En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV

Logo Gazette.fr

0

Commentaire

Réagir
Imprimer

Tourisme

Les offices de tourisme s’inventent un futur d’entreprise numérique

Publié le 27/11/2013 • Mis à jour le 29/11/2013 • Par Cédric Néau • dans : France

Imprimer

0

Commentaire

Réagir

Face aux (R)-évolutions du marché touristique, les offices de tourisme réunies à Brive les 27 et 28 novembre ont dessiné leur avenir qui passe par le numérique, le développement de destinations « expérientielles » boostées au marketing territorial, mais aussi par l’évolution de leurs statuts et de leurs compétences. Sur ces points, ce sont les élus, peu à peu sensibilisés, qui ont la main.

 

« Le tourisme est le seule compétence des collectivités locales qui met les territoires en concurrence. Les élus commencent à en prendre conscience et ne veulent plus se contenter de slogans génériques pour attirer les touristes », présente Stéphane Canarias, directeur général de l’office de tourisme de Brive et organisateur des 8e rencontres professionnelles du tourisme et du développement local.

Si cet événement, qui a réuni 400 pros d’offices de tourisme à Brive les 27 et 28 novembre, s’est rebaptisé R-évolutions professionnelles du tourisme, « c’est parce que le tourisme est le secteur d’activité qui a été le plus impacté par les évolutions technologiques et les comportements des consommateurs », répond le directeur. Les offices de tourisme sont obligés de s’adapter en conséquence.

Désert numérique - Ils doivent ainsi aller au-delà de leurs missions régaliennes d’accueil des touristes et de promotion territoriale, pour descendre dans l’arène numérique : « Pour les élus, la valorisation de leur territoire se résume encore à des infrastructures, des routes ou des aéroports. Mais le danger de désertification existe aussi bien sur le web. Et c’est par ce biais que 80 % des visiteurs réservent leurs séjours. Il est donc primordial de réfléchir en terme de référencement pour développer une activité touristique dynamique », assure Stéphane Canarias.

Marketing territorial indispensable - Pour les offices de tourisme, la priorité consiste donc à promouvoir leur territoire sur la toile : production de vidéos, partages de contenus via Vine, Tumblr, Facebook, Twitter, etc., formation des prestataires aux avis sur Trip Adivsor, développement de la promotion collaborative, d’outils numériques, d’applications, de visites en réalité augmentée…
« Il faut rendre la destination expérientielle via les réseaux sociaux, c’est une bonne façon de renouveler son produit territorial », lance Vincent Gollain, économiste et président du club des développeurs économiques d’Ile-de-France, venu animer une séance plénière sur le marketing territorial.

Rôle des élus primordial - Même si certains responsables d’office de tourisme estiment que les élus les « considèrent encore comme des distributeurs de prospectus » et qu’ils « répondent encore à une logique institutionnelle quand le tourisme exige désormais une logique résolument commerciale », d’autres admettent « qu’il y a une vraie prise de conscience depuis la crise », assure François Lemarchand, directeur général de Tours Val de Loire tourisme.
Cette structure s’est ainsi donné les moyens d’élargir ses compétences et répondre aux nouvelles conditions du marché touristique, en adoptant le statut de SPL (société privée locale) en 2011. L’agglomération et la ville de tours, un syndicat mixte associant les régions Centre et Pays de Loire et, depuis la semaine dernière, le conseil général d’Indre-et-Loire participent au capital de cette société privée, dont les missions sont maîtrisées par les élus, aux conditions de concurrence du marché. « Cette évolution répond à une logique de performance économique », souligne le DG.

Le modèle fait florès - L’Office de tourisme de Brive, va aussi adopter le statut de SPL le 1er janvier 2014, pour répondre aux ambitions des élus en matière de tourisme et aux évolutions institutionnelles : « avec la réforme des collectivités locales, l’agglomération de Brive va passer de 16 à 49 communes », prévient Nathalie Condat, directrice administrative et financière de l’OT.
L’office, soutenu à 40 % par l’agglo et 60 % en autofinancement, va donc fusionner avec cinq autres offices voisins dans un montage juridique complexe préservant l’association actuelle responsable notamment de l’accueil classique des touristes, à laquelle s’adjoindra une SPL aux compétences nouvelles : « Nous aurons la charge de 9 bureaux d’informations touristiques, d’une résidence hôtelière, d’un camping, une maison du vélo, une aire de camping-car, d’un centre des congrès », explique Nathalie Condat. « Mais l’ambition des élus est d’avoir un vrai palais des congrès », géré et animé par un office devenu une vraie entreprise touristique, loin de son premier rôle de distributeurs de dépliants.

Haut de page

Aujourd'hui sur

les Clubs Experts de la Gazette

Assainissement non collectif : le Pananc 2 est arrivé

Lors des 11èmes assises nationales de l’assainissement non collectif (ANC) à Alès, les ministères de l’Environnement et de la Santé se sont appuyé sur le bilan du premier plan d’action national (Pananc) pour présenter le suivant, qui couvre la période ...

Recul inédit en 30 ans de l'investissement des collectivités territoriales

Année électorale oblige, les investissements des collectivités territoriales seront en repli en 2014. Néanmoins, c’est l’ampleur de ce phénomène qui interpelle puisqu’avec une baisse de 7,4 % sur un an, selon La Banque Postale, ce repli sera l’un des plus ...

Mission Blazy : 60 propositions pour « repenser la politique de sécurité publique »

Le président de la mission parlementaire sur la lutte contre l’insécurité, Jean-Pierre Blazy, a présenté le 22 octobre 2014 une série de propositions tous azimuts concernant aussi bien le rôle du maire dans la prévention de la délinquance, la modernisation ...

Baromètre Bien-être au travail 2014 : le malaise croissant des fonctionnaires territoriaux

Pour la troisième année, le baromètre « Bien-être au travail » réalisé par « La Gazette » et le cabinet conseil CaTTalyse, avec le soutien d’Intériale mutuelle, vient donner une image inédite de l’état d’esprit des fonctionnaires territoriaux dans ...

Imprimer

0

Commentaire

Réagir
Publicité

Liens sponsorisés

Tous les fournisseurs

Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Aménagement ruralEconomieService public

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.