En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV

Logo Gazette.fr

1

Commentaire

Réagir
Imprimer

Les dossiers clés de 2014

Elections : Les règles du jeu changent pour les municipales de 2014

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : Dossiers d'actualité

Imprimer

1

Commentaire

Réagir

© D.R

Le mode de scrutin des prochaines élections municipales évolue et intègre pour la première fois un vote des conseillers communautaires. Des élections européennes vont suivre, ainsi que des sénatoriales au mode d'élection réformé, susceptible d'accorder plus de poids aux territoires urbains.

Voir le sommaire

Cet article fait partie du dossier

Les dossiers clés en 2014 pour les collectivités territoriales

 

Chiffres-clés

A retenir

• Elections municipales et communautaires le 23 et 30 mars.

• Elections européennes le 25 mai.

• Renouvellement de la moitié des sénateurs en septembre.

Rendez-vous phare de la vie locale, les élections municipales auront lieu les 23 et 30 mars. Dans les communes de 1 000 à 3 500 habitants, le panachage disparaîtra. Pour la première fois, s’appliquera là le scrutin de liste. Une évolution directement motivée par le « fléchage » des conseillers communautaires lors des élections municipales, acté par la réforme territoriale de 2010 et confirmé par le gouvernement de Jean-Marc Ayrault.

Déficit de communication - Le nouveau système se manifestera lors des élections par une double liste sur chaque bulletin. L’une sera destinée à désigner les représentants des communes au conseil municipal, l’autre ceux au conseil communautaire. Les conseillers communautaires devront avoir été élus au conseil municipal. Mais les premiers de liste pour les municipales ne seront pas obligatoirement sur la liste des élections communautaires. En revanche, l’ordre des élus aux municipales devra être respecté pour l’élection communautaire (1). De quoi faire perdre leur latin à certains électeurs…

Aussi, Daniel Delaveau, président de l’Assemblée des communautés de France (ADCF), a pris la plume, le 8 novembre, pour attirer l’attention du Premier ministre sur « l’importance d’une campagne nationale de communication, de caractère très pédagogique, dans les mois qui précéderont les élections locales ». Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, devrait répondre prochainement et précisément à cette demande. En attendant, l’ADCF sensibilise les stations régionales de France 3 et la presse quotidienne régionale. A l’Association des maires de France (AMF), on aurait préféré à la formule retenue « un système de fléchage simple et efficace par un signe distinctif devant le nom des candidats ».

L’intercommunalité, malgré tout, sera-t-elle présente dans la campagne ? C’est la grande inconnue du scrutin. Jusqu’ici, à la façon du phénomène que l’on observe entre la nation et l’Europe, les maires ont eu tendance à s’approprier les succès communautaires et à rejeter ses échecs sur une institution décrite alors comme lointaine et technocratique.

Un Sénat « new-look » – Cette année sera marquée également par l’élection des représentants français au Parlement européen, le 25 mai. Le risque est grand que la subdivision en huit grandes régions électorales ne correspondant à aucune réalité administrative, historique ni culturelle favorise une abstention forte.

Enfin, la moitié des sénateurs seront renouvelés en septembre 2014. Le poids des territoires urbains dans le corps électoral sera plus fort. Un nombre de délégués supplémentaires pour les communes comptant plus de 30 000 habitants sera accordé par tranche de 800 habitants, et non de 1 000 comme auparavant. Dans le même mouvement, la proportion de sénateurs élus à la proportionnelle passera de 51,7 % à 73,3 %.

Cette réforme de leur mode d’élection, arrêtée par la loi du 2 août 2013, suffira-t-elle à la gauche pour sauver sa courte majorité au palais du Luxembourg ? Tout dépendra du résultat des élections municipales. En effet, les représentants des communes constituent plus de 95 % du corps électoral…

Haut de page

  • VoirRéduire

    Notes

    Note 01 - Cas d'école : le n° 2 sur la liste municipale devra être n° 2 sur la liste communautaire si le n° 1 se présente également. Par contre, le n° 2 sera en première position sur la liste communautaire, si la tête de liste aux municipales ne se présente pas - Retourner au texte

Aujourd'hui sur

les Clubs Experts de la Gazette

Trains d’équilibre du territoire : les villes et les régions mobilisées

Alors que la commission Duron sur l’avenir des TET rendra ses conclusions mardi 26 mai 2015, Villes de France et l’Association des Régions de France ont exprimé, ce mercredi 20 mai, leurs craintes sur la question. Cette prise de position s’ajoute aux nombreuses ...

Ruralités : « En 2017, nous remettrons nos budgets au préfet ! »

Les élus locaux ont partagé des constats inquiétants sur l’impact, notamment pour les territoires ruraux, de la baisse des dotations à l’occasion de la rencontre d'actualité du Club Finances sur les enjeux financiers de la ruralité, qui s’est tenue à ...

Police municipale : Bernard Cazeneuve et Nicolas Sarkozy s'opposent sur l'armement

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve et l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy ont rendu hommage le 20 mai à Villiers-sur-Marne (Val-de-Marne) à Aurélie Fouquet, policière municipale tuée en 2010 au terme d'une course poursuite sanglante ...

Emplois publics : dynamisme du recrutement dans les intercommunalités

C’est dans les intercommunalités que le marché de l’emploi public local semble le plus dynamique, notamment dans les métiers de l'instruction des autorisations d’urbanisme. C’est ce que révèle le baromètre trimestriel des bourses de l’emploi des centres ...

Imprimer

1

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés ElectionsEtat et collectivités locales

1 Commentaire

Ajouter un commentaire

Du plus récent / Du plus ancien

  1. 1. le papi 25/03/2014, 17h06

    manger de la gauche et de la droite il y a na marre
    pourquoi ont il si peur
    peur que le FN voie les magouilles dans les grande mairie tenue par la gauche ou la droite depuis des années voila la raison
    nous somme des citoyens comme tous le monde le droit de votes nous est donner respecter nous comme nous vous respectons
    un troisièmes partie fort en France cela nous le voulons
    bien a vous
    edmond

    1. Ajouter un commentaire

        Votre e-mail ne sera pas visible

      Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.