Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Sécurité

Dans quels cas les dispositifs de vidéoprotection peuvent -ils être déportés vers les services de police ou de gendarmerie ?

Publié le 13/05/2014 • Par Delphine Gerbeau • dans : Réponses ministérielles, Réponses ministérielles prévention-sécurité

La possibilité pour les dispositifs de vidéoprotection de voie publique d’être déportés vers les services de police ou de gendarmerie est conditionnée à deux exigences, sauf quelques rares cas motivés par des circonstances locales particulières. D’une part ces systèmes doivent disposer en amont d’un centre de supervision où de visionnage aléatoire au sein duquel des agents dûment habilités par le maire procèdent à une levée de doute, d’autre part le besoin opérationnel d’un tel déport doit être avéré en raison d’une délinquance particulièrement marquée. Tous les dispositifs des communes, même disposant d’un centre de supervision ou de visionnage, ne font pas systématiquement l’objet de déports vers les services des forces de sécurité de l’État. S’il n’existe pas d’impossibilité règlementaire à ce que ce principe de déport bénéficie dans certains cas à des dispositifs installés dans des espaces commerçants, au regard du nombre très importants de commerces aujourd’hui équipés de dispositifs de vidéoprotection, cela ne saurait être une mesure généralisée car les effectifs concernés ne seraient alors plus en mesure de veiller sur l’ensemble des images qui leur seraient renvoyées. Par ailleurs les commerçants peuvent mutualiser leurs images et les confier à des opérateurs privés tandis que les élus ne peuvent pas confier leurs images de voie publique à des opérateurs privés comme l’a rappelé le Conseil Constitutionnel dans sa décision n° 2011-625 du 10 mars 2011. Aussi ces déports vers les services de police ou de gendarmerie, des images captées dans les espaces commerciaux, n’ont été mis en œuvre et ne pourront continuer de l’être que dans des cas spécifiques où les problématiques de délinquance particulièrement importantes sont concentrées dans ces endroits.

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Dans quels cas les dispositifs de vidéoprotection peuvent -ils être déportés vers les services de police ou de gendarmerie ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X