Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

CULTURE

Aurélie Filippetti promet que les Drac pourront gérer plus de dispositifs financiers

Publié le 21/01/2014 • Par Hélène Girard • dans : France

En présentant ses vœux le 21 janvier 2014, la ministre de la culture et de la communication a affirmé son intention de maintenir la présence de l’Etat « partout dans les régions ». Elle a également appelé les bibliothèques à la mobilisation pour le développement des pratiques numériques.

En préambule de ses vœux présentés le 21 janvier 2014, Aurélie Filippetti a revendiqué pour la culture une place de choix dans la politique du gouvernement et un rôle ambitieux dans le développement de la France : la culture n’est pas un « luxe », ni même « un supplément d’âme » : elle a une « réalité économique et productive » que le récent rapport des inspections générales des finances et des affaires culturelles a mesurée (1).

Mais pas seulement: la culture contribue aussi à la « souveraineté » de la France, au-delà du seul « rayonnement » du pays dans le monde. Et dans cette démarche à l’échelle mondiale, la ministre fait le lien avec le local : « je veux valoriser cet atout de la culture dans les territoires. »

Présence de l’Etat « renforcée », mais… Aurélie Filippetti s’est indirectement adressée à tous ceux – nombreux- qui redoutent une disparition des directions régionales des affaires culturelles (drac) dans le sillage de la réforme territoriale, en affirmant : « ma conviction est que la présence de l’Etat doit être confortée partout dans les régions et dans les territoires. C’est indispensable pour mener une politique culturelle ambitieuse. Je souhaite donc accentuer le mouvement de confiance de l’Etat à l’égard des drac. »

Ces dernières verront ainsi augmenter le nombre d’enveloppes budgétaires déconcentrées, dont elles répartissent les crédits directement sur leur territoire. Une mesure qualifiée d’ « indispensable » par la ministre pour réussir, par exemple, son plan en faveur de l’éducation artistique et culturelle.

En revanche, Aurélie Filippetti s’est montrée moins affirmative à propos des délégations de compétences de l’Etat vers les collectivités qui le demanderont, possibilité ouverte par le projet de loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles (Mapam) définitivement adopté le 13 décembre 2013.

La ministre a indiqué que « la culture n’est pas exclue de cette disposition, mais elle n’est pas non plus spécialement concernée. » Il est peu probable que cette remarque suffise à apaiser les inquiétudes suscitées par cette perspective, notamment dans le secteur du spectacle vivant : un collectif d’organisations professionnelles emmenées par le Syndeac (2) a adressé une « lettre ouverte au Président de la République » le 25 octobre 2013.

Démarche soutenue par la Fédération nationale des collectivités territoriales pour la culture  (FNCC). Nul doute que la ministre sera interpellée à ce sujet à l’occasion de son intervention aux Biennales du spectacle vivant (BIS) de Nantes, qui se tiennent du 22 au 23 janvier, et où elle devrait annoncer les grands axes de son projet de loi sur la création artistique.

Numérique : les bibliothèques mobilisées. Aurélie Filippetti veut faire de son ministère la « Silicon Valois », jeu de mots qu’elle affectionne pour qualifier le rôle qu’elle entend donner à la Rue de Valois dans le développement du numérique culturel. Ce rôle devrait notamment être détaillé dans le futur projet de loi sur la création artistique. Dans ce contexte de « passage à l’ère numérique », la ministre compte aussi mobiliser les bibliothèques : « 2014 sera l’année des bibliothèques », auxquelles elle attribue le rôle de « service public numérique de proximité ».

Pour cela, elles auront le soutien de la Bibliothèque publique d’information (Bpi) du Centre Beaubourg, à Paris, dont le partenariat avec les bibliothèques territoriales est une des missions historiques. Ce chantier numérique incombera à Marie-Christine Carlier, ex-directrice des bibliothèques municipales de Grenoble (Isère), dont la nomination à la tête de la Bpi a été annoncée par la ministre le 17 janvier dans un entretien avec nos confrères de Livres-Hebdo.

En revanche, la ministre n’a pas précisé si d’autres leviers étaient envisagés pour inciter les bibliothèques territoriales à s’engager dans ce rôle.

Les autres annonces de la ministre de la culture

  • L’organisation d’un Forum européen de la culture les 4 et 5 avril 2014 au Théâtre de Chaillot à Paris, pour « avoir une ambition culturelle forte pour l’Europe. »
  • la création d’une agence ad hoc pour exporter « nos compétences culturelles », pour « développer notre capacité à faire rayonner notre excellence » dans les métiers culturels. La ministre compte s’inspirer de l’expérience de France Museum, l’agence créée pour mener à bien le projet du Louvre-Abou Dabi.
  • Le développement d’une offre de programmes et de tarifs destinés au jeune public : appelé « La belle saison », cette offre sera déployée par les drac et les scènes subventionnées.
  • Une nouvelle démarche de restitution des œuvres spoliées : désormais le ministère de la culture restituera aux descendants des propriétaires des œuvres pillées par les Nazis « sans attendre » d’être sollicité. Aurélie Filippetti a précisé, qu’à ce jour, 145 nouvelles œuvres ayant fait l’objet d’une spoliation avérée ont été repérées dans les musées français, dont 28 ont déjà des propriétaires identifiés.,
  • « Faire sauter les verrous » en matière de patrimoine. Ce sera l’objet du projet de loi sur les patrimoines, dont la présentation en conseil des ministres est annoncée pour le printemps, et dont la ministre a détaillé les principaux axes le 13 septembre 2013.
  • La poursuite du « plan Smac (3)»

Notes

Note 01 3,2% du PIB, soit 57,8 milliards de valeur ajoutée Retour au texte

Note 02 Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles Retour au texte

Note 03 scènes de musiques actuelles Retour au texte

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Aurélie Filippetti promet que les Drac pourront gérer plus de dispositifs financiers

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X