Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Manifestations

Violences à Nantes : la ville estime à 900 000 euros le coût des dégradations

Publié le 25/02/2014 • Par Jacques Le Brigand • dans : Actu prévention sécurité, Régions

L’heure est encore au bilan à Nantes trois jours après la manifestation contre le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes qui a vu s’opposer quelques centaines de manifestants aux forces de l’ordre.

Une « première » estimation de la ville et de la communauté urbaine de Nantes chiffre à quelque 900 000 euros le coût des dégradations subies par la commune lors de la manifestation du samedi 22 février contre le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes.

Plainte – Ce bilan comprend à la fois les remplacements et réparations de mobiliers divers, les opérations de nettoiement, le réseau de transport et les parkings (heures supplémentaires des agents, distributeurs de titres, etc). Dès lundi 24 février, le maire (PS) Patrick Rimbert a porté plainte. « Les dégâts commis en centre-ville sur les biens publics, le réseau de transports, la voirie, les habitations et les commerces sont inacceptables, s’indigne l’élu. Ils doivent être sanctionnés avec la plus grande fermeté et appellent réparation. »

Conseil aux victimes – Allonantes, le centre d’appels téléphoniques de renseignements sur l’information locale et les services de la ville créé en 2004, est mobilisé pour conseiller les victimes. Un agent des services juridiques municipaux a également été détaché pour assurer « l’interface avec les autorités compétentes ».

Le conseil général dont la vitrine de son local « Oh la l.a. ! » destiné à promouvoir le département comme destination touristique a également volé en éclats, a également porté plainte. « Je fais toute confiance en la justice pour que de tels actes de dégradations ne restent pas impunis », indique le président (PS) Philippe Grosvalet.

Preuve – Pour autant, l’affaire ne sera pas simple, estime un avocat qui conseille habituellement les collectivités. « La plainte au pénal est fondée mais pour obtenir des réparations, il faut apporter la preuve que les personnes interpellées soient bien les auteurs des faits incriminés, ce qui ne semble pas pour l’instant être le cas. » Les élus, relayés par la chambre de commerce, invitent également les commerçants et les particuliers victimes des exactions à se faire connaître.

Assurances – Ce sera vraisemblablement aux assurances, lesquelles ne sont pas obligatoires pour les personnes publiques, d’assumer la facture. Si des façades de bâtiments, des chaussées ou encore la station centrale du réseau de transports en commun portent encore les stigmates des échauffourées, le centre-ville avait néanmoins retrouvé dès lundi 24 février une situation normale. Et ce grâce à la mobilisation du personnel territorial, saluée par le maire, qui dès samedi soir s’était mis au travail.

Régions

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Violences à Nantes : la ville estime à 900 000 euros le coût des dégradations

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X