Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Multimédia, Internet, Intranet

Intranet : Nice mise sur la souplesse

Publié le 05/11/2001 • Par La Rédaction • dans : France

Faire appel à des prestataires extérieurs mais conserver ses compétences en interne, telles sont schématiquement les orientations de la ville de Nice pour son système d’information. Cette option permet, selon Jean-françois Marchesini, directeur général adjoint du SI de la ville, de « bien faire faire » le cas échéant. Et selon les cas, les responsables recourent au système de la régie simple ou du forfait. Les prestations réalisées par des tiers représentent environ 1 million de francs par an, soit moins que le plafond maximum de ses marchés de développement et d’assistance. En interne, Nice peut compter sur une équipe de développement (cinq personnes) et sur une autre (six personnes), chargée de la mise en place d’applications précises, GRH ou gestion du domaine locatif par exemple.
Illustration de cette politique, la mise en ligne sur l’intranet des résultats électoraux municipales de 2001). L’ancien système, opérationnel depuis une dizaine d’années, ne correspondait plus aux attentes, notamment en termes d’ergonomie. L’application actuelle, accessible via un simple navigateur web, se décompose en deux parties : saisie / consolidation et diffusion auprès des élus. La première, mise en place par la société Sopra, fonctionne de manière simple. L’utilisateur, après s’être identifié, dispose de différents services, selon son profil (saisie, présentation, consolidation) avec des options possibles : par bureau de vote, suivant le type d’élections… Parallèlement, les services de la ville ont planché sur l’aspect diffusion des résultats aux élus. Ceux-ci en effet peuvent avoir des besoins précis, ponctuels ou illustrés d’une certaine manière. Et leur demandes peuvent varier d’une élection à l’autre. « Quitte à nous faire aider, nous travaillons nous-mêmes sur ce point. Nous savons ainsi ce qui est faisable et ce qui ne l’est pas ».
Cette application électorale vient compléter une palette d’outils intranet qui s’étoffe progressivement. Chronologiquement, c’est la messagerie qui est apparue la première. D’autres fonctionnalités, comme l’accès aux délibérations votées, aux documents préparatoires (ordre du jour par exemple), ou des applications plus informatives (dossier sur l’euro, annuaire des agents municipaux, revues de presse) et documentaires (guide des procédures pour la pssation de marchés publics) ont suivi. En outre, on peut signaler la description des fiches de poste de tous les agents municipaux, chaque agent pouvant accéder à la sienne propre et chaque chef de service pouvant y apporter d’éventuelles modifications. Le tout s’accompagne de forums, sur l’euro ou sur les appels d’offres. Tous les agents disposant d’un ordinateur – ils sont 2 500 sur un total d’environ 7000 – ont un libre accès à internet, la direction se limitant à l’établissement de statistiques, avec possibilité d’adresser, le cas échéant, des rappels à l’ordre, via le chef de service.
Bien entendu, à l’occasion du renouvellement du schéma directeur actuel triennal, lequel s’achève à la fin 2001, la ville de Nice va continuer à faire évoluer son système d’information. Il s’agit, comme l’explique Jean-François Marchesini de s’orienter vers la « e-collectivité ». Ce qui signifie, dès le début 2002, de mettre en ligne les dossiers d’appels d’offres, de doter les fournisseurs d’accès privilégiés (suivi de facturations…), etc. La ville compte également intégrer son actuel SIG, qui dépend historiquement du service de l’urbanisme, et son système d’information. C’est l’autre axe fort des projets qui devraient bientôt prendre forme.

Thèmes abordés

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Intranet : Nice mise sur la souplesse

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X