Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • France
  • L’audit sur les infrastructures de transport « démonté » par les régions du Grand Est

Transports

L’audit sur les infrastructures de transport « démonté » par les régions du Grand Est

Publié le 27/03/2003 • Par La Rédaction • dans : France

« Avec la branche Est du TGV Rhin-Rhône, nous ne sommes pas encore reconnus comme étant porteurs du projet prioritaire, alors nous avons décidé de démontrer sa rentabilité, et de faire le point sur l’état d’avancement de ses études, histoire de montrer notre capacité d’anticipation », a déclaré Jean-Marie Bockel, maire de Mulhouse, président de la communauté d’agglomération, et président de l’Association Trans Europe TGV Rhin-Rhône. Devant un parterre composé d’élus régionaux – Adrien Zeller, président de la région Alsace, Jean-Pierre Chevènement, maire de Belfort, Jean-Pierre Soisson, président de la région Bourgogne-, réunis à Paris pour la circonstance, il a rappelé la dynamique du projet. Commentant le rapport, selon lequel « la branche Est de la LGV Rhin-Rhône était bien avancée, tant au plan des études qu’à celui de la recherche d’un plan de financement », il a annoncé que les études APD (Avant-Projet-Détaillé) seraient terminées dès le mois d’août 2004. On connaît déjà son taux de rentabilité économique – 11,3%- pour un coût de 1,36 milliard d’euros. Alors qu’il n’a été placé qu’en troisième position par les rapporteurs, derrière le contournement Nîmes-Montpellier (coût : 1,05 milliard d’euros, pour une rentabilité de 12,8%), et la ligne du Haut Bugey (coût : 0,26 milliard d’euros, rentabilité de 14,2%), Jean-Marie Bockel a souligné que « la France pouvait financer au moins deux projets en même temps ». De son côté, Adrien Zeller a rappelé « qu’on n’en était plus au premier coup de crayon, et que les trois régions concernées avaient déjà investi dans les études 90 millions d’euros ».Très critique à l’égard de l’implication de l’Etat dans les projets ferroviaires, il a souligné qu’en France, seulement 0,8 % du PIB était investi dans les infrastructures, alors que la moyenne des autres pays européens était de 1,5% du PIB ( Produit Intérieur Brut).
Claudine Farrugia-Tayar

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’audit sur les infrastructures de transport « démonté » par les régions du Grand Est

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X