Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • Régions
  • L’ARS et les deux départements du Nord-pas-de-Calais s’engagent pour mieux articuler le travail territorial

Santé publique

L’ARS et les deux départements du Nord-pas-de-Calais s’engagent pour mieux articuler le travail territorial

Publié le 14/02/2014 • Par Alix de Vogüé • dans : Régions

L’ARS et les départements du Nord et du Pas de Calais ont signé une convention pour mettre en cohérence leurs cadres d’intervention sur le terrain. Ils souhaitent en particulier rendre l’accès aux soins plus égalitaire.

Engagés depuis l’été 2013 dans une démarche de collaboration pragmatique, les deux départements du Nord et du Pas de Calais ont, à l’occasion de leur seconde grande session de travail commun le 4 février, signé une convention avec l’ARS.
Celle-ci a pour objectif de « favoriser une mise en cohérence des politiques publiques territorialisées, échelle où se résolvent les problématiques globales de santé ».

En clair il s’agit faire mieux travailler ensemble les équipes sur le terrain, notamment sur l’enjeu de l’accès aux soins qui « reste très inégal selon le lieu de résidence et les revenus dont on dispose », souligne Patrick Kanner président du conseil général du Nord.

« C’est le problème numéro un » souligne Dominique Dupilet, président du conseil général du Pas de Calais évoquant « ces jeunes qui arrivent à 25 ans, malades, n’ayant jamais vu de médecin car il n’y a plus de médecine scolaire ». « Il faut faire du niveau de proximité un lieu de réponse » a reconnu Jean-Yves Grall, directeur général de l’ARS Nord-Pas de Calais.

Favoriser les réponses de proximité – Les nordistes emboitent ainsi le pas des quatre départements bretons qui, en avril 2013, ont signé une convention avec leur ARS pour mettre en œuvre une démarche de concertation et mieux articuler au niveau territorial leurs politiques en faveur des populations fragilisées.

La création des ARS (agences régionales de santé) a entrainé un redécoupage du territoire axé sur les problématiques de modernisation des hôpitaux, de créations de plateaux techniques, ou installation d’équipements de pointe (type IRM). Mais nombre de départements souhaitent mieux travailler avec leur ARS sur les enjeux de la prévention et de la promotion de la santé, du sanitaire et du médico-social. Car le système est moins efficace qu’à l’époque des DDASS.

Le département acteur de l’accès aux soins – Ainsi la région Nord-Pas de Calais a été divisée par l’ARS en quatre grandes zones (Métropole lilloise, Hainaut, littoral et Artois) : ce découpage est pertinent pour décider les grands investissements. « Mais pour agir sur les enjeux de prévention et d’accès au soin, il faut être beaucoup plus proche des usagers », souligne Evelyne Sylvain, directrice générale adjointe de la solidarité au département du Nord.
« Nous avons 830 agents sur le territoire qui rencontrent ces usagers. Nous sommes des acteurs de l’accès au service de santé et donc des facilitateurs pour son utilisation à bon escient » explique-t-elle. Avec cette convention, ce rôle est reconnu.

Prévention précoce, autisme, santé mentale – Quelques dossiers prioritaires ont été retenus comme la prévention précoce (périnatalité), la construction des décisions relatives aux Maisons pour l’Autonomie et l’Intégration des malades Alzheimer (MIAIA), la structuration de l’aide aux aidants.

Les départements souhaitent aussi mieux travailler sur la prise en charge de l’autisme et de la santé mentale des enfants et des adolescents. Le Nord approfondit aussi la réflexion sur les personnes handicapées vieillissantes, tandis que le Pas de Calais est pilote sur la transformation des foyers-logements.

Thèmes abordés

Régions

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

L’ARS et les deux départements du Nord-pas-de-Calais s’engagent pour mieux articuler le travail territorial

Votre e-mail ne sera pas publié

ssrw38

17/02/2014 09h01

Je lis : « Les départements souhaitent aussi mieux travailler sur la prise en charge de l’autisme « . Espérant que cela ne consiste plus seulement à les envoyer en Belgique parfois même sans s’assurer des prises en charge qui y sont proposées ! Ce serait enfin l’occasion de montrer que la France peut et sait prendre en charge ces personnes et parallèlement créer des emplois qui font tant défaut.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X