Transports

Dans quel cadre juridique peut-on organiser le transport à la demande ?

Par • Club : Club Techni.Cités

Les services privés et les services de transport à la demande recouvrent des notions bien distinctes. Pour mémoire, les collectivités publiques peuvent organiser des services de transport privé, dans les conditions définies par le décret n° 87-242 du 7 avril 1987 d’exécution des services privés de transport routier non urbain de personnes. Dans ce cadre, sont considérés comme des services privés les transports organisés pour des catégories particulières d’administrés dans le cadre d’activités relevant des compétences propres des collectivités.

Pour créer ce type de service, trois conditions cumulatives doivent être réunies. Tout d’abord, les services privés doivent être exécutés à titre gratuit. Ensuite, ils doivent être exécutés avec des véhicules appartenant à l’organisateur ou pris en location par l’organisateur sans conducteur. Enfin, ces services doivent servir exclusivement aux besoins normaux de fonctionnement des collectivités territoriales ou de leurs groupements.

Desserte de zones peu denses – Le service public de transport à la demande, appelé communément « transport à la demande » (TAD), est défini, par l’article 26 du décret du 16 août 1985 relatif aux transports urbains de personnes et aux transports routiers non urbains de personnes, comme un service collectif offert à la place, déterminé en partie en fonction de la demande des usagers, dont les règles générales de tarification sont établies à l’avance, et qui est exécuté avec des véhicules d’une capacité minimale de quatre places. Formule souple, ce type de service peut être mis en œuvre en faveur de catégories particulières d’usagers et apparaît adapté à la desserte de zones peu denses.

En vertu de l’article L.1221-1 du Code des transports, l’organisation des services de TAD est confiée, dans les limites de leurs compétences, à l’Etat, aux collectivités territoriales et à leurs groupements en tant qu’autorités organisatrices de transport (AOT). Ainsi, le département est compétent par défaut pour organiser un TAD, excepté à l’intérieur d’un périmètre de transports urbains, où cette compétence échoit à l’autorité organisatrice des transports urbains, qu’elle soit une commune, un groupement ou un syndicat mixte.

Politique tarifaire – Toutefois, la commune ou l’établissement public de coopération intercommunale n’est pas obligé de se constituer en autorité organisatrice de transport urbain pour organiser un transport à la demande. Il peut, en effet, se contenter de devenir autorité organisatrice de second rang, par délégation du département, conformément à l’article 28 du décret du 16 août 1985.

Enfin, concernant le coût du TAD, il revient à la collectivité concernée, dans le cadre de sa compétence d’autorité organisatrice, de définir la politique tarifaire applicable au service et de décider à ce titre si elle souhaite qu’il soit gratuit ou non.

Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X