Environnement

Egouts de Paris : le spectre de l’amiante

| Mis à jour le 29/04/2014
Par • Club : Club Techni.Cités, Club RH

Fabien R.C. - Fotolia

La ville et Eau de Paris ont pris des mesures conservatoires afin de protéger le personnel.

Depuis le 3 avril, et jusqu’à nouvel ordre, certaines interventions dans les égouts de Paris sont en stand-by. La ville et Eau de Paris, la régie municipale chargée de la production et de la distribution de l’eau dans la capitale, ont pris des mesures conservatoires. Objectif : protéger les agents susceptibles d’être exposés à l’amiante.

Matériau cancérigène –  En effet, ce matériau cancérigène est présent dans le revêtement bitumineux appliqué sur certaines canalisations afin d’en ralentir la corrosion. Une technique appelée « glutinage », employée dès 1950 et jusqu’en 1997, année où l’utilisation de l’amiante a été interdite en France. La présence de celle-ci dans les égouts est détectée dès l’été 2011.

« Une campagne de sondage sur l’ensemble du réseau, réalisée mi-2012, a révélé que 30 % des 5 000 kilomètres de conduites parisiennes sont amiantés », précise François Poupard, directeur général d’Eau de Paris. Des mesures montrent que les opérations sur les tuyaux – meulage, tronçonnage, etc. – sont susceptibles de libérer des quantités de fibres des centaines de fois supérieures aux normes. Dès lors et à titre conservatoire, la ville et Eau de Paris interdisent les travaux sur les matériaux suspects comme les revêtements de surface noirs.

Mais le personnel intervient peu sur les ouvrages eux-mêmes, la maintenance des canalisations d’eau est déléguée à des entreprises privées. Toutefois, les agents s’interrogent sur leur niveau d’exposition lorsqu’ils circulent près de conduites amiantées et, au passage, les frottent. « Les syndicats ont demandé une expertise extérieure à l’occasion d’un comité d’hygiène et de sécurité spécial en novembre 2012, relate Frédéric Aubisse, secrétaire général de la CGT – égouts de Paris. Le cabinet Aliavox a rendu son rapport fin 2013. Il préconisait notamment de réaliser des mesures du taux d’amiante dans l’air à l’occasion d’un cheminement dans un tronçon glutiné. »

Délégation au secteur privé ? – Les résultats des mesures effectuées, tombés fin mars 2014, montrent des niveaux d’empoussièrement supérieurs aux normes et qui imposent le port d’un équipement de protection. « Dès le 3 avril, une instruction a été donnée aux équipes de suspendre les interventions dans le tronçon incriminé, mais aussi dans les conduits étroits où le glutinage a été utilisé et dans lesquels les frottements sont inévitables, expose Philippe Chotard, secrétaire général de la ville de Paris. Mais il sera toujours possible de descendre avec un appareil de protection respiratoire adapté pour réaliser des opérations en urgence. » Plusieurs modèles de masque sont à l’essai. « Toutefois, nous craignons que la ville ne décide de déléguer une partie de nos missions au secteur privé sous prétexte de ne pas pouvoir nous protéger correctement », conclut Frédéric Aubisse.

Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X