Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Environnement

Redémarrage limité pour le pôle chimique toulousain

Publié le 03/07/2002 • Par La Rédaction • dans : France

Le Premier ministre, Jean Pierre Raffarin, a annoncé, le 1er juillet, la reprise partielle du pôle chimique de Toulouse. Seules les activités hors phosgène (chlore et ammoniac) sont autorisées à redémarrer. Les plus petites entreprises spécialisées dans la fabrication de l’AKD (hydrofugeant du papier) et de médicaments devraient être opérationnelles rapidement. Tête de pont du pôle chimique, le groupe SNPE et sa filiale Tolochimie (600 salariés) doivent attendre l’avis du conseil départemental d’hygiène, le 11 juillet. Localement, la décision ne satisfait personne. Les associations de riverains souhaitent la fermeture ou le déménagement du site hors agglomération. Côté syndicats, l’inquiétude demeure. En effet, les activités liées au phosgène représentaient 70% de la production avant l’accident du 21 septembre.
L’autorisation du gouvernement reste soumise à de strictes conditions de sécurité. Le groupe SNPE a six mois pour sécuriser le site (stockage, réseau incendie, transport des produits). Les périmètres de sécurité ont également été réduits aux limites du site pour la première zone dite létale, et à 400 mètres pour la zone 2 intégrant encore 25 habitations. La SNPE dispose de cinq ans pour faire coïncider les deux périmètres. La reprise est assortie d’un plan d’accompagnement. Un observatoire sera rapidement mis en place pour assurer le suivi des entreprises touchées. 4,5 millions d’euros ont été débloqués et un plan de reconversion économique sera étudié lors du prochain CIADT. Enfin, pour revaloriser l’image de la ville Toulouse dispose d’une ligne de crédits de 120 000 euros.
Laurence Lafosse
Lire aussi la Gazette du 8 juillet

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Redémarrage limité pour le pôle chimique toulousain

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X