Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Rémunérations

Gel du point d’indice : les syndicats ne sont pas prêts à lâcher

Publié le 16/05/2014 • Par avec l'AFP Agathe Vovard • dans : A la Une RH, Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

Manifestation
Fotolia
L’intersyndicale CGT, CFDT, CFTC, FA-FP, FSU, Solidaires et Unsa insiste sur l’aspect prioritaire de l’ouverture de négociations salariales sur le point d’indice, au lendemain de la grève du 15 mai 2014.

« La balle est dans le camp de la ministre. » Le ton est donné, avec cette phrase de Baptiste Talbot, secrétaire général de la fédération CGT des services publics, après une journée de mobilisation qui est une « franche réussite » : « Plus de 250 000 participants et près de 120 manifestations et rassemblements. » D’après le ministère de la Fonction publique, il y avait 6,46 % de grévistes dans la territoriale, 8,01 % dans la FPE, et 12,73 % dans l’hospitalière. Il y avait aussi 6,34 % de postiers grévistes.

6,46 % de grévistes – Les syndicats vont être vite fixés, puisqu’une réunion pour lancer la négociation « post-rapport Pêcheur » sur les parcours professionnels, les carrières et les rémunérations est prévue avec Marylise Lebranchu lundi 19 mai. L’intersyndicale fera un nouveau point sur la situation dans l’après-midi, « en fonction des réactions gouvernementales à la journée du 15 mai », indique également la CGT dans un communiqué.

Concrètement, il doit d’agir notamment, lors de ce cycle de réunions, de discuter d’une révision des grilles de salaires et des régimes indemnitaires des agents, qui ont enflé en trente ans, atteignant aujourd’hui quelque 1 700 régimes. Les primes, dont la part ne cesse d’augmenter dans la rémunération des agents et qui ne comptent pas pour les retraites, seront aussi sur le tapis.

« Il faut que nous réinterrogions, non pas les principes de la fonction publique de carrière, mais la façon dont tout cela fonctionne », explique le ministère, qui reconnaît que la fonction publique « s’est pas mal complexifiée en 30 ans ».
Le gouvernement table sur 19 séances de négociation et souhaite aboutir en mars 2015 à « un ou des protocoles d’accord » soumis à la signature des syndicats.

Mascarade – De son côté, la fédération des fonctionnaires Force ouvrière (FO) indique dans un communiqué avoir décidé de boycotter cette réunion du 19 mai, la qualifiant de « mascarade ».

Les élus sont aussi sensibles aux revendications des agents. Thierry Mandon, porte-parole des députés PS, a mis en garde vendredi 16 mai contre la « crise » et la « dépression » qu’il voit s’annoncer dans la fonction publique, où il y a « du malheur ».

Du malheur dans la fonction publique – Interrogé par i>TELE, l’élu de l’Essonne a dit : « Il y a en préparation dans la fonction publique dans ce pays, vraiment, les éléments d’une crise, en tout cas d’une dépression. » Il a expliqué avoir rencontré des gens « mal payés, mal considérés ».

Ces personnels ont la garantie de l’emploi, lui fait-on observer. « Oui, mais ça ne tiendra pas », a répondu M. Mandon. « Il y a du malheur dans la fonction publique. Il est temps de relancer en profondeur le dialogue social dans un programme de transformation de l’Etat qui devient inéluctable ».

Cet article est en relation avec les dossiers

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Gel du point d’indice : les syndicats ne sont pas prêts à lâcher

Votre e-mail ne sera pas publié

Noelle

17/05/2014 07h00

Nous payons très cher notre sécurité d’emploi. Seule avec mon fils et mes 1400 euros (dont 200 de primes qui en partie ne comptent pas pour ma future retraite), nous ne partons jamais en vacances et ne pouvons mettre aucun euro de côté. Je ne possède pas de voiture et vis en hlm … qui veut mes conditions de vie à compter chaque euro, pour 40 heures de travail face au public, par semaine ????

mac

19/05/2014 09h11

Le 15 mai j’ai fait grève pour lepremière fois de ma vie… autant dire que ça n’est pas génétique chez moi. Mais ça fait 20 ans qu’on me dit (j’étais à la Défense et je vous garantis que ça se passe en silence mais qu’on a bien démonté l’outil) qu’il faut faire des économies, qu’on restructure parce que c’est nécessaire.A lros aprticiper aux efforts je susi d’accord et en 2010 j’ai dit Ok mais 4 ans plus tard et RGPP, REATE et autres réformes apssées où en est-on?? Pareil! On continue à verser de l’AME à fonds perdus aux étrangers en situation irrégulière, on a toujours pas réformé le régime des intermittents du spectacle, on verse encore des primes de Noël aux chômeurs, on arrose de subventions des associations douteuses etc. Bref, on a pas beaucoup progressé en matière d’économies, alors il me semble parti
oculièrement difficile à avaler 8 ans de gel des salaires (!) alors même que tout augmente (et la fiscalité en particulier).

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X