Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Prévention de la récidive

« Avec la réforme pénale, certains maires et préfets risquent d’entraver la réinsertion des ex-prisonniers » Virginie Gautron, juriste

Publié le 16/06/2014 • Par Hugo Soutra • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité

Virginie Gautron, maître de conférences à la faculté de droit de Nantes
Virginie Gautron, maître de conférences à la faculté de droit de Nantes VG
Dans un entretien accordé au Club Prévention-Sécurité, Virginie Gautron, maître de conférences en droit pénal et sciences criminelles à l’Université de Nantes, réagit aux dispositions de la réforme pénale sollicitant les instances du partenariat local de sécurité. Selon elle, associer les acteurs locaux au suivi de l’exécution des peines est « contre-productif et dangereux. »

Le projet de réforme pénale présenté par Christiane Taubira a été adopté à une large majorité par l’Assemblée nationale, mardi 10 juin. Comme l’indiquait le Club Prévention-Sécurité début juin, plusieurs amendements introduits en commission des lois impacteront le partenariat local de sécurité.

L’article 15 quater prévoit notamment le renforcement du rôle des conseils départementaux de prévention de la délinquance (CDPD) et cellule de coordination opérationnelle du partenariat (CCOP) des zones de sécurité prioritaire (ZSP) en matière d’exécution des peines et de prévention de la récidive. Les membres de ces structures partenariales pourront ainsi se faire communiquer le bulletin n°1 du casier judiciaire ainsi que les rapports d’expertise psychiatrique des personnes condamnées ...

Article réservé aux abonnés Club prévention sécurité
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club prévention - sécurité

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club prévention sécurité

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion
1 Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« Avec la réforme pénale, certains maires et préfets risquent d’entraver la réinsertion des ex-prisonniers » Virginie Gautron, juriste

Votre e-mail ne sera pas publié

Coordonnateur CISPD

24/06/2014 09h55

Pour avoir coordonné un groupe d’échange d’informations, restreint à 7 professionnels, sans élu, et sous l’égide du procureur, de 2009 à 2012, je peux vous assurer que les « dangers » évoqués dans cette analyse sont pour la plupart fantasmagoriques. Bien sur, l’échange doit être encadré et limité à un groupe restreint de professionnels, et bien sur il doit y avoir des règles à respecter pour assurer la confidentialité des informations échangées, mais, pensez vous sérieusement qu’un gendarme, un agent du SPIP ou de la PJJ, un responsable du Conseil général, et un inspecteur d’académie, passent leur journée à crier sur les toits les informations en leur possession ? Aussi, pensez vous sérieusement qu’un maire a comme objectif premier de mettre en prison tous les jeunes asociaux qu’ils croisent dans sa ville ? bon courage. Le groupe d’échange tel que je l’ai connu ne prend pas de décisions, il assure une meilleure prise en charge des personnes suivies. Il le fait en mettant de la cohérence dans les interventions de multiples institutions pour la plupart d’entre elles cloisonnées et recroquevillées sur les informations partielles qu’elles possèdent (et auxquelles parfois elles s’accrochent pour fonder leur légitimité). Le premier bénéficiaire de ces groupes d’échanges, il y en a qu’un, ce n’est ni le gendarme, ni le maire, c’est celui dont la situation est étudiée et pour qui des solutions sont trouvées.

Commenter
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X