Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

TIC

Numérique et intercommunalités : toujours des inégalités entre territoires

Publié le 02/12/2013 • Par Agathe Vovard • dans : France

Le baromètre 2013 AdCF / Ocalia de diffusion du numérique dans l’intercommunalité, dévoilé lundi 2 décembre, montre que les communautés ont rattrapé leur retard, en matière d'équipement et de moyens. Mais il existe toujours des différences importantes entre territoires ruraux et urbains, notamment en termes de couverture...

Les intercommunalités ont certes rattrapé leur retard depuis de la première édition en 2004 du baromètre. Dans ce document produit par l’Assemblée des communautés de France (AdCF) et Ocalia, bureau d’études spécialisé dans l’accompagnement numérique des territoires et des institutions du secteur public, le taux d’équipement apparaît ainsi en nette hausse.

Un tiers sur les réseaux sociaux – Près de 90 % des communautés disposent d’un site internet, contre 60 % en 2008 et 39 % en 2004. Environ 20 % développent même des applications spécifiques pour téléphones mobiles ou tablettes. Et un tiers déclarent disposer d’espaces dédiés sur les réseaux sociaux

graphique 2 etude agathe

Source : Baromètre 2013 AdCF / Ocalia de diffusion du numérique dans l’Intercommunalité (Cliquez pour agrandir).

 

Amélioration de la gestion interne – Les moyens consacrés au numérique ont également augmenté, que ce soit en termes de budget, de formation (les moyens ont plus que doublé en 10 ans), de personnels dédiés et de stratégie. Les projets numériques se développent. « Une des importantes tendances depuis l’arrivée du numérique est son usage dans une logique d’amélioration de la gestion interne. Ce qui s’explique aussi certainement par les contraintes financières », souligne Franck Burdeyron, directeur associé d’Ocalia.

En 2013, près de 70 % des projets numériques intercommunaux portent ainsi sur la dématérialisation des procédures (notamment financières), la gestion des ressources humaines, les informations géographiques, la commande publique, etc.

Dématérialisation des services : 1/10 – En revanche, certaines thématiques progressent plus lentement. C’est le cas notamment de la dématérialisation des services proposés aux citoyens(1). Seule une communauté sur dix propose de tels services (contre une sur cent en 2008, toutefois). Alors qu’un Français sur deux réalise des démarches administratives en ligne…

Sources : Baromètre 2013 AdCF / Ocalia de diffusion du numérique dans l’Intercommunalité cliquez pour agrandir).

Sources : Baromètre 2013 AdCF / Ocalia de diffusion du numérique dans l’Intercommunalité (cliquez pour agrandir).

Le baromètre AdCF/Ocalia met enfin en évidence de « nouvelles formes d’inégalités ». En termes de couverture mobile et internet, les chiffres ne progressent pas… depuis 2004.

Nouvelles formes d’inégalités – Les 2/3 des communautés interrogées indiquent que le réseau mobile n’est pas accessible sur certaines parties de leur territoire. Et seules un quart déclarent être intégralement couvertes en haut débit en 2012 et 2013, alors qu’elles étaient un tiers entre 2006 et 2009. La raison de cette baisse : « Un écart qui se creuse en termes de débit disponible entre ce qui est observé dans les grands centres urbains, ce qui est véhiculé dans les médias et au travers de la publicité, et ce qui est réellement accessible sur une grande partie du territoire », soulignent les auteurs de l’étude.

« On peut se poser la question de l’existence d’une fracture en termes de qualité du débit, précise Franck Burdeyron. On a d’un côté des territoires avec un ADSL de bas niveau où les personnes ne peuvent même pas regarder une vidéo sur internet, et de l’autre des zones équipées en fibre optique où l’on peut télécharger un film en 25 secondes. »

Différences rural/urbain – Concernant la définition de stratégies numériques, ce sont surtout les grandes agglomérations qui sont concernées, alors que seule la moitié des communautés péri-urbaines ou structurées autour d’une ville moyenne le sont, et seulement un tiers des intercommunalités rurales. De même, les 4/5e des grandes agglomérations disposent de personnels dédiés… contre un tiers des communautés rurales.

Les thématiques portées diffèrent aussi selon la taille des communautés :

  • développement économique et gestion interne (projets de fusion des services TIC / informatiques entre ville centre et communauté) pour les grandes intercommunalités ;
  • accès aux services publics, dématérialisation, tourisme, et réduction de la fracture numérique pour les intercommunalités rurales et centrées autour d’une ville moyenne. Ces collectivités « sont très préoccupées par les questions relatives à la télémédecine et au maintien à domicile en raison des problématiques de vieillissement de leurs populations et de désertification médicale, mais s’y impliquent peu, faute de moyens ou de compétences disponibles », insistent les auteurs de l’étude.

Tendance de fond ou effet de mode ?

Parmi les thématiques développées par les intercommunalités, des sujets émergent : le télétravail et le coworking, l’ouverture des données publiques, les applications mobiles et les réseaux sociaux notamment. L’utilisation du numérique pour la gestion des compétences techniques (transports, déchets, énergie) aussi, notamment pour les grandes agglomérations. Au contraire, d’autres décollent difficilement, comme la e-santé ou le maintien à domicile, « qui sont plutôt traités par d’autres échelons territoriaux », soulignent les auteurs du baromètre. Autre sujet émergent : l’association des citoyens à la coconstruction des projets locaux, dans les grandes intercommunalités (à Bordeaux, Lyon et Toulouse notamment). « Il sera intéressant de voir si ces logiques participatives se généraliseront dans les années qui viennent », soulignent les auteurs.

Notes

Note 01 Les domaines concernés sont le scolaire et la petite enfance, et dans une moindre mesure, les transports, la culture (musée, bibliothèques, festivals, …), ainsi que les déchets. Retour au texte

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Numérique et intercommunalités : toujours des inégalités entre territoires

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X