Lochwiller en état de « catastrophe minière »

Par • Club : Club Techni.Cités

Association Lochwiller se soulève

A la suite d’un forage géothermique privé, des maisons et des voiries du village de Lochwiller (Bas-Rhin) se fissurent. L’Etat lance des travaux de colmatage et une indemnisation des sinistrés via le Fonds de garantie d’assurance obligatoire.

Le préfet de la région Alsace, Stéphane Bouillon, a annoncé vendredi 7 février le classement de la commune de Lochwiller « en état de catastrophe minière ». Situé à une trentaine de kilomètres à l’ouest de Strasbourg, ce village de 436 habitants subit, depuis 2008, un soulèvement de terrain à la suite d’opérations de forage menées dans le jardin d’un particulier par une société allemande.

36 maisons fissurées – Durant la réalisation d’un dispositif de chauffage thermique, une strate d’argile a été percée provoquant une remontée d’eau jusqu’à un banc d’anhydrite. Par réaction chimique, cette roche tendre s’est transformée en une couche de gypse qui ne cesse depuis de gonfler, restant en contact avec les eaux souterraines.

Le soulèvement du sol, qui peut atteindre 60 cm, a pour conséquence la fissuration de trente-six demeures. Une dizaine d’entre elles risque même de s’effondrer. Dans le lotissement entourant la maison où ont eu lieu les travaux, des portions de rue ont dû être neutralisées en raison de crevasses.

Afin d’endiguer le phénomène, « l’Etat s’engage à faire tous les travaux nécessaires pour colmater le puits de façon définitive », explique le préfet en précisant que les interventions auraient lieu après diverses études dont le lancement est prévu dans les semaines à venir.

Expertises en cours – Une expertise judiciaire en cours doit déterminer si l’entreprise de forage est responsable ou non du sinistre et, le cas échéant, si elle doit dédommager les propriétaires des maisons fissurées. « Afin qu’ils n’aient pas à attendre une indemnisation définitive, qui interviendra après le procès des fauteurs de troubles, l’Etat va immédiatement faire intervenir le Fonds de garantie d’assurance obligatoire (FGAO) », a indiqué le préfet Stéphane Bouillon à l’occasion d’une réunion publique à Lochwiller, le 7 février.

« Les habitants peuvent d’ores et déjà nous saisir, précise Michel Merlet, le responsable des risques miniers du FGAO. J’ai déjà mobilisé nos experts pour que nous puissions faire rapidement une visite de reconnaissance de chaque maison, avec pour priorité celles que nous ne pourrons pas réparer. Notre fonds permettra à leurs propriétaires de retrouver un bien similaire avec un terrain. Pour les maisons réparables, les travaux seront pris en charge intégralement », a-t-il annoncé.

Indemnisation insuffisante – Cette affirmation est contestée par des riverains, les indemnisations du Fonds étant plafonnées à 300 000 € (décret du 22 avril 2004). « La plupart des maisons valent plus que cette somme. Nous sommes en Alsace, où foncier et construction sont chers. Le plafond du FGAO n’est donc pas adapté à notre situation », dénonce David Ernenwein, l’un des porte-paroles du collectif de riverains « Lochwiller se soulève ».

La critique a déjà trouvé écho auprès de Philippe Richert, le président du Conseil régional d’Alsace, ainsi que de Patrick Hetzel, le député UMP de la circonscription. « Je vais engager une action auprès de Bercy pour obtenir la modification de ce décret car, depuis 2004, les choses ont évolué, souligne le parlementaire. Rien que par le biais d’une actualisation, nous devrions arriver à une autre somme », a-t-il annoncé vendredi 7 février.

Lire également notre article « Le sous-sol alsacien passionne les investisseurs« 
Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Mobilité – Plastique – Déchets verts – Hydrogène… toute l’actu de la semaine

    Retrouvez l'essentiel de l'actualité du 18 au 24 septembre 2018 sur les thématiques qui concernent les ingénieurs et les techniciens des collectivités territoriales : environnement, déchets, transports... ...

  • Circuit court : repenser ses marchés publics

    Les circuits courts font leur entrée dans la restauration collective, une démarche renforcée avec le projet de loi Agriculture et alimentation en cours d’examen. Pour franchir le pas, il est nécessaire d’anticiper en développant son sourcing et en allotissant ...

  • Le stationnement réglé à la (demi) heure bleue

    Pour fluidifier le trafic en centre-ville, la commune de Saint-Amand-Montrond a équipé certaines places de stationnement de capteurs de présence. Elles se repèrent facilement à leur marquage au sol de couleur bleue. ...

  • Projet de loi Elan : les six points clés à retenir

    Contre toute attente, et alors que les points de désaccord étaient nombreux entre députés et sénateurs, le projet de loi Elan a fait l'objet d'un accord en commission mixte paritaire, le 19 septembre. Le texte devrait être adopté définitivement par les deux ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X