Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Finances

Les maires des petites villes remontés contre l’Etat

Publié le 12/06/2014 • Par Xavier Brivet • dans : Actualité Club finances, France • Source : Courrier des maires.fr

Lors des 17e assises des petites villes, qui ont lieu les 12 et 13 juin à Annonay (Ardèche), l'APVF s'est alarmée des conséquences économiques sur les territoires de ses adhérents de la baisse des concours de l'Etat, estimée par l'Association des Maires de France entre 28 et 34 milliards d'euros.

« L’Etat ressemble à un jockey obèse qui engueule son cheval bien portant, les collectivités », a estimé le maire de Salins les bains, résumant l’exaspération des élus des petites villes face à la baisse des dotations de l’Etat aux collectivités (11 milliards d’euros entre 2015 et 2017 dans le cadre du pacte de stabilité) et à sa volonté de réduire la dépense publique locale pourtant essentielle pour le développement local.

A l’occasion d’une table ronde opportunément intitulée « Comment faire avec moins dans les collectivités ? », organisée dans le cadre des assises de l’APVF, les 12 et 13 juin, à Annonay (07), élus, chefs d’entreprises et experts économiques ont surtout pointé l’impact dramatique de la baisse des concours financiers de l’Etat sur les investissements locaux.

« 60 000 emplois perdus » – L’investissement global des collectivités « a atteint 52,6 milliards d’euros en 2013 dont 7,3 milliards d’euros pour les seules petites villes », a rappelé Thomas Rougier, auteur d’une étude sur la santé financière de ces communes. Le directeur des études de la Banque postale a estimé que la baisse des dotations de l’Etat en 2014 se traduira par une perte de recette « de 190 millions d’euros pour les petites villes en 2014 et, par extrapolation, la baisse annoncée sur 2015-2017 se traduira pour elles par une perte d’1,4 milliard d’euros de dotation à l’horizon 2017, soit un tiers de leur DGF ! ». Ceci devrait selon lui générer « une baisse des dépenses d’investissement des petites villes qui passeront de 7,3 à 5,5 milliards d’euros en 2017 ».

« Les robinets de la commande publique vont se fermer et selon nos estimations, environ 60 000 emplois seront perdus dans le secteur des travaux publics d’ici à 2017 du fait de la baisse des investissements locaux », s’est alarmé Bruno Cavagné, président de la Fédération nationale des travaux publics (FNTP).

De 28 à 35 milliards de dotations en moins en cumulé – André Laignel, président du Comité des finances locales, a achevé de plomber le moral des élus en rappelant que la baisse annoncée des dotations de l’Etat entre 2014 et 2017 « atteindra par effet cumulé 28 milliards d’euros en 2017 et même 34 milliards d’euros si l’on y ajoute les charges imposées par l’Etat aux collectivités –rythmes scolaires, normes, revalorisation du traitement des agents de catégorie C…- que j’estime à 1,5 à 1,8 milliard d’euros par an ». Le maire d’Issoudun et premier vice-président délégué de l’Association des maires de France (AMF) a déploré « ces prélèvements injustes sur les dotations des collectivités alors que leur poids dans la dette nationale est très relatif : en 2013, la dette des collectivités et de leurs groupements ne représente que 9,4% de la dette nationale, tandis que le niveau des prélèvements obligatoires des collectivités est très modéré : 5,9% du PIB ».

Pierre Jarlier, sénateur-maire de Saint-Flour (15), a estimé pour sa part que la baisse des dotations « accroîtra obligatoirement les inégalités entre les communes car elle sera appliquée unilatéralement sans tenir compte de leurs difficultés budgétaires, de la fragilité des territoires et des populations des villes. Cela est très dangereux ».

Trois chantiers urgents – Dans ce contexte tendu, l’AMF a réitéré, le 12 juin, sa demande à l’Etat de réexaminer son dispositif de baisse des dotations aux collectivités et de créer une instance de dialogue et de négociation avec les collectivités. André Laignel a rappelé trois chantiers urgents et prioritaires à mener, notamment dans le cadre du Comité des finances locales : la révision des valeurs locatives, la réforme des critères d’attribution de la DGF et la simplification des dispositifs de la péréquation verticale et horizontale ». Ces sujets seront au menu du prochain CFL, début juillet.

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les maires des petites villes remontés contre l’Etat

Votre e-mail ne sera pas publié

Candide

13/06/2014 08h41

Et si on prenait en compte l’efficience des services publics et les démarches qualité dans la réforme des critères d’attribution de la DGF ?
Et si on appliquait cette regle aux services de l’Etat ?

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X