Eau et assainissement

Dans quel cas la collectivité a-t-elle l’obligation de raccorder une habitation aux réseaux d’eau et d’assainissement ?

| Mis à jour le 04/12/2013
Par • Club : Club Techni.Cités

En matière de distribution d’eau potable, il n’existe pas d’obligation générale de raccordement. Sauf dispositions contraires du Code de l’urbanisme ou du règlement sanitaire départemental, aucune règle générale n’impose aux propriétaires le raccordement des immeubles au réseau d’eau public. Une habitation peut donc disposer d’une alimentation propre, assurée par exemple par un forage.

En vertu de l’article L.2224-7-1 du Code général des collectivités territoriales, les communes arrêtent un schéma de distribution d’eau potable en vue de délimiter les zones desservies par le réseau de distribution et donc, in fine, le champ des zones dans lesquelles une obligation de desserte s’applique.

Toutefois, le maire ne peut pas se fonder sur cet article pour refuser le permis dès lors que le pétitionnaire entend assumer l’alimentation en eau potable de la construction à partir d’un puits lui appartenant (Conseil d’Etat, 30 octobre 1996, n°126150). Il n’appartient pas au maire, au titre de sa compétence en matière de délivrance des autorisations d’urbanisme (article L.422-1 du Code de l’urbanisme), de vérifier la productivité d’un forage lors de l’instruction d’un permis de construire. Cette vérification relève de la seule responsabilité du propriétaire.

Pas d’obligation – Un forage réalisé à des fins d’usage domestique fait d’ailleurs l’objet d’une déclaration auprès du maire, selon une procédure autonome régie par l’article L.2224-9 du Code général des collectivités territoriales. Dès lors que la construction ne figure pas dans une zone desservie par le réseau de distribution d’eau potable définie par le schéma, la collectivité n’a pas d’obligation de raccordement.

Ainsi, le Conseil d’Etat a considéré qu’une collectivité territoriale n’a pas l’obligation de raccorder au réseau public d’eau potable un hameau éloigné de l’agglomération principale (Conseil d’Etat, 30 mai 1962, «Parmentier», Lebon p.912).

Dans les zones avec dégagements de desserte, la commune ne peut refuser le branchement sauf dans des cas très particuliers tels qu’une construction non autorisée (article L.111-6). Par ailleurs, l’article L.111-4 du Code de l’urbanisme dispose que «lorsque, compte tenu de la destination de la construction ou de l’aménagement projeté, des travaux portant sur les réseaux publics de distribution d’eau, d’assainissement ou de distribution d’électricité sont nécessaires pour assurer la desserte du projet, le permis de construire ou d’aménager ne peut être accordé si l’autorité compétente n’est pas en mesure d’indiquer dans quel délai et par quelle collectivité publique ou par quel concessionnaire de service public ces travaux doivent être exécutés».

Destination de la construction. Ainsi, l’autorité compétente, pour délivrer l’autorisation d’urbanisme, est tenue de refuser celle-ci lorsqu’il est nécessaire de réaliser, pour assurer la desserte du projet, des travaux portant sur les réseaux publics de distribution d’eau compte tenu de la destination de la construction ou de l’aménagement projeté et qu’il n’est pas possible d’indiquer dans quel délai et par quelle collectivité publique ou par quel concessionnaire de service public ces travaux doivent être exécutés.

Lorsque ces deux conditions sont réunies, l’autorité administrative est en situation de compétence liée et se trouve donc dans l’obligation de refuser la demande d’autorisation d’urbanisme. Il suffit qu’un seul des réseaux en cause doive être étendu ou renforcé, et que le renforcement de ce réseau ne soit pas prévu, pour que le refus au titre de l’article L.111-4 précité soit fondé. L’autorité administrative ne peut rejeter la demande d’autorisation d’urbanisme sans avoir, au préalable, accompli les diligences appropriées pour obtenir les indications nécessaires (Conseil d’Etat, 4 mars 2009, «Mme Matari», n°303867, Lebon T.989).

Equipement public d’intérêt général. Dans le cas où la commune prendrait la décision d’assurer le raccordement de la construction, la prise en charge du coût de l’extension du réseau public d’eau, réalisée à l’initiative d’une commune pour desservir, par exemple, un hameau existant, incomberait à cette collectivité compte tenu du caractère d’équipement public d’intérêt général de ce réseau (Conseil d’Etat, 24 mai 1991, «Mme Carrère», n°89675 et 89676).

Lorsque le financement d’une extension de réseau destinée à desservir des constructions existantes n’est pas prévu au budget communal, les propriétaires de ces constructions intéressés à la réalisation des travaux peuvent prendre d’eux-mêmes l’initiative de proposer à la commune le versement d’une contribution financière dont ils déterminent le montant en recourant à la technique de l’offre de concours (Conseil d’Etat, 9 mars 1983, «SA société lyonnaise des eaux»).

Commentaires

3  |  réagir

20/06/2018 06h38 - JOSIANE

j’ai hérité d’une maison qui n’a pas d’eau. mon voisin qui est à 100 mètre la possède. la commune veut bien amener l’eau , mais me demande 20 000 euros pour faire ces 100 mètres. es ce légal.Cordialement

Signaler un abus
22/05/2018 07h23 - Patrick

Bonjour, ma commune peut-elle refuser le branchement à l’eau potable de la maison que je vais faire construire sous prétexte que la borne d’arrivée d’eau du réseau public située en face de ma future maison se trouve de l’autre côté de la rue à quelques mètres. La commune ne voulant pas ouvrir la rue refaite il y a 5 ans pour permettre le raccord au réseau public. Quel est mon recours. Merci de votre avis.

Signaler un abus
23/10/2017 10h12 - Dutremble

Une commune -t-elle l’obligation d’amener les réseaux à l’entrée d’un terrain classé constructible non viabilisé

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Mobilité propre : de nouveaux outils en attendant les financements

    Le volet “mobilité propre” de la loi d’orientation des mobilités a été dévoilé par Elisabeth Borne et Nicolas Hulot. Comme les autres chapitres de la LOM, il s’appuie en bonne partie sur les collectivités territoriales. Les zones à faibles émissions ...

  • Amiante : comment gérer les nouvelles responsabilités

    Maîtres d’ouvrage pour de multiples travaux sur voirie, les collectivités doivent faire face à de nouvelles contraintes majeures. Avec la Loi El Khomri, il incombe désormais aux collectivités d’anticiper le risque lié à l’amiante dans les enrobés ...

  • Votre actu juridique du 13 au 19 juillet 2018

    Notre sélection de textes officiels, jurisprudence et réponses ministérielles intéressant les cadres de la filière technique, publiés par le Club Techni.Cités et sur Lagazette.fr entre le 13 et le 19 juillet 2018. ...

  • La procédure de passation d’une délégation de services publics

    Les textes réglementaires (ordonnance et décret « concessions » de 2016) ont conservé des spécificités aux délégations de service public. La passation de ces concessions différentes des autres obéit donc à un régime particulier dont les étapes seront ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X