Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Opinion] Décentralisation

Les DGS dans les coopérations régions-intercos

Publié le 07/01/2014 • Par Auteur associé • dans : France, Opinions

Martine Poirot

Martine Poirot

DGS de la Communauté de communes du Bassin de Pompey (13 communes, 41 000 hab., Meurthe-et-Moselle), Présidente déléguée de l’Association des directeurs généraux des communautés de France (ADGCF)

A l’occasion de l’examen du projet de loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles (1), les territoires se sont interrogés sur leur positionnement face au renforcement de la région dans les domaines du développement économique, de la recherche, des transports et de l’environnement. L’émergence du niveau régional indissociable du fait métropolitain suppose, au préalable, la redéfinition des modalités de dialogue entre région et intercommunalités.

L’enquête menée en mars par l’Assemblée des communautés de France (ADCF) et l’ADGCF, suivie d’un tour de France des régions, fait ressortir que les relations sont jugées insuffisantes et trop ponctuelles. Scènes de dialogue avec les territoires, les schémas régionaux thématiques – plus d’une dizaine recensés – s’avèrent être morcelés et, souvent, méconnus par les territoires auxquels ils s’adressent.

Du guichet au partenaire – Doit-on alors s’orienter vers des schémas plus prescriptifs imposant un dialogue contradictoire et coconstruit ? Tel est l’avis de 73 % des communautés interrogées.
Pour l’ADGCF, l’enjeu est bien d’organiser un « faire-ensemble interterritorial » reconnaissant les spécificités locales parce qu’à géométrie variable selon les régions. C’est dans la nature du dialogue entre services communautaires et régionaux que se jouent la qualité et l’efficience de la territorialisation des nouvelles politiques régionales.

En l’état, il apparaît que notre rôle de mettre en lien nos projets territoriaux, voire interterritoriaux, avec les schémas régionaux va être fondamental afin d’induire de la transversalité et une opérationnalité plus grande. Une révolution dans les pratiques contractuelles régionales doit s’opérer pour sortir de la posture de guichet à celle de partenaire.

Il revient à nous, DGS, de faire connaître et reconnaître l’ingénierie intercommunale dans ses capacités et compétences afin de mettre en œuvre cette nouvelle étape de la décentralisation. Encore faudra-t-il permettre des espaces d’expression et une ingénierie partagée, au même titre qu’une bonne représentation des intercommunalités dans les conférences territoriales de l’action publique pour une gouvernance modernisée et décentralisée.

Cet article est en relation avec le dossier

Notes

Note 01 adopté définitivement par le Parlement le 19 décembre 2013, ndlr Retour au texte

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Les DGS dans les coopérations régions-intercos

Votre e-mail ne sera pas publié

Bazane

08/01/2014 05h08

Décidément la fonction publique reste bien le royaume du verbe (creux de surcroît).
Après lecture de ce type de jargon technocratique :
« mettre en lien nos projets territoriaux, voire interterritoriaux, avec les schémas régionaux va être fondamental afin d’induire de la transversalité et une opérationnalité plus grande »,
le citoyen/ contribuable subodore que le temps d’une activité efficace des services publics territoriaux n’est pas encore venu et se demande bien quel usage va être fait de ses impôts locaux.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X