Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Cinéma

Cinéma : un audit met en lumière le rôle de la région dans la structuration de la filière

Publié le 29/01/2014 • Par Isabelle Verbaere • dans : Régions

Réalisé par les cabinets Idate et Hexacom, le « bilan de 10 ans de politique cinéma et audiovisuel en Provence Alpes Côte d’Azur-2003-2013 » a été publiée le 21 janvier 2014. Cette étude montre le rôle que joue le fonds d’aide de 3 millions d’euros par an, mais aussi ses limites.

C’est l’histoire d’une coccinelle venue prêter main-forte à une tribu de fourmis noires, afin de récupérer une boîte de sucres convoitée par les méchantes fourmis rouges. « Minuscule », film d’animation, est sorti en salles le 29 janvier 2014. C’est l’une des 428 productions soutenue par la région Provence-Alpes-Côtes-d’Azur depuis 2003. La subvention s’est élevée à 100 000 euros.

Quel est l’impact de la politique régionale en faveur des filières cinématographiques et audiovisuelles locales, au cours de ces dix dernières années ? Pour le savoir la collectivité a commandé un audit mené par les cabinets Idate et Hexacom. Ses résultats ont été rendus publics le 21 janvier 2014.

Professionnalisation. Ce « bilan de 10 ans de politique cinéma et audiovisuel en Provence Alpes Côte d’Azur-2003-2013 » a notamment évalué l’efficacité du fonds d’aide, principal outil déployé par la région en faveur de la production et de la création. Son budget s’élève à 3 millions d’euros par an, répartis entre 90 bénéficiaires environ : des aides à la production qui couvrent tous les types de projets (fictions télévisées, longs et courts-métrages, etc.) mais aussi des bourses d’aide à l’écriture. 

L’audit montre que ce fond a joué un rôle décisif dans la structuration de la filière cinématographique et audiovisuelle locale. « Il a permis une professionnalisation des sociétés de production – il en existe 150 en Paca -, se félicite Vasseili Meimaris, responsable de la commission régionale du film au sein du service cinéma de la région.
Une dizaine comme « Les films du Tambour de soie » ou « 13 productions » ont même acquis une ampleur nationale voire internationale. Ce fonds a également favorisé la montée en compétence et en gamme d’équipement des plus de 2000 techniciens locaux qui ont pu travailler plus régulièrement ».

Concurrence. Toutefois l’étude note que les retombées apparaissent moins évidentes pour les acteurs qui sont moins sollicités par les tournages des productions extérieures que les techniciens. Elle signale aussi que l’aide à l’écriture n’a pas permis de faire émerger de nouveaux talents régionaux avec une visibilité nationale forte ni véritablement de développer la création audiovisuelle. 

Le fond d’aide a aussi conforté la deuxième position de la région, en nombre de tournages, derrière l’Ile-de-France. Elle accueille 10 % des jours de tournage.
« En 2012, puis 2013, sept séries ont été tournées en Paca, comme Caen, Camping paradis, se félicite Vasseili Meimaris. C’est inédit ! Toutefois avec la crise, les gros budgets de production se délocalisent à l’étranger ».

L’audit considère en effet que la concurrence des autres pays européens et méditerranéens qui développent des mesures incitatives, constitue une menace pour la filière locale. Celles des autres régions ayant des fonds d’aide également. Les sociétés de production vont en effet « au plus offrant » quitte à modifier le scénario pour l’adapter au décor du site retenu.

Une menace qui apparaît d’autant plus grande que « le fond d’aide de la région Paca est sous-dimensionné par rapport au poids de la région dans le secteur » note les auteurs de l’étude. Elle est deuxième en matière d’accueil de tournage mais cinquième pour le montant de son fond d’aide ». Celui de la région Ile-de-France par exemple s’élève à 14 millions d’euros par an.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Cinéma : un audit met en lumière le rôle de la région dans la structuration de la filière

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X