Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Gestion locale

Eau : La Générale et la Lyonnaise pourraient démanteler leurs filiales communes

Publié le 29/07/2002 • Par La Rédaction • dans : France

Le Conseil de la concurrence a demandé au ministre de l’Economie et des Finances, Francis Mer, d’examiner le cas des filiales communes de la Compagnie générale des eaux (groupe Vivendi Environnement) et de la Lyonnaise des Eaux (groupe Suez), qui pourraient être remises en cause voire démantelées. Le Conseil souligne en effet que « là où [ces filiales communes] existent, les sociétés mères se sont abstenues, depuis juin 1997, de participer à plusieurs appels d’offres, renonçant ainsi à concurrencer leur filiale commune, ce qui limite la concurrence ».
Du côté des sociétés incriminées, on souligne que, sur les cinq dernières années, 60 % des appels d’offres impliquant une filiale commune ont placé cette dernière en concurrence avec une ou deux maisons-mères. On relativise également la portée de la position du Conseil de la concurrence, qui ne met pas en cause des « faits constitutifs d’une entente » et ne requiert pas non plus de sanctions financières. Le Conseil invoque toutefois un « abus de position dominante collective », notion encore mal définie juridiquement, fait-on valoir à la Lyonnaise des eaux. Les deux entreprises rappellent également que les six filiales communes (1) répondaient à l’origine à une demande des collectivités, qui ont invité les deux prestataires entre lesquels elles refusaient de choisir à s’associer.
Laurence Madoui

(1) Société des Eaux de Marseille, Société des Eaux du Nord, Société des Eaux de Douai, Société des Eaux de Versailles et Saint-Cloud, Nancéenne des Eaux, Stéphanoise des Eaux, qui représentent 6 % du marché de l’eau et de l’assainissement.

Thèmes abordés

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Eau : La Générale et la Lyonnaise pourraient démanteler leurs filiales communes

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X