Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Décentralisation

La réforme territoriale se transforme en poker menteur dans l’Ouest

Publié le 27/05/2014 • Par Jacques Le Brigand • dans : Régions

Quatre grandes villes de Bretagne et des Pays de la Loire appellent à une fusion des deux régions. L’initiative est soutenue par Jacques Auxiette, président des Pays de la Loire, lequel défendait quelques jours plus tôt un rapprochement avec Poitou-Charentes. D’autres élus privilégient une Bretagne à 5 voire 6 départements. Alors que la réforme territoriale s’accélère, coups de bluff et intox se multiplient sur ces terres dominées par le parti socialiste.

Les maires de Brest, Nantes, Rennes et Saint-Nazaire se sont prononcés lundi 26 mai en faveur d’une fusion de la Bretagne et des Pays de la Loire. Plaçant l’économie et l’emploi au centre de leurs priorités, ils arguent des nombreuses coopérations engagées dans différents domaines comme la recherche, les universités, la santé, etc.

Dans une tribune parue le matin même dans la presse, les édiles socialistes précisent que cette fusion « permettrait à nos territoires de peser à l’échelle européenne ». Lesquels n’ont pas souhaité associer à leur démarche Angers qui forme pourtant avec leurs villes l’Espace métropolitain Loire-Bretagne mais qui, aux dernières élections municipales, a basculé dans le camp de l’UMP.

Ce faisant, les quatre agglomérations prennent a priori le contrepied de Jacques Auxiette : le 20 mai, le président socialiste des Pays de la Loire rencontrait son homologue de Poitou-Charentes, Jean-François Macaire, et la ministre Ségolène Royal pour étudier l’hypothèse d’une fusion des deux régions, toutes les deux potentiellement menacées par un démantèlement.

Isoler la Bretagne – Dans la foulée, ils mandataient leurs conseils économiques, sociaux et environnementaux pour réactiver d’anciennes études. Pourtant, Jacques Auxiette se félicite aujourd’hui de l’initiative des villes : l’élu n’a jamais caché sa préférence pour un rapprochement avec la Bretagne qui lui semble le plus naturel justement au titre des liens déjà noués. Mais viscéralement opposé à tout « démembrement » de sa collectivité, il avait pris langue avec les autres régions limitrophes pour mettre la Bretagne au pied du mur.

Le risque pour celle-ci de se retrouver isolée est cependant faible. A peine noué, le dialogue entre Pays de la Loire et Poitou-Charentes a déclenché une tempête, notamment en Charente et Charente-Maritime. « La Loire Atlantique n’est pas prête à chausser des Charentaises », a également répliqué sur twitter Philippe Grosvalet, président socialiste du conseil général.

Reste à savoir quelle sera la réaction des partisans d’une Bretagne à 5 voire 6 départements, c’est-à-dire comprenant la Loire-Atlantique et, le cas échéant, la Mayenne. Parmi ceux-ci figurent le président socialiste du conseil régional, Pierrick Massiot, et son prédécesseur aujourd’hui ministre, Jean-Yves Le Drian.

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

4 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

La réforme territoriale se transforme en poker menteur dans l’Ouest

Votre e-mail ne sera pas publié

Yann

28/05/2014 08h48

Les coopérations déjç engagées entre les régions actuelles se font naturellement entre la Loire Atlantique et la région Bretagne dans la mesure où ce territoire constitue la Bretagne culturelle et historique. Il serait donc pertinent des les inclure dans la même région.

Au passage, ce poker menteur concerne uniquement les élus « socialistes » car les citoyens bretons ont exprimé dans de nombreux sondagesi ce qui leur conviendrait: la réunification!

yaya850

28/05/2014 01h55

Bonjour,

Je souhaite que les Pays de Loire restent ensemble, pas de démantèlement. Ils doivent rejoindre la région Bretagne, ou la région Bretagne doit rejoindre les Pays de Loire pour des raisons de coopération, de projets économiques, d’échanges… depuis de nombreuses années. L’histoire est une chose, la réalité une autre.

Malamok

28/05/2014 03h44

De même que les hommes ne sont pas des coquilles vides, les régions ne sont pas uniquement des circonscriptions administratives ou des bassins d’activité, elles sont avant tout le produit de l’histoire, elles participent d’un attachement viscéral, de l’identité intime de chaque français, de notre représentation de nous-même et de l’espace qui nous entoure. Dans cette période de crise politique, économique et identitaire majeure, alors que tout semble s’écrouler autour des Français, il est dangereux de vouloir imposer une réforme aussi symbolique que la fusion / dissolution de nos grandes régions les unes dans les autres, ou la suppression d’un trait de plume des départements. D’autant que les quelques maigres économies attendues ne seront sans doute pas au rendez-vous. Prenons garde à ne pas allumer la mèche d’un baril de poudre rempli jusqu’à la gueule. Le Bretagne notamment n’est pas qu’une région administrative, elle est une nation au sens où l’Ecosse, le Pays de Galles ou le Québec le sont aussi. Vouloir noyer sa spécificité dans un grand tout délétère est une prise de risque bien excessive au regard du contexte actuel, tant régional que national.

Erwan

29/05/2014 09h15

Il serait très dangereux pour la France de souiller une nouvelle fois la Bratagne.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X