Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Relations Police/Population

Quatre adolescents sur dix ne font pas confiance à la police

Publié le 16/12/2013 • Par Hugo Soutra • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité, France

jeunes sur un banc
-
Dans un contexte marqué par des tensions croissantes entre jeunes et policiers, une enquête remise en octobre 2013 au ministère de l’Education et publiée début décembre estime que quatre adolescents sur dix ne feraient pas confiance à la police, qu’ils jugeraient par ailleurs raciste. Elle présente également un intérêt en matière de prévention de la délinquance, à travers une réflexion sur la socialisation des jeunes adolescents et leur contexte de vie.

Une note du Conseil national des villes alertait récemment sur la dégradation des relations et l’incompréhension mutuelle entre policiers et habitants des banlieues.
Travaillant pour sa part sur la méfiance entre les jeunes dans leur globalité et les forces de l’ordre, l’étude « POLIS-autorité » de Sébastian Roché et Sandrine Astor témoigne d’un phénomène qui ne serait pas seulement circonscrit aux banlieues.

  • Alors qu’aucun indicateur de confiance n’existe aujourd’hui, l’étude révèle que 43% des adolescents participants à l’étude estiment ne pas « pouvoir faire confiance dans la police » et un tiers qu’ils n’alerteraient pas la police même en cas de problèmes graves.
  • Pire : plus de la moitié (57%) des 13-17 ans ne se sentiraient pas du côté de la police en cas de ...

Article réservé aux abonnés Club prévention sécurité
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club prévention - sécurité

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club prévention sécurité

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion

Références

  • Méthodologie :

Dans la continuité de l’enquête Eurojustis-France publiée au printemps 2011 et également réalisée par Sébastian Roché et son équipe, l’étude « POLIS-autorité » porte de nouveau sur les relations entre les jeunes (notamment ceux appartenant aux minorités) et les institutions, en particulier celles incarnant l’autorité telle que la police.

La première partie quantitative, publiée début décembre 2013, a été réalisée par une dizaine d’enquêteurs coordonnées par ce directeur de recherche au CNRS ainsi que Sandrine Astor, ingénieure d’études à Sciences-Po Grenoble.
13 679 adolescents – âgés de 13 à 18 ans et scolarisés de la 4ème à la 1ère dans l’agglomération grenobloise et la communauté urbaine de Lyon – représentatifs de la population ont été interrogés dans des établissements de tout-types (publics ou privés, enseignement général ou technologique, localisés en centre-ville ou en banlieue, etc…).

351 observations d’interactions entre policiers et population et 79 entretiens avec les policiers seront exploitées parallèlement, dans une seconde partie centrée sur la compréhension qu’ont les policiers de leur travail et de leurs relations avec les minorités.

2 Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Quatre adolescents sur dix ne font pas confiance à la police

Votre e-mail ne sera pas publié

BERTRAND

17/12/2013 05h27

nous savons tous que la france est u pays de racistes !!! Un pays qui refuse de soigner les gens gratuitement ‘ à quoi sert l’AME ?), qui « stigmatisent les « jeunes » (de quels types de jeunes parle t’on), que les gens crèvent de faim (les restos du coeur sont fréquentés par qui ?), que l’école est réservée aux riches (j’ai fréquenté l’école publique et mes parents étaient des ouvriers) , que les cités (où j’ai grandi) sont grises et sans avenir (le quartier du mirail à toulouse où je réside bénéficie d’infrastructures neuves que beaucoup nous envient) et pour terminer , la terre est composée de plus de 200 pays alors personne n’empêche ces « pleurnichards de la république » d’émigrer où bon leur semble !!!!

jupiter

17/12/2013 05h27

Ce chapitre est consacré aux jeunes, mais demander aux trente et soixante ans ce qu’ils en pensent, le vrai dernier sondage Police/citoyen date de 1985 et ne concernait que Paris, à peine 20 % faisait confiance à la police à ce jour, le chiffre appocherait des 5/10 %, la Gendarmerie ne faisant guère mieux et pour cause, chasse à l’automobiliste plutôt, que de poursuivre les délinquants qui pourrissent la vie de nos concitoyens, ces professions se sont mis une balle dans le pied!!!!

Philippe

17/12/2013 11h30

Il est facile de toujours s’en prendre à la police…Certes, celle-ci n’est ni blanche ni noire,mais avant de juger sans savoir, il serait peut être bon d’avoir une idée de ce qu’ils supportent : est il normal que les policiers se retrouvent souvent à 1 conte 40 dans les cités, suite au comportement souvent « courageux » de ces jeunes qu’on ne fait que plaindre? Est il normal que tous les citoyens soient la a exprimer leurs indignations des qu’un coup de matraque est reçu, et de trouver normal le caillassage ou les insultes envers les forces de l’ordre? Est il normal de les faire travailler avec un matériel vétuste et des locaux dégradants? Est il normal que le nombre élevé de suicides chez les policiers frôle l’indifférence? Est il normal de trouver bon nombre d’excuse à une personne qui attente à la vie d’un policier, tandis que l’inverse est improbable?

Commenter
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X