer en ligne d’une information publique de qualité.
On note toutefois l’idée de passer d’une logique de demande à une logique d’offre, dans la troisième proposition, qui propose un nouveau paradigme : « Mettre en ligne systématiquement et  immédiatement les documents d’intérêt général les plus fréquemment demandés, dont la liste serait fixée par décret. »

Il s’agit surtout de changer les mentalités et de rendre efficaces les dispositions de la loi de 1978. « Pas de proposition de loi en vue » conclut la rapporteure qui souhaite qu’à l’occasion de chaque débat parlementaire, la question du droit à l’information publique soit prise en compte. La transcription d’ici 2015 de la directive PSI votée en 2013 va dans le sens de ce rapport, même s’il ne va pas assez loin encore au goût des militants de l’open data.

Créer un référé communication

Recommandation originale du rapport, la création d’un référé communication devant le juge administratif sur saisine de la Cada permettrait d’accélérer l’effectivité du droit d’accès à l’information publique. Il s’agirait de la possibilité pour la Cada de saisir le juge des référés dès réception de la demande d’avis lorsque la question de la communicabilité du document a déjà été tranchée par la jurisprudence ou par la Cada ou si le document figure sur une liste fixée par arrêté après avis de cette dernière.

Haut de page

Aujourd'hui sur

les Clubs Experts de la Gazette

Cars « Macron » : les 100 kilomètres de la discorde

Le succès de la libéralisation des autocars longue distance en France se confirme de jouren jour. Mais les régions craignent toujours une concurrence massive sur les trains express régionaux (TER). Pour limiter les dégâts, certaines d’entre elles comptent bien ...

Nicolas Sansu, député-maire de Vierzon et rapporteur de la commission d'enquête

Baisse des dotations : ce que dit le rapport parlementaire censuré

Le député Nicolas Sansu, rapporteur de la commission d'enquête parlementaire sur l’impact de la baisse des dotations, a publié sur son site la très grande partie de son rapport rejeté par la commission en décembre. Il apporte peu d’éléments nouveaux sur le ...

Déontologie de la sécurité : hausse des réclamations en 2015 sauf pour les polices municipales

Dans son rapport annuel 2015, présenté le 4 février, le Défenseur des droits a fait état d’une nouvelle augmentation des réclamations visant les forces de l’ordre, mais d'un léger retrait en ce qui concerne les policiers municipaux. Appelant à lutter contre ...

Temps de travail : en finir avec l’image d’épinal du fonctionnaire qui ne travaille pas assez

Les organisations syndicales auditionnées par la mission confiée à Philippe Laurent sur le temps de travail dans la fonction publique raisonnent en organisation plutôt qu’en durée du travail. Du rapport qui sera rendu courant mars 2016, elles espèrent qu’il ...

1

Commentaire

Réagir
Publicité

Liens sponsorisés

Tous les fournisseurs

Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

1 Commentaire

Ajouter un commentaire

Du plus récent / Du plus ancien

  1. 1. Fernand 13/06/2014, 17h32

    En parallèle des 25 ans du web fêtés au Cnam ce vendredi avec Tim Berney Lee...

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.