Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Données publiques

L’open data, atout maître dans la course aux économies ?

Publié le 25/04/2014 • Par Sabine Blanc • dans : Dossiers d'actualité, France

Servir la transparence, le développement économique mais aussi guider les politiques publiques, et permettre ainsi de baisser la dépense publique : l’idée que l’open data répond à toutes ces exigences fait son chemin au sein du gouvernement, comme en a témoigné l’intervention de Marylise Lebranchu lors de la Conférence de Paris sur l’open data et l’open governement jeudi 24 avril.

Baisser la dépense publique en basant les choix sur l’analyse des données publiques, tel est le mantra répété jeudi 24 avril par Didier Migaud, le premier président de la Cour des comptes et Marylise Lebranchu, la ministre de la Décentralisation, de la Réforme de l’Etat et de la Fonction Publique, lors de la Conférence de Paris sur l’open data et l’open governement organisée par Etalab, la mission en charge de l’ouverture des données publiques.

Cette première journée était d’ailleurs organisée à la Cour des comptes, qui a parmi ses magistrats le “open data friendly” Mohammed Adnène Trojette, auteur d’un rapport sur les redevances sur les données publiques.  

Alors qu’il faut trouver 50 milliards d’économie, les donnée publiques permettraient de raboter avec équité, de façon rationnelle. Telle est, en substance, l’idée. Avec l’amélioration de la démocratie et le développement économique, c’est le troisième axe d’intérêt de l’open data a expliqué la ministre.

L’annonce, officialisée aujourd’hui, que la France rejoint l’open governement partnership (OGP), s’inscrit dans cette logique, entre autres : « L’OGP est un mouvement mondial, regroupant aujourd’hui 63 pays, qui s’attache à promouvoir la transparence de l’action publique et la gouvernance ouverte, à renforcer l’intégrité publique et combattre la corruption. Ce partenariat promeut l’usage des nouvelles technologies – en particulier d’Internet – pour renforcer la gouvernance des données publiques et promouvoir l’innovation notamment dans l’élaboration des politiques publiques », a défendu Marylise Lebranchu.

« Etalab est au sein du SGMAP, ce n’est pas un hasard », a-t-elle encore rappelé. Elle juge que « l’évaluation des politiques publiques n’est pas encore assez accessible aux citoyens », et que l’ouverture doit y pallier.

Ces propos prolongent ceux tenus lors de son audition au Sénat devant la mission commune d’information sur l’accès aux documents administratifs et aux données publiques, où elle avait recommandé de mettre en place une nouvelle fonction de “Chief data officier” au sein des administrations.

Une telle évolution du rôle de la donnée justifierait de s’appuyer sur un Etalab renforcé, alors qu’il dispose encore de moyens bien modestes : l’enjeu à moyen terme est de réformer en profondeur la culture des administrations mais aussi les SIG, souvent obsoletes.

Interrogée par La Gazette, la ministre n’a pas confirmé l’élargissement du périmètre d’action d’Etalab évoqué par ZDNet qui rapporte que « Marylise Lebranchu a laissé entendre que cette mission pourrait devenir prochainement un « Secrétariat général des données », aux côtés notamment du Secrétariat général pour la modernisation de l’action publique (SGMAP). L’institution dirigée par Henri Verdier prendrait ainsi du galon et deviendrait une sorte de « chief data officer », tel que l’on en trouve au Royaume-Uni par exemple. »

L’exemple britannique en renfort - Marylise Lebranchu et Didier Migaud avaient à leurs côtés un atout de poids pour appuyer ce credo : leur homologue anglais Francis Maude, secrétaire d’Etat au Secrétariat du Conseil des Ministres du Royaume-Uni depuis 2010. Il affirmait ainsi en 2012 que « (leur) engagement à la transparence n’est pas qu’une question de gouvernement ouvert et qui rend des comptes, aussi important cet aspect soit-il. C’est aussi une façon de s’assurer que nous menons le gouvernement le plus efficace possible et que nous obtenons les taxes au plus juste prix pour les contribuables. » Et d’illustrer par un exemple : « Introduire une plus grande transparence dans le domaine des biens de l’Etat fait partie de ce qui nous a permis d’économiser 90 millions de livres l’année dernière. » Il indiquait encore que « jusqu’à présent, nos économies totales s’élèvent à 3,75 milliards de livres ».

L’idée a été développée dans le cadre de la seconde table ronde de cette première journée, « Stratégies de données : Quand la donnée sert l’efficacité de l’organisation ». Elle mêlait des acteurs du privé, où les données « s’imposent comme un élément central des modèles opérationnels et économiques », et du public, invités à s’inspirer de ces « data-driven stratégies » s’appuyant sur ces nouvelles pratiques que sont les « Datasciences, l’analyse prédictive, le pilotage temps réel, les modèles d’allocation optimale des ressources ».

Mais ces principes soulèvent plusieurs enjeux : comment appliquer au service public des méthodes utilisées dans un secteur qui par définition vise d’abord à faire des bénéfices ? Quels savoir-faire ? Quelles limites à l’utilisation des données ? Comment ne pas tomber dans un biais bien connu des statisticiens, l’illusion d’objectivité des données, alors que ce sont des productions plus ou moins subjectives ? Comment bien utiliser la donnée ?

Si l’utilisation des données pour guider l’action publique n’est pas nouvelle, – c’est un des buts de l’Insee depuis 1946, par exemple, ou de la Cour des comptes depuis 1807 -, il s’agirait de systématiser cette approche. Les intervenants n’ont pas vraiment répondu à la question, mais plutôt évoqué des façons de faire, des retours d’expérience, inspirants ou pas.

« Quel problème pouvons-nous résoudre ? » - « Ne pas essayer de bien allouer ses ressources, en utilisant les données et les technologies, c’est être négligent », a ainsi déclaré Michael Flowers, de la Faculté des Sciences de la Ville à la New York University. L’ancien premier « directeur des analytiques » de la ville de New York est réputé pour avoir recouru au big data. Pour lui, cette approche « a le même potentiel que le web, la question maintenant est : quel problème pouvons-nous résoudre ? ». L’analyse des données fournit des indicateurs potentiels. « Ne théorisez pas sans fin, a-t-il encore conseillé, concentrez-vous sur la résolution des problèmes de la vraie vie l’un après l’autre. » 

Gavin Starks, président de l’Open Data Institute, un organisme qui incube entre autres des start up, a invité à « ouvrir un espace démocratisé pour l’innovation », à une époque où le traitement massif des données est à porté de tout le monde : c’est aussi trouver des solutions à l’extérieur de l’administration.

Geoffroy Zbinden, vice-président Big Data & Business Intelligence d’Orange a évoqué la façon dont l’entreprise utilise la donnée pour influer sur la stratégie, en fonction du comportement du client. Et donné un exemple concret d’utilisation de « méthode de modélisation du comportement utilisé dans le privé » appliqué au public avec ce que fait la police de Santa Cruz pour mieux affecter ses effectifs en fonction d’une analyse prédictive de la délinquance.

Les promesses tant louées du big data ont toutefois été nuancées. Nicolas de Cordes, d’Orange a présenté avant la table ronde le projet D4D, pour « Data for Development », un projet big data sur des données anonymisées de téléphonie menée en Côte d’Ivoire, qui a abouti à 260 projets sur le transport, la santé, l’urbanisation… Une initiative couverte de prix mais « nous en sommes à la théorie, comment passer à l’mplémentation, tout est à faire ». Au passage, il ne s’agit pas d’open data mais d’« open innovation ».

Stéfan Gallissié, Chief Data Officer chez Ogilvy, a aussi expliqué « qu’on cherche encore les business models autour du big data. On cherche par exemple les cas qui amène un gain de productivité. »

Entre utilité réelle et engouement d’un temps, les retours d’expérience concrets permettront de juger sur le long terme de l’intérêt de la démarche.

De nombreuses annonces sur l’opendata

Les annonces concernant l’open data et l’open gov ont été riches en avril.

11 avril  

24 avril

  • Marylise Lebranchu officialise que la France rejoint l’OGP et annonce une feuille de route pour novembre, avant la date limite de mars 2015.
  • Toujours pour cet automne, une grande rencontre sur la réforme administrative et l’innovation au niveau européen.
  • Lancement du portail open data du ministère de la Recherche et de l’Enseignement supérieur
  • La Cour des comptes ouvre des données
  • Il a aussi été question qu’Etalab et l’association Open Data France travaillent ensemble pour libérer les données des collectivités territoriales.
  • La déclinaison de @datagouvfr pour les territoires a également été présentée par Pierre Piezzardi, d’Etalab. Elle est expérimentée en test dans le Bas-Rhin et la Saône-et-Loire. Pierre Piezzardi a plaidé pour “des zones d’élasticité réglementaire » dans les territoires pour innover. En clair, pour le moment, il s’agit de conventions signées avec le portail d’une collectivité pour qu’il accueille des données des services déconcentrés de l’Etat, comme les préfectures.

Cet article fait partie du Dossier

Open Data et réutilisation des données publiques : des promesses vertigineuses

Sommaire du dossier

  1. Ce qu’il faut retenir du projet de loi pour une République numérique
  2. Révision à la baisse de l’opendata dans les collectivités locales
  3. « L’open data est de plus en plus ancré dans les pratiques »
  4. Projet de loi Valter : un (tout) petit pas pour l’opendata
  5. Réutilisation des données publiques : des promesses vertigineuses
  6. L’ouverture des données publiques en France reste perfectible
  7. L’open data, atout maître dans la course aux économies ?
  8. Mobilités : les collectivités se rapprochent d’Uber, Waze et Blablacar
  9. La métropole, « bonne échelle pour développer le service public local de la donnée »
  10. Le rapport Trojette habille pour l’hiver les redevances sur les données publiques (1/2)
  11. Le rapport Trojette : les acteurs du secteur saluent un bon point de départ (2/2)
  12. Les avis de la Cada en open data, enfin
  13. Le fouillis des licences open data s’éclaircit [Fiche pratique]
  14. Open data : cachez ces données que l’on ne saurait voir
  15. “Les données d’autorité restent un instrument de souveraineté”- Pascal Berteaud, DG de l’IGN
  16. Données publiques : l’échelle des priorités
  17. Open data : le service public augmenté – Des données ouvertes de plus en plus cadrées
  18. Les acteurs publics, gros acheteurs des données… publiques
  19. Données publiques : une nouvelle économie des services publics en débat
  20. OaklandOpenBudget ou quand les citoyens se saisissent de l’Open Data
  21. Open data : quels coûts pour les collectivités territoriales
  22. Open Data : comment les collectivités s’y mettent
  23. Open data : le service public augmenté – 1. Cap sur la réutilisation
  24. Brocas, laboratoire de l’open data des petites communes
  25. Open data : le service public augmenté – 2. L’atout de la mutualisation
  26. Open data : le service public augmenté – 3. Des territoires riches de données
  27. L’open data, véritable voie de modernisation pour les administrations
  28. « L’open data est un révélateur violent de l’inadaptation de l’administration » – Denis Berthault, expert Open Data
  29. Open data et tourisme : un potentiel qui reste à transformer
  30. « Les collectivités, premières bénéficiaires de l’open data » – Claire Gallon, LiberTIC
  31. Interview d’Anne Josso, secrétaire générale adjointe de la CADA
  32. Open data : la transparence démocratique demeure virtuelle
  33. La FING, partenaire et centre de ressources
  34. Pourquoi le dogme de la gratuité des données publiques freine la diffusion de l’open data
  35. Une évaluation sans concession mais lucide de l’open data en Loire-Atlantique
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

L’open data, atout maître dans la course aux économies ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X