Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Education

La France cessera-t-elle d’être un « cimetière » pour les langues régionales ?

Publié le 30/01/2014 • Par Stéphanie Stoll • dans : Actu juridique, France

Le vote favorable à l’Assemblée nationale, mardi 28 janvier, en première lecture, de la proposition de loi constitutionnelle permettant la ratification de la Charte européenne des langues régionales marque une étape vers la reconnaissance de la diversité linguistique française. Le résultat d’un long combat.

La France est « un véritable cimetière » linguistique, affirmait, mardi 28 janvier, Jean-Jacques Urvoas en ouverture des débats sur le vote de sa proposition de loi constitutionnelle destinée à permettre la ratification de la Charte européenne des langues régionales et minoritaires. Et il poursuivait :

Interrogez n’importe quel maire breton, basque ou corse, n’importe quel élu, déclarait le président de la Commission des lois, élu à Quimper. Ils vous diront les menaces de poursuites judiciaires auxquelles ils sont exposés dès qu’ils prennent la plus anodine des mesures en faveur d’une langue régionale, qu’il s’agisse d’un panneau de signalisation ou d’un livret de famille bilingue.

Interrogez n’importe quel parent souhaitant scolariser ses enfants dans une filière bilingue. Il vous dira le véritable parcours d’obstacles auquel il lui a fallu faire face afin de voir sa demande prise en compte.

En réunissant 361 votes favorables (contre 149 votes négatifs), Jean-Jacques Urvoas a donc relancé le processus de ratification de la Charte européenne des langues régionales.

Un régime juridique restrictif – Avant l’adoption de cette proposition de loi constitutionnelle en première lecture, qui ouvre de vraies perspectives à la reconnaissance des langues régionales, la position de la France était pour le moins ambigüe.

Le rapport de 2005, actualisé en 2012, de la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF) sur le corpus juridique des langues de France conclut ainsi : « si les discriminations fondées sur la langue sont interdites en France, par contre, le système constitutionnel français empêche de reconnaître aux langues régionales une place à part entière dans la sphère publique. »

Denis Coastaouec, maître de conférence à l’Université de Paris-Descartes, observe lui que « l’examen du corpus montre que les langues de France ne sont pas sous un régime de droit, mais sous un régime de permission (ce qui n’est pas interdit) ».

Ce n’est qu’en 1992 que la question linguistique a fait son entrée dans la Constitution française. Inséré au moment de la modification rendant conformes la loi fondamentale et le traité de Maastricht, l’article 2 (« La langue de la République est le français ») et son interprétation par le Conseil constitutionnel restreignent l’usage des langues régionales dans la sphère publique.
La Charte, adoptée à Strasbourg la même année, examinée en 1998 dans les rapports de Guy Carcassonne et de Bernard Poignant, signée par le gouvernement français en 1999, et complétée d’une « déclaration interprétative », n’a jamais été ratifiée.

Une convention incompatible avec la Constitution – En effet, le président de la République avait alors saisi le Conseil constitutionnel qui avait prononcé l’incompatibilité du préambule de cette convention du Conseil de l’Europe avec la Constitution de la Ve République.
Selon le juge constitutionnel, le préambule de la Charte confèrerait « des droits spécifiques à des « groupes » de locuteurs de langues régionales ou minoritaires », portant « atteinte aux principes constitutionnels d’indivisibilité de la République, d’égalité devant la loi et d’unicité du peuple français » ; elle serait également contraire à l’article 2 de la Constitution parce qu’elle tendrait « à reconnaître un droit à pratiquer une langue autre que le français » dans la vie publique, notamment en matière de justice, d’autorités administratives et de services publics.
Enfin le Conseil constitutionnel considérait qu’aucun « des autres engagements souscrits par la France, dont la plupart, au demeurant, se bornent à reconnaître des pratiques déjà mises en oeuvre par la France en faveur des langues régionales » n’était anticonstitutionnel.

En juillet 2008, l’affaire semble relancée lorsque le parlement réuni en congrès fit insérer , sous le titre XII « Des collectivités territoriales », un article 75-1 stipulant que « les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France ».
On pouvait alors penser la Charte européenne des langues régionale sur la voie de la ratification ou que les compétences en matière de langues régionales serait reconnue aux collectivités, sans pour autant leur apporter de moyens financiers, ni de cadre légal précis.

Mais le gouvernement de François Fillon refusait de ratifier la Charte et la doctrine du conseil constitutionnel n’était pas remise en cause ; en mai 2011, le juge constitutionnel a ainsi considéré que « cet article n’institue pas un droit ou une liberté que la Constitution garantit ». Les démarches des députés du groupe d’études sur les langues régionales (une proposition de loi déposée par la majorité et une autre par l’opposition) ont également été infructueuses.

François Hollande s’engage à ratifier – La campagne pour l’élection présidentielle de 2012 a remis la ratification à l’ordre du jour.
Alors que François Hollande la faisait figurer parmi ses engagements, plusieurs parlementaires se sont joint aux cortèges qui manifestèrent à Bayonne, Perpignan, Quimper, Strasbourg et Toulouse, le 31 mars 2012, en faveur de la reconnaissance des langues de France.
Les élections passées, la majorité socialiste confie le dossier à Jean-Jacques Urvoas, député socialiste de Quimper, professeur de droit public et désormais président de la Commission des lois. A la fin du mois de novembre 2012, celui-ci auditionne plusieurs constitutionnalistes pour préparer un projet de loi constitutionnelle.
Le Conseil d’Etat, saisi pour avis, estime, le 7 mars 2013, que la ratification introduirait « une incohérence profonde » dans la loi fondamentale. « Le Conseil d’Etat est constant, il a une vision jacobine de la question et je ne le lui reproche pas car il a été construit comme cela, » commente alors Jean-Jacques Urvoas.

Un challenge juridique et politique – Alors que la ministre de la Culture demande un rapport sur le sujet à Rémi Caron, conseiller d’Etat, le parlementaire ne s’avoue pas vaincu et prépare alors une proposition de loi constitutionnelle.

Son challenge est autant juridique que politique. Il doit faire la démonstration au gouvernement que son texte peut rallier une majorité des trois cinquièmes des parlementaires, seuil indispensable à toute modification constitutionnelle qui ne transite pas par une procédure référendaire. C’est pourquoi le nouvel article proposé fait directement référence à la déclaration interprétative de 1999 et aux réserves émises par le Conseil constitutionnel(1).

« Un vote historique » – Ralliant la plupart des voix de la majorité, celles des centristes et d’une partie de l’opposition, le vote du 28 janvier donne raison à Jean-Jacques Urvoas.
« Grâce à ce vote historique, le processus de ratification de la Charte, brutalement interrompu en 1999, peut enfin reprendre, écrit-il sur son blog. J’invite à présent le Gouvernement à déposer dans les meilleurs délais devant le Sénat le projet de loi attendu. La révision constitutionnelle nécessaire à la ratification est lancée, et je veux espérer qu’aucun obstacle désormais n’en interrompra la marche. »

Les collectivités, bridées – De fait, les collectivités attendent de longue date une inflexion de l’Etat quant à son approche des langues régionales.
Les recours administratifs sont récurrents, parfois sur des motifs juridiques « exotiques », concernant la signalétique routière, les documents administratifs bilingues ou l’usage des langues régionales dans les assemblées délibératives ; l’enseignement, compétence exclusive de l’Etat, est également au cœur des préoccupations des collectivités engagées dans un soutien aux langues régionales.

Signalétique routière dans l’Hérault – En matière de signalétique routière, on se souvient de l’affaire des panneaux d’entrée de ville, bilingues de Villeneuve les Maguelone (Hérault).
En octobre 2010, à la demande d’une association, le juge administratif avait enjoint la mairie d’enlever les panneaux affichant Vilanova de Magalona, nom occitan de la commune. Cette décision avait déclenché de nombreuses protestations et une proposition de loi ad hoc avait été votée par le sénat quelques mois plus tard, mais jamais examinée par l’Assemblée.

Puis, quelques semaines après l’élection de François Hollande à la présidence de la République, la Cour d’appel de Marseille avait contredit le tribunal administratif, autorisant la commune à utiliser des panneaux en occitan.

Livret de famille en Bretagne – Carhaix (Finistère) fait partie de la cinquantaine de communes bretonnes délivrant des livrets de famille bilingues, français et breton, depuis plusieurs années.
Mais en août 2012, le tribunal de Brest refuse à un administré la mise au jour de son livret de famille au prétexte que celui-ci était rédigé en français. L’argumentaire juridique se fonde sur un décret du 2 Thermidor An II (20 juillet 1794) qui sera suspendu quelques semaines plus tard.

Bis repetita en mars 2013, avec la réponse du ministère de la Justice à Chantal Guittet, députée du Finistère, assise sur l’arrêté consulaire du 24 Prairial an XI (13 juin 1803), disposition prise lorsque les troupes napoléoniennes occupaient une partie de l’Allemagne, de la Suisse et de l’Italie.

Débats à l’assemblée de Polynésie – En juin, le Conseil d’Etat a annulé deux lois du Pays votée par l’assemblée territoriale, portant sur des dispositions relatives au régime de retraite des travailleurs salariés au motif que les débats s’étaient tenus en langue tahitienne alors que “le français est la langue officielle de la Polynésie française” selon le statut d’autonomie de la Polynésie (loi organique 2004-192).

Les régions défendent l’enseignement bilingue – En matière d’enseignement, le recteur de l’académie de Montpellier s’est vu interpellé, le 28 juin 2012, lors du Conseil académique des langues régionale, par le délégué du conseil régional aux langues catalane et occitane et par une responsable syndicale à propos de la réduction des moyens humains et du non-respect de la convention Etat-région de 2009 pour le développement et la structuration de « l’enseignement de l’occitan et en occitan » et de « l’enseignement du catalan et en catalan ».

« Les logiques actuelles du développement de l’enseignement bilingue sont complètement obsolètes, dénonce Lena Louarn, vice-présidente du conseil régional de Bretagne en charge des langues. Cette année, alors que toutes les filières d’enseignement du breton connaissent une pénurie d’enseignants, nous avions 176 candidatures, dont 90 pour l’enseignement public et l’Education nationale n’a accordé que 23 postes. C’est inadmissible ! Et ce n’est pas une question de moyens ! Nous demandons aussi une enveloppe spéciale pour la formation continue des enseignants monolingues qui sont volontaires pour passer dans le bilingue. Ils sont nombreux. »

Une politique linguistique en Bretagne – Dès 2004, le conseil régional de Bretagne a voté une politique linguistique, actualisée en mars 2012. D’emblée, le document souligne « la nécessité d’un cadre juridique », lequel passe par la ratification de la Charte européenne des langues régionale, une loi-cadre pour les langues de France et un « droit à l’expérimentation en matière de politique linguistique et le transfert des crédits nécessaires, notamment en matière d’éducation et de médias ».

« La ratification de la Charte nous donnera la légitimité de ce que l’on fait déjà et ouvrira de nouvelles portes, notamment en matière d’éducation, poursuit Lena Louarn. S’il y a ratification et que le Pacte d’avenir pour la Bretagne est opérationnel, il y aura un développement de l’enseignement bilingue : on devra passer d’une logique de réponse à la demande, contrainte et timorée, à un développement de l’offre d’enseignement bilingue. »

Un signal politique – Députée des Pyrénées-Atlantique, Sylviane Alaux (PS) a voté « sans états d’âmes » la proposition de loi constitutionnelle. « Si la ratification nous fait avancer d’un millimètre, et malgré quelques lignes sur la clause interprétative, je suis preneuse, expose-t-elle. Je partage la position de ceux qui demandent la co-officialisation de la langue basque afin qu’on ait la certitude, quand on s’exprime en euskara dans une administration publique qu’on puisse vous répondre en euskara ».

Le Pays Basque est également concerné par l’incertitude qui pèse sur les écoles associatives laïques qui pratiquent l’enseignement de la langue basque par l’immersion.
« En filigrane de la ratification, la demande porte sur les écoles immersives comme les ikastolas de Seaska, Diwan, Calendreta ou Bressola, explique l’élue basque. Il y a un problème au niveau de la participation de fonds publics pour le fonctionnement ou les bâtiments scolaires. Cet élément exacerbe les esprits. »

Outre-Mer aussi, René-Louis Pestel, adjoint à la culture à Saint-Denis-de-la-Réunion, espère que la Charte européenne des langues régionales permettra « de reconnaître le créole comme une langue régionale et de mettre en œuvre le bilinguisme sans être complexé ».

« En 2008, nous avons signé une charte avec Lofis La Lang Kreol, poursuit l’élu. Quand un administré s’exprime en mairie en créole, les salariés lui répondent en créole. On cause créole, on cause français comme on veut ». Mais aujourd’hui, l’enseignement du créole n’est dispensé que dans un établissement expérimental. « Il y a encore du travail pour que chaque enfant puisse passer d’une langue à une autre sans difficulté et sans être complexé, » estime René-Louis Pestel.

Transférer des compétences et des moyens – L’Alsace aussi dispose d’un Office de la langue et 400 communes ont signé « Ja fer unseri Sproch », une charte similaire à celle de La Réunion. « Après la guerre, il était interdit de parler alsacien, ce qui a produit un rejet de notre propre langue, explique Isabelle Schoepfer, directrice de l’Office de la langue alsacienne. On en porte encore les stigmates et on voit que nos jeunes ont davantage de difficultés pour travailler en Allemagne ou en Suisse car ils ne parlent plus alsacien. La ratification serait un signal politique intéressant, mais s’il n’est pas suivi de transferts de compétences et de moyens, si on ne fait pas confiance aux régions, ça ne servira à rien ».

La ratification de la Charte européenne des langues régionale est donc relancée. Aboutira-t-elle (le texte n’est pas encore inscrit à l’ordre du jour du Sénat) ? Sera-t-elle complétée d’autres dispositions législatives relevant de la régionalisation récemment annoncée par le Président de la République ? D’une loi cadre sur les langues régionales, dans le droit fil des propositions de loi de 2010 ? Le Conseil d’Etat et le Conseil constitutionnel vont-ils infléchir leur doctrine ? Une seule certitude : les débats promettent d’être vifs, tant les conceptions jacobines et girondine de la République s’opposent.

Notes

Note 01 « Art. 53-3. – La République peut ratifier la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires adoptée à Strasbourg le 5 novembre 1992, signée le 7 mai 1999, complétée par la déclaration interprétative exposant que : « 1. L’emploi du terme de “groupes” de locuteurs dans la partie II de la charte ne conférant pas de droits collectifs pour les locuteurs des langues régionales ou minoritaires, le Gouvernement de la République interprète la charte dans un sens compatible avec la Constitution, qui assure l’égalité de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion ; « 2. Le d du 1 de l’article 7 et les articles 9 et 10 de la charte posent un principe général n’allant pas à l’encontre de l’article 2 de la Constitution, en application duquel l’usage du français s’impose aux personnes morales de droit public et aux personnes de droit privé dans l’exercice d’une mission de service public, ainsi qu’aux usagers dans leurs relations avec les administrations et services publics. » Retour au texte

7 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

La France cessera-t-elle d’être un « cimetière » pour les langues régionales ?

Votre e-mail ne sera pas publié

PETIOT Rémy

31/01/2014 12h49

A-t-on à ce point de l’argent à dilapider dans la multiplication de panneaux, dans toutes les communications papier en plusieurs langues etc.. ?
A-t-on assez de temps scolaire à l’issue duquel on a déjà du mal à assurer la connaissance minimum de base?
Et quelle dérive dans la balkanisation de notre petit état. Il suffit de voir les conséquences d’une affirmation dans l’article: « Je partage la position de ceux qui demandent la co-officialisation de la langue basque afin qu’on ait la certitude, quand on s’exprime en euskara dans une administration publique qu’on puisse vous répondre en euskara » ». Cela veutr dire qu’un fonctionnaire ou employé d’une gande entreprise devra apprendre toutes les langues et charabias locaux s’il souhaite muter ou s’il veut commercer partout dans notre petit état. On marche sur la tête!!

Heimatrechtler

31/01/2014 06h10

Le problème avec les ultra-nationalistes jacobins (pléonasme) hostiles à la Charte Européenne des langues régionales, qu’ils soient de droite ou de gauche, ou du Grand Orient de France (Guaino, Mélenchon etc), c’est qu’ils tiennent coustamment un discours ici, et son exact contraire là-bas en fonction des lubies du chauvinisme panfrancophone. Curieusement, ils sont tous ultra-favorables à la coofficialité des langues régionales lorsqu’il s’agit de défendre les droits linguistiques spécifiques et collectifs des minorités régionales francophones à l’étranger (dialectophones Québécois, patoisants Acadiens, Wallons, Romands, Valdotains etc) et ils y sont hyper-hostiles lorsqu’il s’agit de s’opposer à ceux des Bretons, des Corses, des Basques, des Occitans, des Catalans, des Flamands ou des Alsaciens-Mosellans. Ils soutiennent en choeur le séparatisme ethnolinguistique au Québec (« vive le Québec libre ! ») et même le rattachisme Wallon (« la Wallonie manque à la France ! ») tout en condamnant avec véhémence ce même séparatisme lorsqu’il est Catalan, Corse ou Breton etc. M. Mélenchon s’oppose à la réunification de la Bretagne au nom de la lutte contre les communautarismes, tout en appelant de ses voeux le rattachement de la Wallonie à la France page 118 de son dernier livre intitulé « Qu’ils s’en aillent tous ! », au nom de ce qu’il ‘oublie’ complètement d’appeler le communautarisme panfrancophone et l’irrédentisme Grand-Gaulois. Cette duplicité idéologique est intolérable. La France doit d’abord donner elle-même l’exemple du respect de la pluralité linguistique sur son propre sol avant de l’exiger du Canada, de la Belgique, de la Suisse et de l’Italie en faveur des minorités régionales francophones qui s’y trouvent. Il faut un minimum de cohérence et d’honnêteté intellectuelle ! Les relations internationales sont basées sur la réciprocité, sinon c’est du chauvinisme et de l’impérialisme panfrancophone…

pierrick Hamon

01/02/2014 09h12

Excellente synthèse. Même si ce n’est pas encore gagné, c’est grâce à des initiatives de ce type que les choses bougent. Preuve qu’il est possible d’avancer sur un minium commun par delà les clivages politiques traditionnels. Il est temps, grand temps, de sortir de cette culture et cette éducation uniformatrices quasi staliniennes – d’une grande subtilité !!!! – qui confond égalité des chances et uniformité. Et cela se retrouve partout dans la vie courante, notamment aux plans économique et social. Même le mot « libéral » fait chez nous encore peur alors qu’il est « de gauche » partout ailleurs. Certes le Conseil Constitutionnel – qui avait déjà imposé en 1982 la création de 2 départements en Corse, ce qu’il ne ferait plus aujourd’hui – ainsi que le Conseil d’Etat, ont été créés pour cela, mais ils ont su, quand il le fallait, évoluer. Alors, chiche ? L’intelligence prospective n’est pas interdite. Elle est même indispensable.

Géro

03/02/2014 11h23

Bravo Rémy tout est dit. Leurs patois qu’ils les gardent pour le folklore ou leurs veillées au coin de la cheminée ou au troquet. La France a évoluée et doit rester UNE. Seul le Français doit être utilisé qui plus est dans les administrations.

Yann Kermabon

05/02/2014 04h11

Ce que l’article ne dit pas c’est ce que le gouvernement entend par langue régionale. Pardon d’être précis, mais le projet de ratification comprend aussi la reconnaissance de langues parlées en France qui ne sont pas régionales comme l’arabe dialectal, le berbère, le romani, l’arménien occidental, le yiddish et le judéo-espagnol. Pour Mme Filipetti, ces langues issues de l’immigration doivent être protégées en France en ce qu’elles sont minoritaires ? Ou est la cohérence avec les langues régionales ?

Heimatrechtler

06/02/2014 04h05

Même un Canadien anglophone qui s’établit dans la province particulariste du Québec est censé apprendre le dialecte québécois local et non imposer l’hégémonie de la langue anglaise aux autochtones francophones. Cela s’appelle le devoir d’intégration !
La moindre des choses lorsqu’on s’installe sur un territoire allophone (parlant une autre langue) c’est d’en apprendre la langue !
Le devoir d’intégration ne s’applique pas seulement aux non-francophones, mais également aux ‘sahibs’ de la pan-francophonie qui s’imaginent qu’ils sont habilités à imposer l’usage et l’hégémonie de leur langue à tout le monde.
Oui à l’intégration, non à l’impérialisme et au colonialisme !

Heimatrechtler

12/09/2015 01h37

Pour le ‘Sahib’ Petiot, les langues des autres ne sont pas importantes, seule la sienne l’est, c’est pourquoi il persiste à vouloir en imposer l’usage et l’hégémonie à tout le monde !
Imaginez un Canadien anglophone qui s’établirait au Québec, et qui manifesterait le même mépris condescendant à l’encontre du dialecte francophone québécois local, dont l’usage ‘désuet’ et ‘passéiste’ est parfaitement ‘superflu’ en Amérique du Nord…
Il terminerait avec du goudron et des plumes…

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X