Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Fiscalité

La fiscalité locale des entreprises plus efficace mais encore opaque

Publié le 14/05/2014 • Par Cédric Néau • dans : France

L’instauration de la contribution économique territoriale atteint ses objectifs de compétitivité, mais sa gouvernance doit être améliorée, a défendu le Conseil des prélèvements obligatoires devant la commission des finances de l’Assemblée nationale le 13 mai. Cette fiscalité comprend encore trop de petites impositions qu’il faut « balayer ».

Et si l’efficacité de la fiscalité locale était analysée sous l’angle du redevable plutôt que sous celui du bénéficiaire ? C’est en posant ce paradigme que le Conseil des prélèvements obligatoires (CPO) a présenté mardi 13 mai son rapport sur la fiscalité locale et les entreprises à la Commission des finances de l’Assemblée nationale, qui l’avait mandaté pour cette étude le 24 juillet 2013.

Une fiscalité qui a atteint ses objectifs – Pour les entreprises, le remplacement de la taxe professionnelle par la contribution économique territoriale (CET) en 2010 « atteint globalement son objectif de compétitivité », rapporte Didier Migaud, premier président de la Cours des comptes et président du Conseil des prélèvements obligatoires. « En choisissant une imposition locale principale fondée sur la création de richesse et sur une assiette foncière qui maintient le lien entre l’entreprise et son territoire, la CET a favorisé la pertinence de la fiscalité locale des entreprises ainsi que sa cohérence avec les assiettes privilégiées pour la fiscalité nationale », explique le CPO. Autre bon point, la spécialisation de la fiscalité économique depuis 2010 ne permet plus « une concurrence verticale entre les territoires fondée sur les taux d’imposition ». Autrement dit, elle n’est pas un argument décisif pour attirer l’activité économique sur son sol. Cette réforme n’est toutefois pas sans défaut.

Lire la suite de l’article sur le Club Finances

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

La fiscalité locale des entreprises plus efficace mais encore opaque

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X