Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Club RH - Lille - 17 décembre 2013

« Chercher ensemble des solutions plutôt que des coupables » – Henri Hammiche, chef du service condition de travail de Lille Métropole

Publié le 16/01/2014 • Par Emmanuelle Lesquel • dans : compte rendu des dernières rencontres du club RH

Henri Hammiche, chef du service condition de travail de Lille Métropole (1,2 millions d’habitants. 85 communes - 2400 agents) détaille le travail précurseur mené par la collectivité sur la prévention des RPS dans le cadre du Club RH organisé sur ce thème le 17 décembre à Lille (59).

Qu’est-ce qui vous a poussé à monter, il y a déjà trois ans, ce plan de prévention des RPS ?

Poussés par la surmédiatisation globale du sujet et par les syndicats, nous nous sommes lancés fin 2010. Nous nous sommes lancés aussi car c’est une obligation légale et qu’il est intéressant de se pencher sur le sujet pour beaucoup de bonnes raisons. Cela permet par exemple d’apprendre à prendre de la distance sur ces questions.

Nous avons décidé de rentrer dans le sujet directement par l’action en considérant d’emblée que les RPS existent au sein de la collectivité. Cependant, avant de mener des actions, il est impératif de bien définir les choses en amont : qu’est qu’un RPS ? Qu’est-ce qu’un trouble ? Nous nous sommes donc réunis plusieurs fois avec le groupe de travail afin que tout le monde puisse parler de la même chose. Nous avons aussi, par ce travail, réussi à évacuer la question de la recherche du coupable qui tronquait le débat. Nous nous sommes mis d’accord pour chercher ensemble des solutions plutôt que des coupables.

Quelles actions avez-vous choisi de mener ?

Le plan validé fin 2011 prévoit, sur 3 ans, 44 actions de prévention et d’accompagnement. Beaucoup de choses sont axées sur la communication, point extrêmement important. Nous avons notamment mis en place des formations pour toute la direction pour nous aider à savoir comment traiter les RPS. Il existe beaucoup de choses que nous ne savons pas traiter, et beaucoup de choses que nous ne détectons pas, comme des agents en détresse. Nous devons être attentifs à l’autre et réussir à tisser une sorte de toile pour voir l’invisible.

Pour permettre aux agents avec des RPS graves, pour eux, de venir en parler, nous avons multiplié les clefs d’entrée : des formations, un site intranet dédié au RPS, un n° vert externe (qui n’a reçu que 3 ou 4 appels par an.), des plaquettes, un forum annuel de la santé et de la qualité de vie au travail ou du théâtre.

Après deux ans et demi d’actions, quels résultats avez-vous obtenus ?

Plus de 30 actions ont été mises en œuvre et nous voulons désormais réussir à intégrer les RPS dans le même processus dynamique que les autres risques. Nous aurons réussi cela quand les RPS seront intégrés dans le document unique.
Cependant, avant d’entamer cette intégration, nous voulions au préalable qu’un travail de communication et de formation soit mené pour changer les représentations.

Désormais, quand on parle de RPS, on sait vraiment de quoi on parle. Nous allons voir si ce travail préalable va payer pour intégrer plus facilement les RPS dans le document unique. Ensuite, en ce qui concerne l’impact de cette politique de prévention, je ne suis pas certain que nous ayons moins de RPS aujourd’hui. Nos indicateurs nous montrent que peut être que non.

Nous avons essayé de créer des indicateurs pertinents mais c’est complexe. Une chose est certaine, aujourd’hui beaucoup plus de situations de RPS sont prises en charge par les managers. Le sujet est complexe. Il faut cependant l’appréhender sans en avoir peur.

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« Chercher ensemble des solutions plutôt que des coupables » – Henri Hammiche, chef du service condition de travail de Lille Métropole

Votre e-mail ne sera pas publié

behel97

22/08/2014 08h06

je lis avec désolation tous ces beaux discours sur un problème que l’administration ne veut pas régler. Elle le fera dans des cas graves voire médiatiques et c’est tout. Je vis l’exemple d’un proche au ministère de l’éducation nationale qui a été victime de cela durant un an avant de dénoncer les faits à son recteur. Cette dame était contrainte de faire des rondes à 22.45 qu’il neige ou qu’il vente pour fermer un établissement scolaire alors qu’elle avait deux jeunes enfants à la maison (entre autre) Ce n’est qu’à la première agression qu’elle a décidé de désobéir et de dénoncer tous les faits dont elle était victime avec visite chez le médecin de prévention, contact au syndicat. Que croyez vous qu’il se passa ? ben elle a quitté son poste en déménageant car elle aurait pu crever (comme ses prédecesseurs) que personne ne fit rien. Ah si… excusez moi,, en apprenant qu’elle déménageait le rectorat l’a appelé pour l’engueuler et la menacer à 8:00 du matin….
Voilà la réalité des RPS aujourd’hui et une assistante sociale du personnel me confiait il y a peu que même la mort d’un agent par suicide ne change rien !!!!!!!!!!!!! C’est du vécu…

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X