Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Elections

Les îles bretonnes perdent leurs représentants dans les conseils départementaux

Publié le 18/02/2014 • Par Stéphanie Stoll • dans : Actu juridique, Régions

La nouvelle carte des conseillers départementaux fâche les élus insulaires bretons qui voient leur spécificité géographique noyée dans de nouvelles circonscriptions. Ils réclament un traitement spécifique, à l’instar de l’île d’Yeu (Vendée) maintenue comme circonscription départementale.

« On nous rabâche les oreilles avec la décentralisation, on nous répète que c’est un moyen d’expérimenter. Mais on voit bien que finalement, on met tout le monde dans le même moule et qu’on ne tient pas compte de nos particularités géographiques ! ».
Denis Palluel, maire de Ouessant (Finistère, 871 habitants) et président de l’association des îles du Ponant est amer.

Jusqu’à la réforme de mai 2013, Belle-Ile, Groix et Ouessant étaient des îles-cantons, tout comme leurs voisines vendéennes, Noirmoutier et Yeu. La carte, proposée cet automne par le ministère, ne satisfaisait pas ces élus insulaires.
En Vendée, l’administration avait entrepris de regrouper Noirmoutier et Yeu en une circonscription insulaire quand Belle-Ile, Groix et Ouessant se voyaient rattachées au continent (1).

Les îles vendéennes satisfaites – Avec l’appui du conseil général, les élus vendéens ont obtenu gain de cause auprès du Conseil d’Etat. Noirmoutier, qui compte quatre communes pour 9500 habitants et qui est reliée au continent par un pont et une chaussée découverte à marée basse, voulait former une circonscription avec les communes de Saint-Jean-de-Mont et de Beauvoir-sur-Mer.
Yeu, avec ses 4600 habitants et ses 2300 hectares, ne s’imaginait pas associée à Noirmoutier et demandait une circonscription particulière. « Ça n’a pas été simple à obtenir, mais c’est justifiée », déclare Bruno Noury, maire et conseiller général de l’île en rappelant que les liaisons maritimes avec le continent relèvent d’une compétence départementale.

Un rapport de force défavorable aux insulaires du Finistère – Dans le Finistère, alors que le redécoupage prévoyait le rattachement du canton d’Ouessant au continent, les élus insulaires, tous membres de l’association des îles du Ponant, proposaient de faire une circonscription des quatres îles du département (Sein, Ouessant, Molène, Batz).

Mais, lors de son vote du 17 octobre, l’assemblée départementale entérine la proposition de découpage du ministère de l’Intérieur. « C’est un problème de rapport de force, se désole Denis Palluel. On n’a pas l’appui du conseil général et on ne représente au total que 1800 habitants. C’est l’état major et les conseils généraux qui font la carte, il n’y a eu aucun débat, aucune concertation. J’ai juste reçu un coup de fil du préfet et mes courriers sont restés sans réponse ! »

Belle-Ile se bat pour son canton – A Belle-Ile, Frédéric Le Gars, maire de Palais et président de la communauté de communes, déplore le « traitement inéquitable » entre son île et Yeu ; il fait aussi valoir qu’on dénombre 5413 Belle-Ilois pour 4600 Islais et que son île est presque quatre fois plus grande.

« Je ne comprends pas que le Conseil d’Etat n’ait pas reconnu notre spécificité insulaire pour la seule raison que le conseil général du Morbihan ne nous soutient pas », gronde-t-il. Selon Denis Palluel, « l’association des îles du Ponant fera tout pour que Belle-Ile obtienne satisfaction ». « Le dossier est actuellement sur le bureau du Premier Ministre, prévient Frédéric Le Gars. Si ça ne suffit pas, on ira voir le Président de la République. »

Enfin, le cas de Groix (Morbihan, 2300 habitants), ne semble pas susciter de contestation, l’île étant déjà bien intégrée au fonctionnement de Lorient Agglomération.

Domaines juridiques

Notes

Note 01 ce qui est déjà le cas de Sein, Houat, Hoëdic, Batz, Molène et Bréhat. Retour au texte

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les îles bretonnes perdent leurs représentants dans les conseils départementaux

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X