Biodiversité

Les alternatives aux pesticides testées par Lardy, ville pilote

| Mis à jour le 31/03/2014
Par • Club : Club Techni.Cités

Depuis cinq ans, la commune de Lardy (Essonne, 5 603 habitants) n’utilise plus aucun produit chimique pour entretenir ses espaces verts et sa voirie. Conséquences : les alternatives non polluantes fleurissent.

cet article fait partie du dossier

En route vers le "zéro phyto"

Au volant de sa fourgonnette, Patrick Maheu, responsable des espaces verts à Lardy, peste contre les pesticides : « À la mairie, on a banni le mot « mauvaises herbes ». Ce sont les produits chimiques que l’on pulvérise sur les plantes qui sont mauvais, pour l’environnement comme pour la santé des agents territoriaux. Dire qu’avant, j’appelais ça le coup de baguette magique ! Mais c’est du véritable poison ».

En 2009, cette commune, nichée dans l’Essonne, a proscrit les produits phytosanitaires pour l’entretien de ses espaces verts et de sa voirie. Précisions de Claude Jaillet, Directeur général des services et responsable de l’opération « Zéro pesticide » : « L’arrivée de la nouvelle équipe municipale, après les élections de 2008, a été le déclencheur : parmi les priorités de la maire, figurait le développement durable. L’enjeu est de taille puisque nous avons à proximité une station de pompage et de traitement d’eau potable, et que notre territoire est traversé par la rivière La Juine ».

20 hectares d’espaces verts – Alors que la commune vaporisait en moyenne 33 litres d’herbicides par an sur ses 20 hectares d’espaces verts, le stock a été détruit du jour au lendemain. « Avant, on maîtrisait la végétation. Depuis, on a appris à faire preuve de tolérance », remarque Patrick Maheu, lors d’une visite du parc Boussard. Entre les interstices des dalles de ce beau jardin Art Déco, poussent des petites touffes d’herbe… Autre conséquence de l’opération « Zéro pesticide » : au printemps et au début de l’été, les quatre agents des espaces verts et les six employés à la voirie bénéficient de renfort, notamment de personnel en insertion (CAT et TIG). « Il n’y a pas de secret, les méthodes alternatives au désherbage chimique nécessitent davantage de bras, explique Patrick Maheu. Et il faut être plus réactif qu’avant ».

Une diversité de méthodes – Parmi ces méthodes non polluantes : l’extension des zones de prairies fleuries, comme en bordure des grands axes, en remplacement des pelouses. Le recours au mulch, un paillis provenant en partie du broyage des arbres de la commune, qui empêche les adventices de se déployer au pied des massifs de fleurs ou des arbres. L’utilisation d’un brûleur thermique ou, quand les plantations sont trop développées, d’une binette ou d’une débroussailleuse à dos. Ou encore la réduction du nombre des tontes de douze à six fois par an dans le parc municipal, dans lequel la maire envisage de faire pâturer des chèvres afin qu’elles tondent naturellement le gazon ! Même dans les lieux sensibles, aucun produit chimique n’est toléré. Ainsi, pour végétaliser le cimetière, a été planté du sedum qui se couvre de fleurs du printemps à l’automne, attirant les abeilles. Pour informer les habitants, des petites pancartes parsèment le sol. On y lit cette injonction : « Laissons pousser ! Préservons la biodiversité. Ici, la ville n’utilise plus de pesticide ». Quant au stade municipal, et plus particulièrement les cours de tennis, les agents de Lardy privilégient les produits naturels biodégradables, afin de désherber, plutôt que d’utiliser le nettoyeur haute pression qui abîme la surface de jeu.

Après cinq années de mise au vert, l’équipe municipale va réaliser un bilan pour évaluer le coût global de l’opération. Bilan qui prendra en compte tous les éléments, y compris le gain pour la biodiversité. Une habitante de Lardy, biologiste de profession, a observé le retour de certains insectes disparus depuis longtemps…

Témoignage : Claude Jaillet, Directeur général des services

 « Lardy est à la tête d’un réseau qui vise à faciliter les échanges d’expérience »

« Dans le cadre de son Agenda 21, le conseil général de l’Essonne nous a attribué le label ville « Zéro pesticide ». Lardy est ainsi à la tête d’un réseau qui vise à faciliter les échanges d’expériences entre acteurs de collectivités désireuses d’appliquer, sur leur territoire, les techniques de désherbage sans utilisation de produits chimiques. En tant que « commune relais », nous avons renseigné 200 personnes. Nous leur avons par exemple indiqué avoir créé, dans un souci de démocratie participative, un observatoire local du développement durable, rassemblant des habitants et des élus. Grâce à cette instance, nous avons pu communiquer auprès des habitants afin d’expliquer notre démarche. Résultat : nous n’avons reçu que deux lettres de mécontentement ».

Références

Une "commune relais"

La commune de Lardy a été labellisée ville pilote « Zéro pesticide » par le conseil général de l’Essonne.

Contact : zeropesticide@ville-lardy.fr

Dossier
Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X