En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV

Logo Gazette.fr

4

Commentaires

Réagir
Imprimer

Environnement-santé

Le Parlement adopte le «zéro phyto» dans les espaces verts

Publié le 23/01/2014 • Mis à jour le 04/03/2014 • Par avec l'AFP, La Rédaction • dans : Actualité club Technique, France

Imprimer

4

Commentaires

Réagir

© Rafael Ben-Ari - Fotolia

Le Parlement a adopté définitivement jeudi 23 janvier, par vote à l'Assemblée nationale, une proposition de loi du sénateur écologiste Joël Labbé qui interdit les pesticides dans les espaces verts publics à partir de 2020 et dans les jardins particuliers à compter de 2022. Plusieurs collectivités se sont félicitées de ce vote.

Découvrez le club

Cet article est paru dans
Le Club Technique

Voir le sommaire

Cet article fait partie du dossier

En route vers le "zéro phyto"

 

Outre les écologistes, socialistes, radicaux de gauche, UDI et Front de gauche ont voté pour. Les élus UMP se sont prononcés contre ou abstenus.

Une « nécessité » - Ce texte est « une nécessité » pour la santé publique et la protection de l’environnement, a estimé le ministre de l’Ecologie Philippe Martin, relevant toutefois que 90% des produits phytosanitaires étendus le sont en agriculture. Le projet de loi d’avenir agricole, voté mi-janvier en première lecture à l’Assemblée, pose quelques jalons, notamment un suivi post-mise sur le marché des pesticides.

La proposition de loi votée jeudi, déjà adoptée par le Sénat en novembre, interdit, elle, à partir du 1er janvier 2020, l’usage des produits phytosanitaires par l’Etat, les collectivités locales et établissements publics pour l’entretien des espaces verts et forêts.

Près de 40% des communes ont franchi le pas - Ce délai doit leur permettre de s’adapter à de nouvelles méthodes de travail notamment. Près de 40% des communes sont déjà à « zéro phyto », selon le groupe écologiste.

Seront exemptées les voies ferrées, pistes d’aéroport et autoroutes. Les pesticides pourront toujours être utilisés en cas d’ « urgence sanitaire ».

Par ailleurs, à partir du 1er janvier 2022, pour laisser le temps aux industriels de s’adapter, la commercialisation et la détention de produits phytosanitaires à usage non professionnel seront interdites.

La France reste le premier consommateur de pesticides en Europe, malgré le plan Ecophyto lancé en 2008 et prévoyant d’en réduire l’usage de 50% d’ici 2018.

Les réactions des élus

« Ecolobotomie » pour l’opposition

« Pourquoi légiférer à nouveau puisque le processus est en marche? », a demandé Antoine Herth (UMP), y voyant « une volonté de surenchère » des écologistes « à proximité des échéances électorales ».

« Ce n’est pas de l’écologie que vous faites, c’est de l’écolobotomie », a lancé son collègue Jean-Charles Taugourdeau. Rejetant le terme « pesticides », il a souligné que sémantiquement, les produits phytosanitaires « sont faits pour soigner les plantes ».

« Véritable avancée » pour la majorité

« S’ils ont pu donner l’illusion d’une solution miracle pour leurs utilisateurs, ces produits sont avant tout des produits chimiques actifs, ayant un impact sur le vivant végétal et animal et sur les écosystèmes », a défendu la rapporteure (EELV) de la proposition de loi et agricultrice, Brigitte Allain.

En appui, Gérard Bapt (PS), connu notamment pour son engagement contre les perturbateurs endocriniens, a mis en avant une série d’études montrant l’impact sanitaire de l’utilisation des pesticides. Dans le pays européen autorisant « le plus grand nombre de pesticides », ce texte, « bien que de portée limitée, constitue une véritable avancée », pour Jacqueline Fraysse (Front de gauche).

Les collectivités qui n’ont pas attendu la loi

Dans un communiqué, le conseil général de Seine-et-Marne s’est également félicité de l’adoption de cette proposition de loi. Son vice-président chargé de l’Environnement, Jean Dey, y voit ainsi « une étape importante et à certains égards historique. Les dégâts sur la santé et l’environnement de ces produits font enfin l’objet d’un large consensus auprès des élus ». L’élu rappelant au passage «l’utilisation de zéro pesticides pour l’entretien des 4000 kms de routes départementales. ».

Un peu plus tôt, la ville de Versailles, se présentant – à juste titre – comme une « ville pionnière du zéro phyto », s’était également fendu d’un communiqué, son député-maire François de Mazières soulignant que dans sa commune, « 130 000 litres de produits chimiques ne sont plus déversés chaque année dans la nappe phréatique et ne sont donc plus source de danger pour les utilisateurs et les riverains. »

   

Haut de page

Aujourd'hui sur

les Clubs Experts de la Gazette

La "mobilité courante" prend son envol national

Le premier colloque national « Pour la mobilité courante » s’est tenu le 16 octobre dernier à Compiègne. L’objectif était de promouvoir la fluidité des chaines de déplacements via une coopération accrue entre les autorités organisatrices, tout en cernant ...

95 % des petites villes tailleront dans leur budget culturel en 2015

Des coupes budgétaires concerneront la culture et le sport dans plus de 9 petites villes sur 10. C'est l'enseignement d'une enquête menée par l'Association des petites de France auprès de ses membres sur les budgets 2015. Globalement, plus de deux répondants sur ...

Mission Blazy : 60 propositions pour « repenser la politique de sécurité publique »

Le président de la mission parlementaire sur la lutte contre l’insécurité, Jean-Pierre Blazy, a présenté le 22 octobre 2014 une série de propositions tous azimuts concernant aussi bien le rôle du maire dans la prévention de la délinquance, la modernisation ...

Baromètre Bien-être au travail 2014 : le malaise croissant des fonctionnaires territoriaux

Pour la troisième année, le baromètre « Bien-être au travail » réalisé par « La Gazette » et le cabinet conseil CaTTalyse, avec le soutien d’Intériale mutuelle, vient donner une image inédite de l’état d’esprit des fonctionnaires territoriaux dans ...

Imprimer

4

Commentaires

Réagir
Publicité

Liens sponsorisés

Tous les fournisseurs

Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés EnvironnementEspaces verts - milieux naturelsVoirie - réseaux

4 Commentaires

Ajouter un commentaire

Du plus récent / Du plus ancien

  1. 1. jmp 27/06/2014, 20h01

    Pour signaler que "zéro phyto" (en agriculture, dans le langage parlé tout particulièrement, l'on utilise l'abréviation phyto pour produits phytosanitaires) est un terme peu indiqué pour exprimer la non utilisation d'herbicides. Le terme "phyto" signifie en grec, ce qui se rapporte au végétal. En grec moderne cela veut aussi dire "plante". Le terme phytocide est d'ailleurs un synonyme d'herbicide ou de déserbant. Donc litéralement zéro phyto veut dire zéro végétaux ou zéro plantes.

  2. 2. Cléo30 30/01/2014, 13h49

    Merci messieurs les parlementaires de voter une loi qui protège vraiment les citoyens!
    Mais pourquoi ne pas aller plus loin et inciter RFF à trouver d'autres solutions pour l'entretien des voies ferrées? Idem pour les sociétés d'autoroute.
    à côté de ça, il faudrait aussi donner un petit coup d'accélérateur au plan écophyto parce qu'en agriculture, on est très très loin du zéro phyto!

  3. 3. ZERU99 25/01/2014, 10h22

    1. Faisons une carte de France des communes "Zéro pesticides" comme il y a la carte des "Pavillons Bleus".
    2. Ajoutons ce critère dans les annonces de vente immobilière, comme pour l'amiante, le plomb, etc...
    = Meilleure prise de conscience généralisée...
    Bravo à St privé et au Sénateur ...

  4. 4. COMMUNE DE SAINT PRYVE SAINT MESMIN 45750 24/01/2014, 14h10

    La Municipalité de Saint Pryvé Saint Mesmin , 45750,a signé la charte "o pesticide" depuis plusieurs années .
    C'est une commune sans pesticide qui incite les habitants à jardiner au naturel.

    1. Ajouter un commentaire

        Votre e-mail ne sera pas visible

      Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.