Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Fonction publique

Recrudescence de violence envers les éducateurs sportifs

Publié le 04/07/2002 • Par La Rédaction • dans : France

Alors que plusieurs organisations de professionnels territoriaux du sport ont lancé un mot d’ordre de grève début juin, un sondage de la Fédération nationale des éducateurs territoriaux activités physiques et sportives (FNETAPS) auprès de ses adhérents, sur la nature des agressions et des incivilités qu’ils subissent, vient appuyer un certain « ras-le-bol ». L’ensemble des structures sportives est touché depuis dix ans par une hausse des actes de violence. Mais ce sont les patinoires et les piscines, où se retrouve une grande diversité de publics, qui recensent les actes les plus graves : crachats et jets d’objets sont les agressions physiques les plus fréquentes, tandis que 8,2 % des personnes interrogées ont également subi des agressions hors de l’établissement, en majorité des dégradation de véhicules (36,06 %). Face aux incidents, l’intervention de policiers municipaux (39 % des interventions extérieures) ou de médiateurs (18%) se généralise.
La seconde partie de l’enquête se penche plus particulièrement sur le secteur natation. 53% des répondants juge la réglementation sur la surveillance mal adaptée. En outre, 54% des maîtres-nageurs estiment que les plans d’organisation de la surveillance et des secours n’ont pas amélioré la sécurité des usagers. La Fnetaps a interpellé la Direction générale des collectivités locales sur ce problème.
Delphine Gerbeau

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Recrudescence de violence envers les éducateurs sportifs

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X