Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Education

Que dit la circulaire de « refondation de l’éducation prioritaire » ?

Publié le 10/06/2014 • Par Stéphanie Marseille • dans : Actu prévention sécurité, France

La circulaire « Refondation de l’Education prioritaire » publiée le 5 juin explicite le plan de réforme de l’Education prioritaire annoncé en janvier 2014. Marc Douaire, président de l’observatoire des zones prioritaires, réagit à ces modifications.

Dès son tout premier discours, Benoit Hamon avait annoncé vouloir lutter contre les inégalités sociales à l’école. Dont acte. Le texte adressé aux recteurs et rectrices explicite un peu plus la démarche : « La refondation de l’éducation prioritaire est au service de l’égalité réelle d’accès aux apprentissages et à la réussite scolaire ».

REP et REP+ – Deux principes guident la réforme : adapter la géographie aux situations des collèges et des écoles et allouer les moyens en tenant mieux compte des situations sociales.

En 2015, les réseaux RRS et Eclair disparaissent et cèdent la place à 731 REP et 350 REP+. Les premiers incluent les établissements scolaires qui rencontrent plus de difficultés que d’autres ; les seconds s’adressent aux établissements situés dans les quartiers ou secteurs isolés qui concentrent le maximum de difficultés.

Le nombre total de réseaux d’éducation prioritaire reste inchangé au final, 1081, même si certains établissements sont appelés à changer de statut. Pour les enseignants dont l’établissement quitte la « labellisation Education prioritaire », une clause de sauvegarde de trois années est prévue, visant à maintenir le salaire pendant cette période. Cette nouvelle carte de la géographie prioritaire sera revue tous les quatre ans.

A la rentrée 2014, 102 REP+ testeront en outre le référentiel issu des Assises de la refondation de l’Education prioritaire. Outre l’accompagnement des élèves de 6ème jusqu’à la fin de leurs cours de l’après-midi, trois mesures seront plus particulièrement prises en compte :

  • le doublement des indemnités d’exercice,
  • le renforcement des postes infirmiers et d’assistants sociaux
  • et « le temps pour le travail en équipe et pour la formation dès la rentrée 2014 ».

Une démarche qui se veut pratique – La circulaire met l’accent sur le partage des bonnes pratiques, l’accompagnement des nouveaux enseignants, la reconnaissance financière des conditions spécifiques de travail.

Elle vise l’accueil des moins de trois ans, le renforcement des apprentissages fondamentaux, le lien avec les familles, notamment les foyers monoparentaux. Le texte encourage le travail collectif et la recherche des « formes de travail les plus adaptées », en orientant les évaluations des enfants vers le repérage de leurs besoins.

Pilotage – Pour finir, la circulaire prévoit plusieurs niveaux de pilotage :

Au niveau national : « un comité de pilotage interne à l’éducation nationale rassemble les directions concernées, les inspections générales et le cabinet du ministre. Un comité de suivi est ouvert aux partenaires des collectivités territoriales et du ministère de la ville notamment ».

Au niveau académique : le recteur préside un comité de pilotage académique.

Dans chaque réseau d’éducation prioritaire : disparition de l’ancien comité exécutif, qui se décline en deux instances aux objectifs distincts. A savoir : un « conseil école-collège » pour tout secteur de collège et un « comité de pilotage de réseau ». Ce dernier inclut notamment le principal de collège, l’IEN, l’IA-IPR référent, les directeurs d’école, les enseignants et les partenaires tels que la commune, le conseil général, le préfet, le coordonnateur du programme de réussite éducative (PRE). C’est ce niveau qui développera et suivra les actions du réseau d’éducation prioritaire.

Pour l’OZP, l’éducation prioritaire revient de loin

Interview de Marc Douaire, président de l’observatoire des zones prioritaires

Quelle est votre réaction à la publication de la circulaire ?

Nous relevons tout d’abord le fait que cette circulaire est signée par le ministre de l’Education nationale lui-même et pas, comme c’est usuel, par le directeur ou la directrice de la DGESCO. Par ailleurs, elle a été publiée le lendemain de sa signature, ce qui dénote d’une volonté d’avancer. Ensuite, nous apprécions la continuité dans l’action : pour la première fois depuis longtemps, un ministre met ses pas dans ceux de son prédécesseur, sans chercher à tout changer. La circulaire explicite le plan annoncé en janvier dernier par Vincent Peillon : nous disposons désormais de détails sur le calendrier, le pilotage des réseaux d’éducation prioritaire, la formation des personnels.

C’est donc un véritable satisfecit que vous octroyez au texte ?

L’éducation prioritaire revient de loin ! Souvenez-vous, en 2007, le candidat Sarkozy entendait, ni plus, ni moins, en déposer le bilan. Il a aussi été question de « délabellisation » des réseaux d’Education prioritaire. Nous sommes depuis régulièrement intervenus auprès de M. Delahaye quand il était à la tête de la DGESCO pour faire avancer les choses. La circulaire représente une réponse aux constats des études PISA.

Que retenez-vous de ce texte ?

Le plan et la circulaire se concentrent sur les pratiques pédagogiques et sur la nécessaire évolution des pratiques professionnelles, sur l’émergence d’un collectif professionnel au sein de l’institution. Elle réactive les conseils de réseaux, insiste sur les efforts à faire en math et français, pour accueillir les moins de trois ans, pour changer le regard sur l’élève. Elle reprend aussi l’idée d’un double pilotage des réseaux, par les principaux de collège et les inspecteurs de l’Education nationale. Au travers du référentiel, le ministère de l’Education nationale s’est donné la peine de récapituler les pratiques qui fonctionnent. La circulaire reconnaît aussi les fonctions spécifiques qui ont émergé au fil du temps, comme les coordonnateurs de réseaux ou les enseignants référents. Pour la première fois, le temps consacré par les enseignants, hors du face-à-face avec les élèves, à rencontrer les familles ou préparer les projets, est officiellement reconnu.

L’Education nationale a-t-elle cependant les moyens de ses ambitions ?

Le défi des recrutements et des formations se pose effectivement au ministère. Mais la réforme de l’Education prioritaire constitue l’une des pierres de la refondation de l’école : si cette dernière échoue, la réforme de l’éducation prioritaire échouera aussi.
Il est nécessaire d’octroyer les moyens supplémentaires là où les besoins sont les plus criants, quitte à sacrifier une option dans un lycée ou une classe préparatoire. Ces choix ne sont pas faciles à faire, mais il faut trouver une solution car notre système scolaire est le plus inégalitaire de tous les systèmes scolaires des pays de l’OCDE.

Quelle est la place des collectivités dans cette refondation ?

C’est vrai qu’après deux années à travailler sur une nouvelle cartographie prioritaire, la question de l’articulation entre l’Education prioritaire et la politique de la ville pêche encore. La question des locaux, du travail avec les ATSEM, du rapport aux familles, d’une pédagogie différente ne peut faire l’économie du lien aux collectivités. Il faut sans doute encore quelques mois pour voir s’installer plus de cohérence.

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Que dit la circulaire de « refondation de l’éducation prioritaire » ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X