Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Opinion] Décentralisation

Pour un chef de filat régional efficace

Publié le 16/12/2013 • Par Auteur associé • dans : France, Opinions

Yves Duruflé

Yves Duruflé

Administrateur territorial

Face à l’enchevêtrement des compétences exercées par les collectivités et dans un contexte de recherche d’efficience budgétaire, deux hypothèses ont été envisagées pour améliorer l’action publique territoriale.

Premièrement la spécialisation des compétences par niveau de collectivité. C’était un des objectifs de la réforme territoriale du gouvernement précédent.

Seconde hypothèse, avec le maintien de la clause de compétence générale pour tous les niveaux de collectivité : le chef de file crée une forme de leadership par compétence auquel se rallieraient plus ou moins spontanément les autres collectivités avec une articulation définie territoire par territoire dans le cadre du pacte de gouvernance négocié en début de mandat au sein de la conférence territoriale. Mais le débat parlementaire a fait disparaître ce pacte et, sans cet accord global et préalable, tous les débordements sont possibles.

Schéma prescriptif et sanction financière – Que faut-il faire pour que ça marche ? L’édiction de deux règles indispensables. La première consiste, à défaut de donner au chef de file un pouvoir réglementaire qui appartient seul à l’Etat, à reconnaître le caractère prescriptif des schémas dans le cadre duquel les compétences sont exercées.
De ce fait serait rendue impossible toute intervention d’une autre collectivité qui ne s’inscrirait pas dans le schéma édicté et révisé en concertation avec le chef de file. Il appartiendrait au contrôle de légalité de le constater.

La deuxième règle prévoirait, à défaut de schéma prescriptif, une sanction financière forte et dissuasive. Le principe serait établi en concertation avec l’Etat afin de respecter le principe de non-tutelle d’une collectivité sur une autre. Il reviendrait, une fois le manquement constaté, dans le cadre par exemple d’une intervention non concertée avec le chef de file, à déduire des dotations de l’Etat les montants engagés par la collectivité concernée au service de l’action décidée unilatéralement. Cette déduction s’appuierait sur les budgets votés et interviendrait à l’année n + 1.

Moyennant ces deux conditions, il est possible d’envisager sereinement la mise en œuvre de cette mission nouvelle de chef de filat qui tend à concentrer les moyens des collectivités vers des objectifs partagés et à éviter les interventions brouillonnes qui nuisent à la lisibilité des politiques publiques mises en œuvre.

Cet article est en relation avec les dossiers

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Pour un chef de filat régional efficace

Votre e-mail ne sera pas publié

murakami

17/12/2013 07h37

La première hypothèse était la bonne : la spécialisation des compétences par niveau de collectivité. C’était un des objectifs de la réforme territoriale du gouvernement précédent. Définir des chefs de file n’empêchera pas les collectivités de vouloir s’affranchir et de proposer, quitte à créer des doublons, des options censées être meilleures que la collectivité concurrente. C’est simplement une relation de pouvoir qui se joue entre les collectivités.
La clause générale de compétence qui était censée disparaître au premier janvier 2015 était une bonne chose en matière de gestion et d’économie. L’acte III de la décentralisation qui était censé simplifier l’organisation des collectivités n’a eu pour effet, dans un premier temps, que de créer un échelon supplémentaire et de redistribuer les cartes en ajoutant un peu plus de confusion.
La Métropole devait récupérer certaines compétences départementales, par exemple le programme départemental d’insertion, l’adoption… au premier janvier 2017 mais au fur et à mesure, le texte a été remanié et soumis au bon vouloir du département qui pourra déléguer, si elle le veut bien, ses compétences par conventionnement.
En résumé pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué. En fait, on ne saura plus qui fait quoi.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X