Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Opinion] Décentralisation

Petites villes : un avenir hors des métropoles ?

Publié le 11/06/2014 • Par Auteur associé • dans : France, Opinions

Martin Malvy

Martin Malvy

Président de l’Association des petites villes de France (APVF)

Onze métropoles, autant de superrégions : tel est le paysage territorial qui pourrait voir le jour en 2015. Les petites villes, qui regroupent près d’un tiers de la population de notre pays, appréhendent le défi de s’imposer comme l’indispensable réponse à la métropolisation en marche.

Chercher à s’opposer à ce mouvement n’aurait aucun sens ni aucune chance de réussir. Les grandes agglomérations fixent les stratégies économiques qui attirent les populations, que celles-ci réussissent, ou échouent. La France a déménagé vers la ville ; le rural a cédé le pas à l’urbain.

Atouts des petites villes – Que les grandes villes se soient développées, c’est un fait, mais elles ne sont pas les seules. Que l’emploi ait tendance à s’y concentrer n’est pas faux, mais combien de petites villes connaissent également une forme de développement ? Qualité de vie, proximité, relations humaines, fonctions structurantes, sécurité… les petites villes portent leur propre dynamisme et attirent, elles aussi.

Elles doivent valoriser ces atouts, car elles sont soit facteur d’équilibre dans un grand ensemble urbain, soit elles-mêmes « métropoles » d’un environnement rural. Le dynamisme des métropoles attirera toujours davantage d’étudiants, d’entreprises, de chômeurs. Il convient d’équilibrer les forces centrifuges, seule chance de limiter une densification urbaine excessive et coûteuse, ainsi qu’une désertification rurale, tout aussi problématique.

Trois conditions sont nécessaires. Les petites villes ont besoin d’une planification régionale qui organise la complémentarité entre les métropoles et leur hinterland. Les futurs schémas régionaux prescriptifs en seront les outils. La gouvernance des intercommunalités doit être modernisée : les petites villes ne peuvent pas correctement animer leur bassin de vie, si leur poids politique est dilué à l’excès dans des assemblées intercommunales où chacun doit être représenté mais où elles le sont insuffisamment.

Enfin, il n’y aura pas d’avenir pour les petites villes sans un effort de modernisation des services publics, mis en réseau avec les centres de décision dans les grandes métropoles. Ces pistes impliquent une volonté politique forte. Elles seront au cœur des débats des 17es assises de l’APVF, les 12 et 13 juin à Annonay (Ardèche).

Cet article est en relation avec le dossier

3 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Petites villes : un avenir hors des métropoles ?

Votre e-mail ne sera pas publié

victor zylberberg

12/06/2014 04h24

LES 20èmes CONTROVERSES EUROPENNES DE MARCIAC

Pour des territoires vivants

Faut que ça déménage !

Mercredi 30, jeudi 31 juillet et vendredi 1er août 2014

A Marciac (Gers)

Alors que se dessine une nouvelle géographie de l’exclusion, frappant notamment le monde rural, les politiques publiques d’aménagement du territoire semblent marquer le pas, souvent jugées inopérantes pour agir sur les inégalités sociales. Aussi, pour leur 20ème anniversaire, les Controverses européennes de Marciac nées du pari de l’innovation rurale, proposent-elles d’ouvrir un espace de disputes, confrontant les champs disciplinaires, les expérimentations et les points de vue, l’ici et l’ailleurs.

Car déménager, c’est d’abord se libérer des inerties, des idées convenues et des fictions, telle celle d’une égalité des territoires. C’est aussi déplacer les lignes et dépasser les dualités, entre l’urbain et le rural, le centre et la périphérie, le nord et le sud, en faisant fi des frontières tant administratives que mentales. C’est déloger, enfin, les pas de côté salutaires et les leviers favorables à une recomposition des liens et des lieux.

Organisées par la Mission Agrobiosciences et la Communauté de Communes Bastides et Vallons du Gers, avec le soutien de l’Europe, du Conseil Régional Midi-Pyrénées et du Conseil général du Gers. Les Controverses Européennes de Marciac s’appuient cette année sur un partenariat avec le centre Inra Toulouse Midi-Pyrénées et la Fédération nationale des CUMA.

En présence de Stéphane LE FOLL, ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, et avec les participations notamment de : Gilles ALLAIRE, économiste Inra ; Michka ASSAYAS, journaliste et écrivain ; Daniel BEHAR, géographe ; Omar BESSAOUD, chercheur au IAMM-CIHEAM ;Pierre CHAMPOLLION, Président de l’Observatoire Éducation et Territoires ; Raùl COMPES LOPEZ, économiste sociologue (Espagne) ; Dominique DESJEUX, sociologue ; Pierre-Louis GAUTHIER, Inspecteur d’académie (H) ; Jean-Jacques LAPLANTE, médecin ; François LEGER, ingénieur de recherche AgroParisTech ; Véronique LUCAS, FN Cuma ; Jean-Luc MAYAUD, historien ; Dominique PATUREL, UMR Innovation Inra Montpellier ; Bernard PECQUEUR, économiste ; Antoine POUPART, InVivo AgroSolutions ; Gilles SAVARY, député ;Yannick SENCEBE, sociologue Inra ; Csaba TABAJDI, eurodéputé (Hongrie).

Le programme complet : http://www.agrobiosciences.org/article.php3?id_article=3766

Auriez-vous la gentillesse de bien vouloir relayer cette annonce au sein de vos réseaux ?

Vous en remerciant par avance et restant à votre écoute pour toute question concernant ces journées,

Victor Zylberberg

MISSION D’ ANIMATION DES AGROBIOSCIENCES
ENFA – BP 72 638
31326 Castanet Tolosan
Tél : 05 61 75 34 64
Fax : 05 62 88 14 51

www.agrobiosciences.org

Ecosystèmes et territoires durables

15/06/2014 03h16

Bonjour,
C’est par la mobilisation des potentiels locaux non délocalisables que les petites et moyennes villes parviendront à redévelopper de l’activité économique. L’économie circulaire, l’économie de fonctionnalité, les circuits courts alimentaires, en biomatériaux, en énergie peuvent aider. Les choix politiques locaux et la commande publique doivent jouer leur rôle. Dans le tourbillon de la mondialisation, des milliers d’emplois ont disparu et des milliers d’habitants avec…. Une autre piste sérieuse consiste à développer le télétravail chaque fois que les situations professionnelles le permettent. Ainsi le désengorgement des métropoles trop chères, trop polluées, trop denses bénéficiera à l’environnement, à de nombreuses familles, ainsi qu’à l’économie des petites et villes moyennes… Pour cela, il faudrait un coup de pouce de l’Etat pour imposer le télétravail en terme de %, au regard d’un certain nombre de critères…

Ecosystèmes et territoires durables

15/06/2014 03h28

Les acteurs des collectivités locales, hors métropoles, commencent à percer des dents devant la France qui se dessine… Celle d’une France des petites et villes moyennes qui perdent inéxorablement des habitants et celles des métropoles, toujours plus tentaculaires, où se concentrent les richesses économiques la pollution, la densification et où se creusent les sillons des inégalités… Les acteurs des collectivités locales doivent s’engager dans un chantier de développement visant à valoriser tous les potentiels locaux, qu’il s’agisse de l’alimentaire, des éco-matériaux, de la valorisation des déchets toutes filières confondues (chantier, ménagers, meubles…) et de l’énergie… L’économie de fonctionnalité gagne également du terrain. Une autre piste intéressante et de ramener la population dans les petites et villes moyennes grâce au télétravail. Les élus locaux doivent se saisir de ce sujet avec beaucoup de ténacité et proposer à l’Etat d’imposer des critères pour que les entreprises développent davantage le télétravail chaque fois que les situations professionnelles s’y prêtent. Le télétravail est bénéfique pour l’environnement, pour l’entreprise, pour les salariés et leurs familles et pour les communes accueillantes.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X