Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Gestion locale

Johnny Hallyday n’est pas l’idole de tous les conseillers municipaux de Bordeaux

Publié le 11/07/2002 • Par La Rédaction • dans : France

Le conseil municipal de Bordeaux du 3 juillet, fut rock & roll. Parmi les délibération à l’ordre du jour, celle concernant le futur concert de Johnny Hallyday, le 13 juillet 2003 à Bordeaux (220 000 hab.), a allumé le feu entre l’opposition et le maire Alain Juppé (RPR). Il s’agissait de voter la mise à disposition gratuite du stade municipal Chaban-Delmas et d’octroyer une subvention de 228 700 euros à l’organisateur pour que ce dernier propose 10 000 billets à tarif réduit. Selon Stéphan Delaux, adjoint chargé du tourisme, « cette participation doit permettre l’accès aux publics défavorisés à ce type de concert ». Jean-Claude Camus, producteur de Johhny, a fait les mêmes requêtes dans la dizaine de villes françaises concernées par cette « tournée exceptionnelle », organisée pour les 60 ans de « l’idole des jeunes ». M. Camus est assez coutumier du fait et certaines collectivités locales s’en souviennent encore, avec amertume. Le passage de Johnny Hallyday au château de Commercy en 1996 a été fatal à l’office de tourisme du pays de Commercy (13 000 hab., Meuse), organisateur de l’événement : à cause d’un manque de spectateurs, l’établissement a subi une perte de 99 000 euros et n’a jamais pu l’éponger (Lire la Gazette du 10 septembre 2001 p. ??). A Marseille, la préfecture des Bouches-du-Rhône a saisi, à l’automne 2001, le tribunal administratif à propos d’une subvention (de 228 700 euros, comme à Bordeaux) votée par le conseil municipal à l’occasion du concert donné le 15 juillet 2000. Pour le contrôle de légalité, ce serait de « l’argent public mal employé » (La Gazette du ?? décembre 2001, p. ??). A Bordeaux, l’opposition municipale se dit « choquée » de cette décision « inéquitable par rapport au public et aux autres artistes ». Les 10 élus (PS, PC et Verts) ont voté contre. « C’est un dévoiement de l’action publique », tonne Gilles Savary, chef de file des socialistes. »C’est à Johnny de décider de son public et non à une collectivité locale. »
Claudia Courtois

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Johnny Hallyday n’est pas l’idole de tous les conseillers municipaux de Bordeaux

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X