Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Formation professionnelle

Coup d’envoi pour le projet de loi « formation professionnelle »

Publié le 24/01/2014 • Par Agathe Vovard • dans : France

La grande réforme du paysage de la formation professionnelle est en marche. Le projet de loi relatif à la formation professionnelle, » à l’emploi et à la démocratie sociale présenté en Conseil des ministres mercredi 22 janvier 2014 doit maintenant être débattu par le Parlement pour une adoption fin février, soit avant la pause parlementaire due aux municipales.

« Il y avait urgence à réformer », a martelé le ministre du Travail Michel Sapin devant les députés de la commission des affaires sociales le 22 janvier 2014. Deux principes guident la refonte : accorder davantage de moyens à ceux qui ont le plus besoin de qualifications, d’abord. Pour cela, le projet de loi crée pour tous un compte personnel de formation, qui sera opérationnel le 1er janvier 2015. Le compte est crédité chaque année, à hauteur de 150 heures maximum sur neuf ans. « Contrairement au système du droit individuel à la formation (DIF), il s’agira d’un plancher et non d’un plafond », a précisé Michel Sapin. Les régions, Pôle emploi, les entreprises ou… les salariés, pourront apporter le complément financier si la formation visée dépasse 150 heures.

Négociations dans le public – Michel Sapin a aussi confirmé que ce CPF a bien vocation à s’ouvrir également aux fonctionnaires, mais ultérieurement. En effet, des négociations doivent pour cela être menées entre la ministre et les organisations syndicales.

Le projet de loi vise ensuite à simplifier les mécanismes de gestion et les compétences. Reprenant une bonne partie du second projet de loi de décentralisation, il confère pleinement à la région les compétences « formation professionnelle »(et notamment la formation des personnes sous main de justice, comme le détaille le Club prévention sécurité de la Gazette)  et « apprentissage »

Le texte crée aussi au niveau régional un organisme quadripartite (organisations syndicales, patronales, régions et Pôle emploi) chargé de définir les formations à privilégier localement. « Cette liste pourra varier d’un territoire à l’autre en fonction des spécificités, et évoluer dans le temps », a précisé Michel Sapin.

« Couplées aux responsabilités des régions en matière de développement économique et d’innovation, ces avancées permettront d’améliorer le service rendu aux usagers par une meilleure prise en compte des besoins des entreprises et des territoires », a réagi l’Association des régions de France dans un communiqué du 23 janvier.

Lors de l’audition du ministre à l’Assemblée, de nombreuses questions de députés sont restées – pour le moment – sans réponse : « Comment le projet de loi va-t-il favoriser vraiment la formation des jeunes non qualifiés et des demandeurs d’emploi face aux autres publics, son objectif premier ? » (Jean-Patrick Gille, rapporteur pour la commission des affaires sociales) ; « Quid du financement des formations proposées dans une région voisine ? » (Christophe Cavard) ; « Comment coordonner les formations qui vont rester de niveau national, comme le développement de certaines filières industrielles, avec le niveau régional ? » (Michel Liebgott) ; « N’existe-t-il pas un risque de diversité des offres de formation en fonction des capacités des régions, qui n’ont pas toutes les mêmes moyens ? » (Kheira Bouziane)…

Financement spécifique pour l’apprentissage dans le public ? – Comme la Gazette l’avait déjà noté, le projet de loi ne contient enfin finalement pas de mesures visant à développer l’apprentissage dans les trois fonctions publiques. Dans son communiqué, l’ARF réitère sa proposition de demander un financement spécifique aux employeurs. « Cela permettrait d’accroître le nombre d’apprentis sur des métiers pouvant être exercés dans différents secteurs en dehors de la sphère publique (restauration collective, entretien des espaces verts…), avec des moindres risques de discrimination par rapport aux jeunes issus de quartiers sensibles », estime-t-elle. 

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Coup d’envoi pour le projet de loi « formation professionnelle »

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X