Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Education

Rythmes scolaires : la Cnaf et l’AMF lancent une enquête auprès de 24.000 communes

Publié le 13/05/2014 • Par Michèle Foin • dans : A la une, France

JE-rythme-scolaire-410x263
Gennady Poznyakov - Fotolia.com
Alors que Benoît Hamon vient d’annoncer la prolongation d’un an du fonds d’amorçage, l’AMF et la Caisse nationale des affaires familiales (Cnaf) ont lancé le 12 mai 2014 une vaste enquête auprès des 24.000 communes et des EPCI ayant une école, pour cerner plus finement leurs besoins de financement concernant la réforme des rythmes scolaires.

« Nous avons entendu les difficultés posées par certaines communes. Pour l’année 2015/2016, le fonds d’amorçage calibré sur les communes qui connaissent les plus grandes difficultés, sera prolongé », a déclaré Benoit Hamon, ministre de l’éducation le 7 mai sur France Inter, juste avant le conseil des ministres. « Nous estimerons le montant en fonction des difficultés réelles remontées par certaines communes », a-t-il ajouté. Car aujourd’hui nul n’est en mesure d’évaluer précisément le montant des aides qu’il va falloir dégager pour soutenir la réforme des rythmes scolaires. « Pour cela, nous avons besoin de savoir comment les communes vont mettre en place la réforme », indique Daniel Lenoir, directeur général de la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf). Cette visibilité, les différents acteurs de la réforme devraient pouvoir l’obtenir grâce aux résultats d’une vaste enquête lancée lundi 12 mai auprès des 24 000 communes et EPCI ayant une école. Un questionnaire de 250 questions, élaboré avec l’Association des maires de France (AMF), est parti ce lundi.

Dispositif de financement – Reçu par Benoît Hamon vendredi 30 avril, Daniel Lenoir a insisté pour que le groupe tripartie composé de l’AMF, de la Cnaf et des trois ministères impactés par la réforme (éducation, affaires sociales, jeunesse et sports), puisse continuer à se réunir. « Nous devons parvenir à un dispositif de financement qui puisse être présenté au conseil d’administration de la Cnaf de juillet et qui convienne à tous les acteurs concernés », insiste-t-il, rappelant que l’assouplissement, à titre expérimental, du taux d’encadrement pour les activités périscolaires relevant d’un accueil de loisirs, et qui était demandé par les communes, est issu de ce groupe de travail. Cette expérimentation, qui court jusqu’en juillet 2014, permet aux communes qui ont organisé un accueil de loisirs sans hébergement (ALSH), d’aligner leur taux d’encadrement sur celui, plus léger, des activités extra-scolaires issues de la réforme des rythmes, tout en continuant à percevoir la prestation de service de la Caisse d’allocations familiales. Elle doit faire l’objet d’une évaluation fin juin. Ces résultats, adossés à ceux de l’enquête qui vient d’être lancée auprès des communes et complétés des remontées des Caisses d’allocations familiales, permettront de fixer les conditions de prise en charge des activités périscolaires à la rentrée 2014. Ces dernières feront l’objet d’une délibération du conseil d’administration de la Cnaf en juillet. « Je ne dis pas que le calendrier est idéal, admet Daniel Lenoir, mais nous avons besoin de cette période d’observation. »

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

4 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Rythmes scolaires : la Cnaf et l’AMF lancent une enquête auprès de 24.000 communes

Votre e-mail ne sera pas publié

CAMELIA

13/05/2014 02h01

Se servir des fonds de la caisse d’allocation familiale pour une expérimentation d’une durée de 3 ans en prenant comme cobaye 3 générations d’enfants.
On n’en est plus là, on en est à comment finir la fin du mois avec plus rien pour acheter de quoi manger.
ne mettez pas la charrue avant les enfants, mais prenez du recul à cette foutue réforme qui va poser encore plus de problèmes aux parents, sans parler de la fatigue des enfants.
La France n’a plus d’agent, alors je pense que se n’est vraiment pas une priorité cette « Réforme politique »

LINO

13/05/2014 04h11

Cette réforme n’est pas utile. Alors qu’il y avait eu de nombreuses années avant la mise en place de la semaine à 4 jours. Il faut mettre en place la semaine à 4,5 jours de suite ou presque. Les structures associatives qui avaient mis en place des horaires de cours adaptés pour les enfants le mercredi, vont se retrouver avec des créneaux pleins le samedi à répartir entre enfants du primaire, collégiens, lycéens et adultes. En effet, le mercredi après-midi, les enfants iront dans les centres aérés car beaucoup de parents reprendront le travail à 100% et ne pourront pas les amener. L’Etat se décharge et laisse aux communes le soin de se débrouiller. En plus cette demie-journée, ne sert à rien. Pourquoi ne pas diminuer les grandes vacances? Je pense également, que le système éducatif doit revoir son programme pour le primaire. Il faut y apprendre les bases: écrire, lire, compter, sans oublier de la culture générale ( histoire, sciences, géographie, éducation civique, anglais) et du sport. Le tout en faisant des programmes réalisables en 10 mois. De même, l’école publique est gratuite mais avec cette réforme cela obligera à payer des activités, de la cantine et de la garderie en plus. Alors, le gouvernement devrait bien y réfléchir avant de lancer des réformes pour faire des réformes. Au fait, personnellement, ces gens doivent penser que tous les français ont des gouvernantes qui peuvent amener les enfants à l’école à 9h et les récupérer à 15h… Il y a un décalage entre le rythme des parents et celui des enfants…

sissi

14/05/2014 01h11

Affligeant !!! pour faire passer cette stupide réforme , on est près à « assouplir le taux d’encadrement « !!! ( en plus de dépenser des fonds alors qu’il faudrait faire des économies)

La sécurité de nos enfants n’a donc aucune importance pour Hamon et Peillon…l’important étant que leur débile projet soit appliqué quel qu’en soit le cout et les conséquences !!!!

C’est honteux!!!

Que fait donc notre soit disant président normal ……

chris

15/05/2014 06h37

Je suis d’accord avec Camélia, dire que les nouveaux rythmes scolaires sont une expérimentation c’est quand même grave et inconscient. Ils sont vraiment dans leur « bulle » à Paris, complètement déconnectés de la réalité de la vie. Je travaille dans une école. La plupart des enfants arrivent à 7H45 et sortent à 18H et on va rajouter une demi journée supplémentaire. Quoi qu’ils fassent, ils seront dans l’école. Le mercredi, ils étaient contents d’aller au centre aéré. Mais là ? Le problème des enfants et l’école ne se résoudra pas par les rythmes scolaires mais par le rythme des adultes car les enfants ne font que subir notre propre vie avec plus ou moins de contraintes. Mais là a-t-on le choix ? Les vrais problèmes sont ailleurs mais il n’est pas correct d’en faire état. Quelle hypocrisie ?

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X