Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Transports

La région Midi-Pyrénées suspend ses subventions régionales à la SNCF, qui « prend acte »

Publié le 12/02/2014 • Par Christiane Wanaverbecq • dans : Régions

Le président PS de la région Midi-Pyrénées Martin Malvy a annoncé le 10 février 2014 sa décision de suspendre les dotations régionales à la SNCF, tant que les dysfonctionnements dans les TER ne sont pas réglés. La subvention régionale s'élève à 140 millions d'euros par an.

Après l’Aquitaine, la Bourgogne, la Haute-Normandie, le Languedoc-Roussillon, le Limousin, la Lorraine et les Pays-de-la-Loire, la région Midi-Pyrénées a décidé de marquer le coup pour exprimer son mécontentement à la SNCF face aux nombreux dysfonctionements sur son réseau TER.
A l’inverse de ses homologues qui ont choisi de geler le montant de leur contribution, le président du conseil régional de Midi-Pyrénées Martin Malvy (PS) a opté pour la suspension du versement de la dotation régionale pour le fonctionnement des TER.

Retards et suppressions chroniques – Dans un courrier adressé le 10 février au directeur régional de la SNCF Bruno de Monvallier, le chef de l’exécutif régional justifie sa décision par « la dégradation du service observée, particulièrement sur le quart Nord-Est, du réseau régional pour lequel retards et suppressions de trains sont devenus chroniques ».

« Le conseil régional verse l’équivalent de 400 000 euros par jour à la SNCF conformémeent à la convention pluri-annuelle signée sur dix ans. La SNCF s’engage dans ce document à faire fonctionner les trains avec une certaine régularité. De son côté, la Région couvre le déficit de fonctionnement évalué à 140 millions par an », a expliqué Martin Malvy, interrogé par La Gazette des communes.

Plan-rail de 820 millions d’euros – « Ayant fait le constat de l’état de délabrement du réseau ferré, nous avons lancé en 2005 un plan-rail de 820 millions d’euros que la région a financé à hauteur de 50 %. Le reste étant porté par Réseau ferré de France, l’Etat et l’Union européenne. Nous avons reconstruit 500 km de voies ferrées. En parallèle, comme d’autres régions, nous avons investi dans le remplacement du parc. En 2017, nous aurons 120 autorails neufs », poursuit le président.

Pour le seul quart nord-est de la région, les travaux réalisés dans le cadre du plan-rail ont coûté 515 millions d’euros et entrainé des perturbations pendant trois ans jusqu’à la reprise de l’exploitation du réseau à partir du 15 décembre 2013.
«Le plan-rail est terminé. Mais cela ne fonctionne pas bien. Nous avons constaté différents incidents tels que des ratés d’ouverture de poste à niveau. Cela a impacté 51 trains, soit 13 heures de retard », insiste Martin Malvy qui, lassé de ces dysfonctionnements, a décidé de « marquer le coup, car c’est à nous que les voyageurs s’adressent désormais pour exprimer leur mécontentement ».

La SNCF promet un plan d’actions – Dans un communiqué, la SNCF dit « prendre acte » de la décision de Martin Malvy. Elle indique avoir « pris de nouvelles dispositions pour accélérer la mise en œuvre d’un plan d’actions qui sera présenté à l’Autorité organisatrice des TER d’ici la fin de la semaine. Ce plan d’actions permettra une amélioration rapide de la qualité de service ferroviaire attendu sur l’ensemble des lignes du Quart Nord-Est de Midi-Pyrénées. Les équipes SNCF et celles de Réseau Ferré de France sont actuellement mobilisées pour améliorer la chaine du service ferroviaire tant au niveau de la régularité, de la ponctualité des trains et de l’information aux voyageurs sur le Quart Nord-Est. »

Depuis 2002 qu’ils sont responsables des transports régionaux, les conseils régionaux consacrent 20 % de leurs budgets aux TER. Les autorités organisatrices régionales (y compris le STIF) consacrent 5,8 milliards d’euros chaque année au mode ferroviaire, dont 1,4 milliards d’euros d’investissements. Elles versent chaque année 4,4 milliards d’euros à la SNCF pour assurer le fonctionnement du TER et du Transilien. (sources : ARF. Chiffres 2012).

Régions

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

La région Midi-Pyrénées suspend ses subventions régionales à la SNCF, qui « prend acte »

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X