Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Culture

Divorce en vue entre le CNFPT et l’école nationale des bibliothèques, l’Enssib

Publié le 14/03/2014 • Par Martine Doriac • dans : France, Toute l'actu RH

Trois associations de bibliothécaires ont écrit le 4 mars 2014 au président du CNFPT pour protester contre la remise en cause de la convention par laquelle l’établissement public confie à l’école nationale des bibliothèques de Villeurbanne la formation des conservateurs territoriaux.

Coup de tonnerre dans les salles feutrées des médiathèques municipales : le Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT) s’apprête à dénoncer la convention par laquelle il confiait une partie de la formation des conservateurs territoriaux de bibliothèques à l’Ecole nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib).

Située à Villeurbanne (Rhône), cette école rattachée à l’Université Lyon II forme également les conservateurs de bibliothèques de l’Etat.
Motif de la rupture : le CNFPT estime que ces cadres de catégorie A +, rémunérés en tant que tels par les collectivités, doivent être mieux formés, notamment à la gestion des ressources humaines, des finances ou des bâtiments et juge le cursus actuel quelque peu « empoussiéré ».

Le feu couvait depuis deux ou trois ans. Après une ultime réunion, courant 2013, avec les associations de bibliothécaires et le ministère de l’enseignement supérieur, à laquelle aucun représentant de l’Enssib n’a voulu assister, le Conseil national d’orientation du CNFPT a validé le 5 mars un nouveau programme. Il serait dispensé en totalité à l’Institut national des études territoriales (Inet) à Strasbourg à partir de 2015 et devrait être présenté au prochain conseil d’administration du CNFPT, le 9 avril.

Compétences partagées et fertilisations croisées - Alors que le cabinet de Geneviève Fioraso, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, préconise la poursuite d’une formation commune à l’Etat et aux collectivités, après le récent rapport Pêcheur qui propose de faciliter la mobilité inter fonctions publiques de ces cadres, et alors qu’une partie de la formation des conservateurs est déjà dispensée à l’Inet à Strasbourg, la démarche du CNFPT interroge. A commencer par les conservateurs de bibliothèques.

Trois associations, celles des bibliothécaires de France (ABF), des directeurs des bibliothèques des villes et groupements intercommunaux des villes de France (ADBGV), et des directeurs et personnels de direction des bibliothèques universitaires et de la documentation (ADBU) ont écrit le 4 mars à François Deluga, président du CNFPT : « Certes le contenu des formations que vous dispensez et le brassage qu’elles permettent avec d’autres cadres supérieurs territoriaux en formation sont indispensables. Mais la formation des élèves conservateurs d’État et territoriaux dans une même école ne l’est pas moins : elle facilite la transmission de compétences partagées, gage de fertilisations croisées essentielles pour les bibliothèques universitaires comme pour les bibliothèques de lecture publique » soulignent les signataires de ce courrier publié sur le site de l’ABF.
Ils suggèrent qu’une mission d’évaluation de la formation des élèves conservateurs soit confiée à l’inspection générale des bibliothèques.

Socle commun et savoir-faire sur un territoire - Suite à ce courrier, un rendez-vous a été programmé avec Jean-Marc Legrand, directeur de l’Inet, le 24 mars. Il pourrait être suivi d’un second, très attendu par les professionnels, en avril, avec le président du CNFPT.
« Nous sommes abasourdis quand le CNFPT annonce que la formation de l’Enssib ne répond plus aux missions. Il y a probablement des choses à revoir. Toute formation doit être régulièrement évaluée. Mais le côté scientifique des cours dispensés à l’Enssib nous paraît important. Cette école, sans équivalent en France et réputée à l’étranger, a un vrai savoir faire. Et conserver un socle commun entre conservateurs territoriaux et de l’Etat est essentiel. Même si les missions et les contextes où elles s’exercent sont différents, le métier est le même ! » souligne Anne Verneuil, présidente de l’ABF, attachée à un savoir faire partagé qui permet aux bibliothécaires de travailler ensemble sur un territoire commun à des bibliothèques municipale, intercommunale et universitaire.

Autre enjeu pour les conservateurs, l’Enssib contribue à la création d’un réseau inter fonctions publiques et facilite les mobilités. Actuellement, des conservateurs de l’Etat travaillent aux cotés de territoriaux dans des bibliothèques municipales classées. « Séparer totalement les formations initiales des conservateurs d’État et territoriaux les appauvrirait toutes deux » poursuit Anne Verneuil.

Recherche scientifique et communauté professionnelle - Derrière la remise en cause, par le CNFPT, de l’enseignement de l’Enssib, d’autres interrogations se font jour : « Nous avons peur d’une formation qui serait très axée sur l’administration et qui formerait des personnes qui ne sauraient plus comment fonctionne une bibliothèque avec des usagers. Au lieu de dire on arrête tout, il serait plus intéressant de se remettre autour d’une table et de consulter plus longuement la profession » suggère encore la présidente de l’ABF qui illustre le différend par le fait que l’Enssib exige un mémoire que le CNFPT ne juge plus nécessaire.

« C’est très important d’avoir l’occasion durant la formation de réaliser des travaux fouillés et de qualité qui, une fois publiés sur le site de l’Enssib, alimentent la communauté professionnelle. Le concept de « bibliothèque troisième lieu » a par exemple été popularisé par la publication du mémoire d’une conservatrice », avance encore la signataire, pour l’ABF, du courrier à François Deluga.
Elle n’exclut pas que la décision du CNFPT, prise pour l’instant en comité restreint, soit motivée par la construction et l’occupation des nouveaux locaux de l’Inet à Strasbourg à l’horizon 2015.

Cet article est en relation avec le dossier

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Divorce en vue entre le CNFPT et l’école nationale des bibliothèques, l’Enssib

Votre e-mail ne sera pas publié

un citoyen Teichois

18/03/2014 05h13

le président du CNFPT est un homme qui veut arriver au plus haut sommet. Les économies il ne connait pas puisqu’il a obtenu qu’on lui remette le taux de cotisation à la formation à à 1% contre 0.80% que lui avait accordé le gouvernement précédent.
Il a certainement sa petite idée à moins que quelqu’un ne le dérange car il pense déjà à sa réélection de président du CNFPT qui aura lieu en fin d’année 2014. Et puis il n’aime pas être la contradiction.Si seulement François Hollande pouvait le nommer ministre de l’éducation nationale il nous rendrait un grand service.

ConsTerNée

03/06/2014 04h42

Bonjour,
Je suis conservatrice territoriale et défend l’expertise scientifique de ce métier, souvent confondu avec un poste de gestionnaire administratif et financier par les recruteurs qui ne voient pas cette plus-value du conservateur. Le mémoire d’étude de l’ENSSIB en garanti certes la la crédibilité. Cependant, j’ai suivi la formation de l’ENSSIB, et comme plusieurs collègues, territoriaux ou d’Etat, nous l’avons trouvée insuffisante, débilitante, insupportable. Il était temps pour le CNFPT de rompre ce partenariat. Maintenant, tout reste à inventer!

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X