Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Aide alimentaire

Les épiceries sociales à l’heure des crédits nationaux : quels risques ?

Publié le 27/05/2014 • Par Sophie Le Gall • dans : France

Le premier versement du Crédit national des épiceries sociales (CNES), qui remplace, pour les épiceries sociales, le financement européen, est attendu d'un jour à l'autre. Les structures craignent une baisse de leurs moyens et certaines pourraient être tentées de changer de mode de fonctionnement.

En sortant, de leur propre volonté, du système d’aide alimentaire européen, les épiceries sociales et solidaires (au total 750 structures sur l’ensemble du territoire) se sont peut-être mises en danger.
Refusant le principe imposé, début 2014, par l’Union européenne, de gratuité de l’aide alors que leur modèle repose sur la contribution, même modeste, du bénéficiaire (environ 20 % de la valeur du don), les principaux réseaux des épiceries se sont tournés vers le gouvernement, qui leur a accordé une enveloppe exceptionnelle.

Le premier versement du Crédit national des épiceries sociales (CNES) est ainsi attendu pour les derniers jours de mai 2014.

Moyens à la baisse – « Mais le compte n’y est pas : les 8 millions d’euros débloqués ne correspondent pas à la valeur des denrées que nous attribuait l’Union européenne. Nous nous préparons donc à une baisse du volume de l’aide proposée », analyse Guillaume Bapst, directeur de l’Association nationale de développement des épiceries sociales (ANDES), tout en reconnaissant que cette situation n’est pas une surprise : « nous savions que l’Etat français ne pourrait pas nous donner davantage ».

Période périlleuse – Aujourd’hui, le risque est que des structures, sous la pression d’une demande croissante du public, abandonnent le modèle des épiceries sociales pour pouvoir prétendre, à nouveau, à l’aide européenne.

En France, environ 3 millions de personnes bénéficient de l’aide alimentaire. Mi-mai, des banques alimentaires ont organisé, pour la première fois au printemps, des appels aux dons afin de venir en aide à des structures en difficulté de trésorerie.

L’ANDES maintient, elle, son choix, de « donner peut-être moins, mais des denrées sélectionnées selon nos critères de qualité. En étant libres de nos achats, nous pouvons soutenir des réseaux locaux de production de produits frais. Sans oublier que la participation du public nous permet de financer des actions d’insertion sociale ».

Même périlleux, ce passage du système européen au système national pourrait être une occasion de « réinventer l’aide alimentaire », avance Guillaume Bapst.
Lors de l’annonce de l’attribution de crédits nationaux, le gouvernement, en la personne de Marie-Arlette Carlotti, ex-ministre déléguée en charge de lutte contre l’exclusion, s’était engagé à « accompagner les structures pour les aider à faire face à l’afflux de nouveaux publics ».

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Les épiceries sociales à l’heure des crédits nationaux : quels risques ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X