Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Réforme des collectivités

Bourgogne Franche-Comté: les « anti-fusion » demandent un référendum

Publié le 06/05/2014 • Par Alexandra Caccivio • dans : Régions

La résistance au projet de fusion envisagé en Bourgogne et en Franche-Comté s'organise avec, parmi ses leaders, le Mouvement Franche-Comté fondé par Jean-Philippe Allenbach. Outre un rassemblement, le 17 mai 2014 à Besançon, le Mouvement Franche-Comté est à l'initiative d'une pétition, intitulée « Non à l'annexion de la Franche-Comté par la Bourgogne! » Elle a recueilli, début mai, près de 500 signatures.

Annexion: le terme s’appuie un constat démographique. La Bourgogne compte 1,6 million d’habitants – contre 1,2 million pour la Franche-Comté. « Les Bourguignons, forcément majoritaires dans la nouvelle assemblée, pourraient nous imposer leur volonté et nous faire payer des dépenses qui ne nous intéressent pas tout en refusant de payer pour celles qui nous intéressent », estiment les opposants, dans le texte soumis à la signature des Franc-Comtois. Ils soulignent d’ailleurs que ce serait d’entrée le cas. En fusionnant les budgets, les Franc-Comtois seraient amenés à rembourser les emprunts contractés par les Bourguignons, dont l’endettement par habitant atteint 333 euros (pour 172 euros en Franche-Comté).

 « Deux pauvres ne font pas un riche » – Selon Jean-Philippe Allenbach, le projet de fusion présente par ailleurs un grave défaut: il ne s’appuie sur aucune étude sérieuse permettant d’estimer les économies qu’il générera. Lors de leur première conférence de presse commune, le 14 avril dernier, François Patriat et Marie-Guite Dufay, présidents des conseils régionaux de Bourgogne et de Franche-Comté, avaient souligné qu’il était effectivement difficile de les chiffrer. Ils défendaient cependant l’idée que la fusion de certains services, couplée à la mutualisation des outils d’ingénierie, générerait nécessairement « des économies de structure ». « Deux pauvres ne font pas un riche », estiment cependant les détracteurs du projet, pour qui l’argument de la masse critique ne tient pas. « Bien des régions sont plus petites que la Franche-Comté, soulignent-ils encore. C’est le cas de 2 Länder allemands, de 5 régions espagnoles, 8 italiennes, 4 autrichiennes – ainsi que de tous les cantons suisses (sauf Zürich) » sans que « personne n’envisage de les faire disparaître ».

 Un référendum oui, mais…- Les opposants au projet de fusion, en Franche-Comté, réclament aujourd’hui l’organisation d’un référendum. Ils rejoignent en cela la position du Bourguignon François Sauvadet qui dénonce le choix du gouvernement d’un « big bang sans concertation ». Le président du conseil général de Côte-d’Or estime qu’il n’est pas possible, aujourd’hui, « de bouleverser notre organisation territoriale de manière unilatérale par l’accord unique des deux dirigeants de chaque exécutif ». « Une décision de cette importance ne peut en aucun cas se faire sans consulter les populations elles-même », dit-il.

« Un référendum peut être une bonne chose mais, tel qu’il s’est passé en Alsace, il a été contre-productif », estimait Marie-Guite Dufay le 14 avril 2014. Selon l’élue, une telle consultation « nécessite du temps pour que les termes du débat soient clairs et bien posés ». « Le débat est ouvert, précisait de son côté François Patriat, estimant que « les médias et les réseaux sociaux » allaient l’animer. « La méthode, les objectifs, les moyens: tout est sur la table. »

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Bourgogne Franche-Comté: les « anti-fusion » demandent un référendum

Votre e-mail ne sera pas publié

Galin

07/05/2014 08h56

Les gens ont de telles peurs et résistances face aux changements, qu’organiser un référendum est la meilleure manière pour maintenir le statut quo et continuer à aller droit dans le mur…

Marc25

11/05/2014 03h12

Avant de fusionner les régions ensembles, commençons par le bas :
1 – Fusion de communes (seuil plancher à fixer) ;
2 – Stop à la gabegie de l’intercommunalité (président, X vice-présidents, du personnel en pagaille et des palais pour les abriter, des voitures de fonction, etc ….)
3 – Suppression des conseils généraux de façon à ce qu’il y ait comme échelon local, la commune, la communauté et la région.
Ensuite, il sera temps de voir ce que cela donne. Cela n’empêche pas également de faire le ménage au niveau des députés et sénateurs. Et surtout, halte au cumul des mandats. Les français en ont assez de ce gaspillage !!!

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X