Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Intercommunalité

Lille Métropole : l’ombre de la IV ème République

Publié le 16/05/2014 • Par Alix de Vogüé • dans : Régions

Elu président de LMCU grâce au soutien de la gauche, Damien Castelain, maire sans étiquette de Péronne en Mélantois (870 habitants), fait de la « gouvernance collective » un axe fort de son mandat. Lille Métropole s’embarque pour des années de négociations d’autant plus ardues que le contexte budgétaire se durcit.

Le basculement à droite de Roubaix et Tourcoing a donné à l’UMP, l’occasion unique de prendre la présidence de Lille-Métropole avec l’aide de petites communes de centre-droit. La veille de l’élection, Bernard Gérard, maire UMP de Marcq-en-Baroeul annonçait qu’il était le candidat unique de cette alliance signée avec Damien Castelain, le patron de Métropole Passions Communes (MPC) qui regroupe ces communes de périphérie. Mais une heure plus tard, ce dernier faisait volte face, briguant lui même la présidence.
La gauche a eu l’habileté de lui laisser la première place : Martine Aubry a en effet soutenu Damien Castelain sans se présenter elle-même.

Aussitôt élu, Damien Castelain a tendu la main à la droite. Il a donc réparti ses vice-présidents :

  • 8 pour son groupe MPC,
  • 6 pour la gauche
  • 6 pour la droite.

« On a eu tout ce qu’on voulait », commentait dans la foulée Martine Aubry, devenue seconde vice-présidente chargée du « rayonnement de la métropole »

Trois couleurs politiques pour l’urbanisme – Partisan d’un mode de gouvernance qui « privilégiera le dialogue et la collégialité », Damien Castelain a pris le contre-pied du « G10 », le système des dix premiers vice-présidents établi par Martine Aubry lors du précédant mandat pour centraliser les prises de décisions.
Les arbitrages communautaires remonteront au bureau, composé de 43 élus : les 20 vice-présidents, 14 conseillers délégués (sortes de secrétaires d’Etat) et 9 conseillers au bureau (présidents de commission thématiques).

Et pour « associer tous les maires, quelle que soit leur sensibilité politique, au cœur des décisions », Damien Castelain veut mettre en place le plus rapidement possible la conférence métropolitaine, prévue dans la loi Mapam. On y traitera les grands enjeux à 85 (autant que de communes !).

Symbole de ces jeux d’alliances, la multiplication des décideurs dans le domaine de l’urbanisme donne un peu le tournis. Alors qu’il était, lors du précédent mandat, concentré chez René Vandierendonck, ce portefeuille est désormais réparti en trois couleurs politiques différentes.

  • Gérard Caudron (maire divers gauche de Villeneuve d’Ascq) prend l’urbanisme opérationnel (ville renouvelée, ZAC, concessions d’aménagement).
  • Marc Philippe Daubresse (maire UMP de Lambersart) retrouve Scot et PLU qu’il pilotait sous Pierre Mauroy.
  • Francis Vercamer, maire de Hem (UDI qui a rejoint le groupe MPC) est en charge de la politique de la ville avec l’Anru et le PMRQAD.

Ce seul découpage est déjà source d’incohérence : l’ANRU et la ville renouvelée sont réparties entre 2 élus.
De surcroît, deux présidents de commissions thématiques viendront ajouter leur grain de sel. Alain Pluss, maire (MPC) de Wattignies se charge du logement et la politique de la ville. Jean Delebarre pilote l’aménagement du territoire et de l’urbanisme. Le maire UMP de Marquette-lez-Lille sera en bonne position pour suivre un projet important sur sa commune, la ZAC Jeanne de Flandre (60 hectares), mais pourrait être moins passionné par le sort de la ZAC Saint Sauveur à Lille.

100 millions de moins pour créer le consensus – Damien Castelain veut renouer avec le consensus qui avait fait la gloire de Pierre Mauroy. Mais celui ci pilotait la métropole avec une mairie de Lille entre ses mains ou, plus tard, celles de Martine Aubry. Et l’ancien Premier ministre avait surtout les budgets pour financer ce consensus. LMCU avait ainsi réalisé dans les années 90, à la fois la rénovation du tramway et la construction d’une ligne de métro dans le même secteur nord-est (entre Lille, Roubaix et Tourcoing).

De même, en 2008 quand, à l’instigation d’Henri Segard maire de Comines, dont Damien Castelain était très proche, Pierre Mauroy, avait décidé, in extremis, de faire construire le Grand Stade par Eiffage plutôt que par Norpac-Bouygues, LMCU pouvait s’engager du jour au lendemain sur 108 millions d’euros supplémentaires.

100 millions d’euros aujourd’hui, c’est ce que la métropole risque de perdre dans le cadre des 11 milliards d’économie pour les collectivités locales. L’huile va sérieusement manquer dans les rouages du consensus. A 20, 43 ou 85, les négociations risquent de tenir le haut du pavé, mais quelles décisions opérationnelles pourront vraiment émerger ? Et les brumes de la IV ème République ne vont-elles pas envahir les travées de l’hémicycle de la métropole ?

Régions

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Lille Métropole : l’ombre de la IV ème République

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X