Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Culture

3 questions à…

Publié le 23/12/2003 • Par La Rédaction • dans : France

Philippe Toussaint, président des VMF (Veilles Maisons Françaises), association de sauvegarde du patrimoine
– Les VMF fêtent ce mois-ci leurs 45 ans et le 200ème numéro de leur revue. Avec le recul, quelles grandes évolutions ont-elles observées ?
Aujourd’hui, l’attachement au patrimoine n’est plus seulement une affaire d’initiés, il touche chacun d’entre nous. Cela tient notamment à l’élargissement de la notion de patrimoine, qui va bien au-delà des seuls monuments classés, pour inclure les abords, le patrimoine rural, industriel cultuel etc. Les VMF accompagnent ce mouvement, en étant présentes dans l’ensemble des débats aux côtés des élus.

– Comment accueillez-vous les projets de décentralisation ?
Le ministère de la Culture a le mérite de vouloir clarifier une situation plutôt confuse. Mais la politique de sauvegarde du patrimoine ne doit pas, au passage, perdre de sa substance. Nous militons donc pour que l’Etat reste le garant de règles identiques pour tous, notamment en matière de protection du patrimoine et de définition des compétences des métiers concernés : architectes, artisans etc. Par ailleurs, l’Etat doit s’assurer de l’égalité territoriale.

– Craignez-vous des disparités ?
N’oublions pas qu’environ un tiers des départements n’interviennent pas dans la sauvegarde du patrimoine privé. Pour éviter des disparités, il nous semble que l’articulation des responsabilités doit se faire à l’échelle des régions, qui devront prendre des options claires. Ainsi, quand un département ne s’impliquera pas dans le patrimoine, ce sera moins grave si la région prend le relais. De plus, la région correspond au champ de compétences des Drac. En tout état de cause, nous souhaitons être consultés dans le cadre des expérimentations prévues.
Propos recueillis par Hélène Girard

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

3 questions à…

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X