Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Social

Hausse du nombre de signalements d’enfants en danger

Publié le 03/10/2002 • Par La Rédaction • dans : France

Les conseils généraux ont recensé 85 500 signalements d’enfants en danger, en 2001, soit une hausse de 2% par rapport à 2000, selon l’enquête annuelle de l’Odas (Observatoire national de l’action sociale décentralisée). Elle constate une stabilité des signalements transmis à l’autorité judiciaire (+1%) mais une augmentation de 3,3% des mesures administratives décidées par les services de l’aide sociale à l’enfance (ASE). Dans le détail, le nombre d’enfants maltraités baisse légèrement (18 000 contre 18 300 en 2000) alors que celui des « enfants en risque » passe de 65 500 à 67 500 en 2001. Parmi les maltraitances, les abus sexuels augmentent (5900 contre 5500) tandis que les violences physiques régressent (5800 contre 6600). De plus, des négligences lourdes sont à l’origine de 4 700 cas de maltraitance (contre 4800). Les violences psychologiques remontent (1600 contre 1400 en 2000 et 1800 en 1999). Concernant les enfants à risque, le risque principal est de nature éducative. « 97% des départements citent les carences éducatives parmi les trois problématiques familiales principales, 75% citent les conflits de couples et les séparations, et 55% les problèmes psychologiques », indique l’Odas. Et d’estimer que « c’est donc bien au-delà de l’action sociale que se trouve la solution préventive, dans une mobilisation de l’ensemble des politiques publiques ».
Philippe Pottiée-Sperry

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Hausse du nombre de signalements d’enfants en danger

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X