Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Education

Quatre leviers pour réinventer les politiques d’éducation par le sport

Publié le 05/06/2014 • Par David Picot • dans : Actu prévention sécurité, France

Photo JE Sport - pol locale
Demachy - Fotolia.com
L’Agence pour l’éducation par le sport (APELS) a rendu public, le 5 juin, le bilan d’une expérimentation unique centrée sur le rôle social et éducatif du sport. Un travail inédit qui met en évidence le fort potentiel du sport dans les quartiers prioritaires, les attentes nouvelles du terreau associatif, et surtout, les clés pour qu’elles soient prises en compte par les collectivités. Un travail qui, par bien des aspects, va faire débat dans les services des sports.

« Le sport pour tous », c’est bien. « Le sport utile à tous », c’est encore mieux. « Les collectivités locales doivent passer d’un slogan à un autre », exhorte Jean-Philippe Acensi, délégué général de l’Agence pour l’éducation par le sport (APELS). Pour les y aider, il a présenté mercredi 5 juin, à l’Assemblée nationale, un rapport qui devrait faire date.

Intitulé « Une nouvelle voie pour l’éducation par le sport dans les villes », le document dresse le bilan d’expérimentations conduites entre 2010 et 2013 dans neuf villes françaises. Elles sont destinées à métamorphoser les politiques publiques d’éducation par le sport, dans les quartiers prioritaires.

 Commanditée et financée par le Comité interministériel des villes (CIV) et réalisée par l’APELS, cette étude a concerné Aubervilliers et Sevran (Seine-St-Denis), Bezons et Sarcelles (Val-d’Oise), Boulazac (Dordogne), Calais (Pas-de-Calais), Courcouronnes (Essonne), Gennevilliers (Hauts-de-Seine) et Laxou (Meurthe-et-Moselle). Le sociologue Gilles Vieille-Marchiset en a été le responsable scientifique.

Ses conclusions fournissent un véritable guide de bonnes pratiques pour comprendre les enjeux d’une politique d’éducation par le sport et surtout pour la conduire, qu’elle soit ciblée sur le décrochage scolaire, l’insertion professionnelle, l’accessibilité aux pratiques pour les femmes et les jeunes filles, la santé avec la lutte contre l’obésité etc. Elles donnent quatre leviers pour repenser les politiques.

1 – La volonté politique en préalable indispensable

Pour ses auteurs, pas de doute, tout part d’une volonté politique aboutie. Illustration avec la ville de Calais dont les services ont notamment travaillé sur le thème du décrochage scolaire. Avec succès si l’on en croit Guillaume Duchateau, à la tête du département Jeunesse et Sports. « A la base, nous avons identifié des jeunes qui étaient totalement sortis du réseau éducatif ou de formation et qui ne voulaient plus en entendre parler », explique-t-il. « Nous leur avons donc proposé de les remobiliser avec des horaires, à travers l’activité sportive. Nous avions à notre disposition, un minibus pour sillonner les quartiers et les emmener en séance. Progressivement, les jeunes sont venus. La finalité était de leur permettre de réintégrer un cursus ou une formation, ce qui a été le cas pour quinze d’entre eux. Cela peut paraître restreint mais à la base, il faut avoir à l’esprit qu’ils étaient totalement hors-circuit ».

Pour mettre en place ce programme et quelques autres auprès notamment de jeunes suivis sur le plan judiciaire, la ville de Calais a constitué une équipe de choc composée de huit éducateurs sportifs. « Sans la volonté de la maire, rien n’aurait été possible. Nous pouvons avoir les meilleures idées du monde, si l’élu n’est pas moteur, c’est difficile. C’est lui qui permet d’assoir le projet et de le développer ».

sport_rue

Crédit Flickr CC by e(Spry)

 

2 – Repenser l’écoute des besoins des habitants et du secteur associatif

Ces dernières années, le lien entre les attentes des associations et les actions des collectivités s’est considérablement distendu. « La politique publique du sport est basée sur la compétition, sur le réseau des clubs sportifs, sur la gestion des équipements, rappelle Jean-Philippe Acensi. Or, sur le terrain, nous nous rendons compte que ces objectifs ne sont plus du tout ceux d’une grande partie de la population, davantage tournée vers une pratique de loisirs. Ils ne répondent pas non plus aux attentes de jeunes laissés sur le bord de la route ».

 Pour rester à l’écoute des besoin de ses habitants, la ville de Bezons a mis en place un espace de discussion et de concertation mobilisant les acteurs éducatifs, associatifs, sportifs, élus et techniciens. Un travail qui a permis d’enclencher des opérations en faveur des adolescentes et de mettre en place des initiatives pour agir contre le décrochage scolaire.

 3 – Revoir les critères de subventions

Actuellement, les critères de subventions des clubs sportifs sont surtout basés sur le « mérite » (classement dans le championnat) et sur l’attractivité (nombre de licenciés). « Il faut revoir cela, préconisent Jean-Philippe Acensi et l’APELS. Cela ne signifie pas qu’il faille arrêter la compétition, mais se baser aussi sur des critères éducatifs et sociaux. Ce doit être la priorité d’un service des sports ». Un constat qui sous-entend de revoir la collaboration entre les villes et les associations afin qu’elle aille au-delà des subventions donc, mais aussi des problématiques de créneaux d’équipements.

4 – Métamorphoser les services des sports et davantage former les éducateurs

Dans pareil contexte, les auteurs du rapport proposent également de réorganiser le fonctionnement municipal. Et tout commencerait par un changement de vocabulaire : finis les services des sports, vive les services d’éducation et d’innovation sociale par le sport. « L’idée est d’apporter de la transversalité, de décloisonner les services et de les rassembler autour de projets communs. « Les services des sports ne répondent plus totalement à la demande, insiste Guillaume Duchateau. Ils sont en phase avec les clubs sportifs traditionnels, mais face aux jeunes des quartiers qui ont des modalités de pratiques différentes, ils sont en grande difficulté. »

Sans compter que, ces dernières années, les métiers ont largement évolué. « Aujourd’hui, précise Jean-Philippe Acensi, quelqu’un qui travaille dans un service des sports doit être capable de monter des projets, de bien connaître les publics et encore d’accompagner les secteurs associatifs. » Autrement dit, de se muer en une sorte d’entrepreneur socio-éducatif.  La ville de Sarcelles a par exemple travaillé sur ce point, pour favoriser la montée en compétence de ses éducateurs, dans des domaines aussi variés que la laïcité dans le sport ou l’accueil des jeunes filles.

 Voilà donc un rapport qui remet clairement en question la mission de service public du sport telle qu’elle est réalisée aujourd’hui en France. Ne risque-t-il pas toutefois d’être écrasé par le poids du débat sur la réforme territoriale ? Jean-Philippe Acensi n’est pas inquiet. « Notre temps n’est pas celui de l’annonce. Je suis persuadé qu’il va avoir une vie localement ». D’autant que l’APELS va donner une suite à cette expérimentation. Une prochaine est d’ores et déjà prévue. Cette fois-ci auprès de vingt villes.

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Quatre leviers pour réinventer les politiques d’éducation par le sport

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X