En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV

Logo Gazette.fr

0

Commentaire

Réagir
Imprimer

Aménagement du territoire

Le CESE appelle à mieux redistribuer les richesses entre les territoires

Publié le • Par • dans : A la une, France

Imprimer

0

Commentaire

Réagir

© Phovoir

Le Conseil économique, social et environnemental a voté un avis sur le renouveau d’une politique nationale d’aménagement du territoire. Le député Gilles Savary le trouve un peu timoré et prône plus de coopération entre villes et campagnes, tandis que Laurent Wauquiez va plus loin et tire la sonnette d’alarme contre les métropoles.

 

Dans un avis voté le 13 novembre dernier, à une large majorité (115 pour, 3 contre, 42 abstentions), le Conseil économique, social et environnemental en appelle au renouveau d’une politique nationale d’aménagement du territoire pour favoriser la réduction des inégalités territoriales.

Le CESE préconise que les objectifs de cette politique doivent être de renforcer l’attractivité globale et pas seulement économique des territoires, maintenir un haut degré de redistribution du PIB, notamment non marchand et répondre à l’aspiration d’une meilleure qualité de vie.

Sortir de la politique de silo - Le conseil avait réalisé des nombreuses auditions entre janvier et avril 2013, pour examiner ensuite le rapport en mai, puis l’avant-projet d’avis en septembre.

Selon le CESE, les étapes préalables passent par la simplification administrative, l’évolution des normes, la mise en place de procédures d’expérimentation et sortir de la « politique de silo », notamment à travers des mesures de déconcentration.

Accès au très haut débit - Parmi les réponses incontournables, les experts considèrent qu’elles doivent porter sur les politiques d’accessibilité et sur les réseaux des services publics. L’accès de tous les territoire au Très haut débit, les réseaux physiques de transport adaptés aux spécificités de chaque territoire et des infrastructures à concevoir sur le moyen et long terme, pour les premières. L’exigence de proximité, la contractualisation et la déconcentration en ce qui concerne les seconds.

Deux scénarios sont possibles et complémentaires, selon eux, pour une stratégie d’aménagement du territoire : accompagner la tendance lourde de la métropolisation d’une part, et une stratégie plus volontariste « vers une France en réseau », d’autre part, dans laquelle ils incluent une densification raisonnée, des politiques économiques territoriales et une politique du logement intégrant la rénovation de l’ancien.

 Haro sur les métropoles - Pour le député-maire du Puy-en-Velay, Laurent Wauquiez (UMP), « le gros danger c’est qu’on cherche à diluer les choses sur l’équilibre entre les grosses métropoles qui sont en train de bénéficier d’avantages considérables et le reste du territoire qui comprend des villes de taille moyenne, comme Montbéliard ou le Puy-en-Velay, ainsi que des territoires ruraux, qui sont de moins en moins pris en compte dans l’aménagement du territoire ».

Selon l’ancien ministre, les villes moyennes et les territoires ruraux « se heurtent à des difficultés importantes. Les dotations de l’Etat sont de plus en plus faibles, alors qu’ils amortissent moins bien le choc de la crise que les territoires plus dynamiques. Les délais pour mettre en œuvre les politiques d’équipement en numérique et de couverture internet très haut débit sont surréalistes, on parle de vingt ans pour avoir un équipement complet. Les normes sont devenues asphyxiantes, il est déraisonnable d’appliquer les mêmes règles à Paris que dans des villes moyennes ».

« Tout concentrer sur les grandes métropoles est une très grosse erreur qui est commise en ce moment. Le texte du renforcement des métropoles va dans ce sens. Tout un territoire serait sommé de se mettre au service de la grosse métropole au milieu. Je tire clairement une sonnette d’alarme en disant que la république française commettrait une très grosse erreur en voulant tout concentrer au niveau des métropoles », fustige Laurent Wauquiez.

 Plus de coopération - Pour le député de Gironde, Gilles Savary, « la politique d’aménagement du territoire est un peu en panne, elle n’a pas rééquilibré grand chose. Il y a eu une période volontariste, celle de De Gaulle, mais depuis on a plutôt mis les territoires en compétition et on a considéré la décentralisation pour solde de tout compte ».

« Nous pensons qu’il faut un nouveau volontarisme pour l’aménagement du territoire dans ce pays, parce qu’il y a une pression démographique qui, si elle n’est pas canalisée en fonction de ce que l’on veut préserver du cadre de vie français, peut nous amener au fil de l’eau à une régulation par le marché, c’est-à-dire par le foncier, qui va nous amener non seulement à des fractures territoriales mais à des fractures sociales », explique le cosignataire, avec vingt autres députés socialistes, d’un appel pour une réforme des politiques de l’aménagement du territoire basée sur le renforcement de la coopération entre villes et campagne.

Un outil de rénovation des logements sociaux en milieu rural, des mécanismes de compensation pour favoriser le maintien des services publics, en soutenant les conseils généraux des départements en déprise, les solutions selon l’ancien député européen sont multiples. « Aucun rééquilibrage n’est possible sans coopération avec les métropoles. Aujourd’hui le monde rural se débrouille avec les miettes que celles-ci laissent ».

Gilles Savary considère que l’avis du CESE est « plutôt réaliste, mais pas toujours très amène. C’est un signal d’alarme qu’il faut prendre en compte, mais il est dans une approche trop « assistantielle », il faut plus de coopération. Ca manque d’imagination ».

Haut de page

Aujourd'hui sur

les Clubs Experts de la Gazette

"Smart water" : comment le partenariat entre Veolia et IBM préfigure l’évolution des services urbains

De nouvelles solutions techniques apparaissent pour aller vers la ville intelligente, telles celles proposées désormais par Veolia et IBM qui ont croisé leurs expertises spécifiques. Pour les collectivités, ces produits ainsi que les services proposés par ces ...

Unir ses forces pour s’adapter à la rupture financière

A l’initiative de l’Assemblée des communautés de France (ADCF) et de l’université Paris-Est-Créteil, un réseau d’acteurs pluridisciplinaires spécialistes des finances locales vient d’être créé. Sa mission : mobiliser toutes les ressources, notamment ...

Violences faites aux femmes : le gouvernement s'attaque à la formation des professionnels

A l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre les violences faites aux femmes, ce 25 novembre, le gouvernement fixe les nouvelles priorités de son 4ème plan interministériel (2014-2016). Au cœur de ses préoccupations : la mise en place d'outils de formation ...

Congrès des maires - La réduction des effectifs, une priorité pour les élus locaux

Interrogés en marge du congrès des maires 2014, des élus locaux de tous bords politiques font part du fait que leurs difficultés financières rejaillissent sur la gestion des ressources humaines. Le mot d'ordre qui semble majoritaire : il faut réduire la masse ...

Imprimer

0

Commentaire

Réagir
Publicité

Liens sponsorisés

Tous les fournisseurs

Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.