Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Citoyenneté

Campements roms : la Ligue des droits de l’Homme propose des « pistes d’action » aux collectivités

Publié le 27/05/2014 • Par Sophie Le Gall • dans : Actu juridique, Documents utiles, France

A travers la diffusion d'un guide pratique, la Ligue des droits de l'Homme s'adresse directement aux élus et aux agents pour les inciter à aller au-delà de l'intervention d'urgence.

S’appuyant sur le travail de terrain de ses comités de soutien auprès des familles roms, la Ligue des droits de l’Homme (LDH) a rédigé un guide, intitulé « Les Roms ont des droits », spécifiquement destiné aux collectivités locales qui font face à l’installation d’un bidonville ou d’un squat sur leur territoire.

« Trop de procédures d’évacuation sont engagées dans l’urgence, exacerbant la stigmatisation dont souffrent ces familles et ne faisant que déplacer la situation d’une commune à une autre. Des moyens administratifs, judiciaires, policiers et financiers importants sont déployés sans vrais résultats. D’autres options sont possibles, efficaces et durables, en commençant par l’accès aux dispositifs de droit commun », explique Philippe Goossens, référent sur les discriminations faites aux Roms de la LDH.

Cas concrets – Tout en souhaitant rappeler « les obligations et les devoirs de chacun », la ligue précise qu’elle ne nie pas la « difficulté » du travail qui incombe aux agents et aux élus et qu’elle souhaite travailler avec les acteurs locaux, avec qui le dialogue peut être tendu lors des évacuations, dans un « climat apaisé ». Le guide propose des plans d’action, étayés du bilan d’expériences concrètes (A Bordeaux, Grenoble ou encore Strasbourg), « qu’elles aient atteint leurs objectifs ou qu’elles se soient soldées sur un échec », sur les thèmes suivants :

  • Etablir le dialogue,
  • Créer un lien avec les associations,
  • Apaiser les relations avec les riverains,
  • Etablir des partenariats avec l’ensemble des acteurs et coordonner leurs interventions,
  • Etablir un diagnostic approfondi.

Si la ligue espère bien compter, avec la diffusion de ce guide, davantage de collectivités volontaristes dans l’insertion sociale des familles Roms, le climat général ne lui semble guère porteur : « Des communes sont actives, de grandes villes comme Lille et Lyon, mais elles ne peuvent pas mettre en place des projets ambitieux sans le soutien des préfectures, par exemple sur la question de l’accès au logement d’urgence, qui, actuellement, ne répondent pas présentes. Le discours de rejet de Manuel Valls, alors qu’il était ministre de l’Intérieur, a eu des conséquences ».

Cet article est en relation avec le dossier

5 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Campements roms : la Ligue des droits de l’Homme propose des « pistes d’action » aux collectivités

Votre e-mail ne sera pas publié

Kabik

27/05/2014 06h57

Donc la LDH, propose de loger et d’entretenir des étrangers souvent indésirables (à juste titre)contre la volonté de la population, quitte à forcer? Les seuls droits qui devraient être évoqués, ce sont ceux des Français, mais il est vrai que la LDH, les Français, elle s’en bat l’oeuil, tant qu’ils payent pour les subventions. Répugnant….

LADIVINE

03/06/2014 12h01

vous devriez avoir honte de cette réaction ! les Droit de l’Homme c’est pour tous les Hommes et toutes les Femmes d ela terre et c’est applicable que n’importe quel sol.
le LDH ne fait que faire respecter cette déclaration mondiale puisque reprise par l’ONU. de plus, si on intégrait les ROM qui sont très peu nombreux en regard de notre population, il y aurait bien moins de nuisances pour nous tous. Ils pourraient travailler (dans des métiers où les Français ne veulent pas) s’ils étaient éduqués et rapporter de l’argent à notre pays en payant des impôts et des cotisations sociales.
et je vous rappelle au passage que la LDH se bat aussi pour l’ensemble des Français, de quelque souche qu’ils soient, blancs ou noirs. l’apparteid c’est fini !!!

bichette

16/06/2014 04h25

Tout a fait d’accord avec Kabik, je trouve qu’on se soucie beaucoup des roms il faudrait qu’ils disent comment ils font pour que tant de monde se mobilise pour eux, on en a pas fait autant pour tous les sans abris hors roms qui ont campé dans des tentes avec l’espoir d’un logement avec la loi Dalo droit au logement opposable et qui attendent toujours.
Ca suffit la descrimination positive qu’on pense aussi à ceux toujours sans abri et qui ne sont Roms.

eliott

25/06/2014 06h45

quand je lis ce genre de propos je pense qu’on marche sur la tete ! en effet, depuis des années la france n’a ni travail, ni logements à proposer, il est donc irresponsable de continuer à accueillir des etrangers ! j’ajoute que si les conditions d’accueil n’étaient pas si favorables, nous serions moins envahis. enfin, il aussi irresponsable de faire du social fiancé par de la dette.
continer ainsi amènera avec certitude le FN au pouvoir…………

albator

19/08/2014 10h55

En période d’austérité (voulue par le pouvoir politique et subie par le néo-prolétariat) la LDH devrait penser à ne pas raser gratis et à réunir à sa charge les fonds nécessaires à la stimulation de la circulation en Europe de 10 millions de Roms; en effet « suggérer c’est payer » et le droitdelhommisme cher à la bourgeoisie de plus en plus faiblement éclairée (à quand un nouveau Grenelle?) retrouverait rapidement un sentier de croissance beaucoup plus modeste et aux conséquences financières moins délétères, rendons ici hommage à Michel Rocard, modèle de pragmatisme intelligent et champion de la realpolitik, partisan d’un humanisme responsable et aujourd’hui attaché au sauvetage du permafrost, et qui finira malheureusement sa carrière sur la banquise en guise de remerciements.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X